Vidéos A la une
Trouver un coin d'ombre, boire des litres d'eau ou se couvrir le visage. A New Delhi et dans des États du sud de l'Inde, on fait tout ce qu'on peut pour se protéger de la chaleur extrême. Selon le dernier bilan des autorités, les températures suffocantes ont déjà provoqué la mort de plus de 2000 personnes dans le pays. Les États d'Andhra Pradesh et de Telangana sont de loin les plus touchés par la canicule et recensent à eux seuls 1 979 décès. Les populations les plus vulnérables sont bien sûr les plus pauvres. Pour nourrir leurs familles, ils n'ont d'autre choix que de continuer à travailler dans ces conditions extrêmes. Samedi, les températures maximales tournaient autour de 45 C. Plus tôt dans la semaine, elles avaient atteint 48 . Selon les experts, la chaleur intense risque de se prolonger encore quelques jours. Tous les espoirs résident désormais dans l'arrivée de la mousson. Des centaines de personnes succombent chaque été en raison de la chaleur en Inde. Mais selon les chiffres d'une base de données internationale sur les catastrophes naturelles, 2015 s'avère être la deuxième année la plus meurtrière de l'histoire du pays et la cinquième la plus fatale sur l'ensemble de la planète.
Vidéos A la une
Les vents ont atteint 195 km/h. Un violent cyclone a tué au moins deux personnes et provoqué d'importants dégâts en Inde dimanche matin. Il a touché la côte est du pays. Quelque 300 000 personnes ont du être évacuées dans l'Andhra Pradesh et l'Orissa. Les arbres ont été déracinés, les lignes électriques coupées et de nombreux avions sont toujours cloués au sol. Le cyclone doit diminuer d'intensité dès dimanche soir. Mais quelque 350 villages côtiers sont toujours en état d'alerte.
Publicité