Vidéos A la une
Dix ans après les trois semaines d'émeutes dans les banlieues qui avaient démarré à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), l'ancien premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, a voulu,lundi sur le plateau de Politique matin, qu'aucun raccourci ne soit fait entre jeune de banlieue et djihadiste. "N'amalgamons pas l'ensemble des jeunes des banlieues, qui n'ont évidemment rien à voir, au djihadisme ou au terrorisme, a appuyé Harlem Désir. L'embrigadement d'une partie des jeunes dans le fondamentalisme religieux doit encore plus pousser l'Etat, selon le secrétaire d'Etat aux affaires européennes, à se "battre sur le front de l'exclusion, de l'emploi, de l'éducation, mais aussi sur le front des valeurs républicaines".
Vidéos A la une
Retour sur les inquiétudes de la France musulmane après l'assassinat d'Hervé Gourdel: la peur d'être stigmatisée, la peur des amalgames. Selon le rapport de la commission nationale consultative des droits de l'homme, l'image des musulmans ne cesse de se dégrader en France depuis cinq ans et les actes islamophobes augmentent de plus de 10% chaque année.
Publicité