Revue du web
Avec Atlantico
Il existe, dans un endroit reculé du parc national de Yellowstone aux États-Unis, une zone d'un peu moins de 130 kilomètres carrés où vous pouvez commettre n'importe quel crime sans être poursuivi en justice. La faute à un trou dans la législation causé par la situation administrative complexe du territoire en question.
Revue du web
Avec Atlantico
Il existe, dans un endroit reculé du parc national de Yellowstone aux États-Unis, une zone d'un peu moins de 130 kilomètres carrés où vous pouvez commettre n'importe quel crime sans être poursuivi en justice. La faute à un trou dans la législation causé par la situation administrative complexe du territoire en question.
Politique
A quelques jours de l'examen de la révision de la Constitution, sept députés se sont amusés à soumettre des propositions qui n’avaient rien à voir avec le projet de loi constitutionnelle.
Société
Sous cette information étonnante, se cache en fait une astuce qui permet aux parlementaires de ne pas trop se fatiguer…
Vidéos A la une
C'est une scène que l'on voit rarement à l'Assemblée nationale. Jean-Louis Roumégas, le député écologiste de l'Hérault, défend mardi un amendement devant la commission spéciale chargée d'examiner la loi Macron. Dans un souci de "transparence", il explique que son amendement lui a été soufflé par "des associations de consommateurs". Une assertion qui n'est pas du goût de François Brottes (PS), le président de la commission qui recadre amicalement le député en ironisant : "On n'est pas obligé de donner l'origine des amendements, les députés peuvent parfois penser par eux-mêmes avec leur groupe, pour élaborer eux-mêmes des amendements, même si c'est fait en concertation avec tel ou tel acteur de la vie publique (...) Ça donne quand même le sentiment que le travail parlementaire n'est fait que par le biais d'une boîte aux lettres." "On retrouve les mêmes amendements dans des groupes différents..." Une critique qui n'a pas fait taire le député écologiste. Bien au contraire : "A la différence d'autres députés, moi, je le précise quand je prends des amendements qui m'ont été soumis par des associations ou des lobbys... Trop souvent on retrouve les mêmes amendements dans des groupes différents et les gens font comme si c'était une pure coïncidence. Je trouve que ça ce n'est pas normal non plus. Voilà, merci." Après les travaux de la commission spéciale, la loi Macron sera débattue dans l'Hémicycle à partir du 26 janvier. >> A lire aussi : Vidéo - Emmanuel Macron : "L'autocar a un meilleur bilan carbone que le covoiturage"
Vidéos A la une
Lundi, les députés ont voté la réduction d'impôts prévue pour 3,7 millions de ménages. Mais le débat sur le collectif budgétaire 2014 s'annonce tendu, alors que les "frondeurs" du PS ont préparé une quinzaine d'amendements au texte. Le premier d'entre eux a d'ailleurs déjà été adopté par l'Assemblée, contre l'avis du gouvernement : une première victoire pour les "frondeurs", qui s'opposent à la politique économique de Matignon. Élisa Bertholomey
Vidéos A la une
A force d'amendements dans le débat sur la loi sur la famille, les députés UMP ont poussé le gouvernement à reporter sine die le vote solennel de la, loi prévu le 28 mai. Mais la secrétaire d'Etat à la Famille, Laurence Rossignol, n'en démord pas: fustigeant l'attitude des députés de l'opposition, elle promet que la loi "sera adoptée".
Vidéos A la une
Le 19 mai, le dépôt de plus de 700 amendements par l'opposition sur la loi "Famille" qui ne compte qu'une vingtaine d'articles, a été commenté par Laurent Neumann, dans Direct Gauche, sur BFMTV. Pour Laurent Neumann: "... C'est le match retour du mariage pour tous, ça s'est tellement bien passé pour un certain nombre d'ultras de la majorité, pour tous ceux qui étaient contre ce fameux mariage gay, qui a quand même été voté. Tous ceux-là veulent jouer le match retour à l'occasion de cette loi sur la famille. Le problème, c'est que c'est une loi extrêmement pratique ... mais il n'y a rien qui soit de nature à susciter la polémique...".
Vidéos A la une
Axelle lemaire, députée PS, co-auteur de l'amendement, en duplex, et Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme-Lejeune, étaient les invités de BFM Story.
Publicité