Vidéos à la une
Le secteur privé de la zone euro a enregistré en avril sa meilleure performance en six ans. L'indice PMI composite, qui regroupe les services et le secteur manufacturier, a grimpé à 56,8 points en avril, bien au-delà du seuil des 50 points qui marque la limite entre croissance et contraction de l'activité. En France en Allemagne, la croissance des services s'est légèrement tassée, tout en restant dynamique, alors qu'en Italie, elle a atteint un pic en de près de dix ans. Ces résultats du secteur privé confirment en tout cas la solidité de l'économie de la zone euro, dont la croissance au premier trimestre a été supérieure à celle des Etats-Unis.
Société
Le constructeur de trains français a annoncé la semaine dernière l'arrêt de la production de locomotives à Belfort (Franche-Comté). A quelques mois de la présidentielle, les politiques commencent à s'emparer du sujet.
Vidéos Argent/Bourse
La société Alstom a dévoilé les futures rames de métro qui équiperont dès 2019 la ligne 14, et son prolongement vers le nord de Paris. Ces rames autonomes et dernières génération seront, à terme, mises en service sur les lignes 4 et 11.
Vidéos à la une
Le groupe français vient d'acheter 8% du fabricant de matériel ferroviaire TMH. Il détient ainsi 33% de son homologue russe.
Vidéos à la une
Alstom Transport a remporté un contrat de plus de 2 milliards d'euros pour fabriquer les nouveaux métros parisiens, et fournira notamment les premières rames du futur réseau du Grand Paris Express, qui doit être déployé progressivement à partir de 2019.
Vidéos à la une
De l'argent sonnant et trébuchant pour financer le Fonds européen d'investissements stratégiques. C'est l'appel de Jean-Claude Juncker au 28 pour relancer la croissance. Ce fonds de 315 milliards d'euros, pièce maîtresse de la Commission, sera au centre des débats du sommet européen qui démarre jeudi 18 décembre. L'exécutif mise sur un effet d'entraînement. 'Le nouveau Fonds est autonome souligne Jean-Claude Juncker. Cependant, il est clair que son impact serait multiplié si les États membres y contribuaient. Plusieurs États ont manifesté leur intérêt potentiel pour le faire et je suis maintenant dans l'attente de propositions concrètes. Je n'ai pas seulement besoin de paroles, j'ai besoin d'argent '. L'Italie, l'Espagne, la Slovaquie et la Finlande se seraient dàjà montrées intéressées. D'autres pays comme l'Allemagne ou la France sont plus frileux. En France, malgré les lumières, ce sera un Noël sous le signe de l'austerité souligne notre envoyée spéciale à Strasbourg Margherita Sforza. Le chômage atteint presque 11% et les prévisions de croissance pour 2015 sont de 0.7% du PIB. Le plan européen d'investissement pourrait donc aussi relancer l'economie française. Paris a dressé une liste de 32 projets pouvant représenter quelque 48 milliards d'euros d'investissement au cours de la période 2015-2017. La France met l'accent sur l'innovation et le numérique, elle souhaite investir dans la rénovation urbaine et améliorer le réseau ferroviaire. Au total, 2000 projets européens sont en lice. Tous ne seront pas retenus.
Vidéos Argent/Bourse
Le 24 juillet, David Dauba a reçu Éric Fottorino, directeur de la publication "Le UN" et Emmanuel Lechypre, éditorialiste économique de BFM Business, dans Le Grand Journal, sur BFM Business. . BFMBusiness,
Vidéos à la une
BFM Politique: Arnaud Montebourg, ministre de l'Economie, répond aux questions d'Apolline de Malherbe sur son intervention dans le dossier Alstom et les résultats du gouvernement de la lutte contre le chômage.
Vidéos Argent/Bourse
Le 27 juin, Denis Kessler, président directeur général de Scor a été reçu par Hedwige Chevrillon dans Qui êtes-vous ?, sur BFM Business. Tous les samedis, Qui êtes-vous ? Présenté par Hedwige Chevrillon, le rendez-vous incontournable des acteurs de l'économie et de la politique. BFMBusiness, première chaîne d'informations économiques en France. Retrouvez toute l'actualité économique et financière sur BFMBusiness.com. :
Vidéos Argent/Bourse
Le 27 juin, Denis Kessler, président directeur général de Scor a été reçu par Hedwige Chevrillon dans Qui êtes-vous ?, sur BFM Business. Tous les samedis, Qui êtes-vous ? Présenté par Hedwige Chevrillon, le rendez-vous incontournable des acteurs de l'économie et de la politique. BFMBusiness, première chaîne d'informations économiques en France. Retrouvez toute l'actualité économique et financière sur BFMBusiness.com. :
Vidéos à la une
Le député UMP Didier Quentin a regretté que "l'espace Schengen ne marche pas bien". "Les frontières européennes sont poreuses, a-t-il ajouté. Il est urgent de traiter la question de l'immigration avec détermination." Le Premier ministre Manuel Valls lui a répondu qu'il fallait "être sérieux" et qu'on ne pouvait pas "menacer l'Europe de sortir de Schengen". Interpellant également le Premier ministre, le député UMP Daniel Fasquelle a regretté que le gouvernement n'ait pas "mis en place une solution française ou à défaut européenne" dans le dossier Alstom. En réponse, Manuel Valls lui a conseillé de "reconnaître un succès". En fin de séance, la ministre de l'Écologie Ségolène Royal a répondu à une question sur les loups en France, posée par le député de l'opposition Charles-Ange Ginesy : "le loup est gravement nuisible aux activités agropastorales", a-t-il déploré. La ministre a affirmé en retour qu'elle "prendrait ses responsabilités", "la protection du loup [étant] victime de son succès." QAG 25/06/14 !function(d,s,id)var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location) ?'http' :'https' ;if(!d.getElementById(id))js=d.createElement(s) ;js.id=id ;js.src=p+" ://platform.twitter.com/widgets.js" ;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs) ;(document,"script","twitter-wjs") ;
Vidéos à la une
Dès le début de la séance de Questions au gouvernement, le Premier ministre Manuel Valls a défendu le projet de loi de finances rectificative 2014 : "il faut tenir", a-t-il déclaré, dénonçant les amendements déposés par les "frondeurs" du PS. "Il y a une ligne, il y a un cap", a-t-il martelé. Au sujet de la reprise d'Alstom par le géant américain General Electric, le ministre de l'Économie Arnaud Montebourg a répondu à une question du député UDI Michel Zumkeller. "Nous avons pris la décision d'entrer au capital d'Alstom pour garantir la pérennité de l'alliance entre General Electric, immense conglomérat, et le petit Alstom", a-t-il expliqué. Laurent Wauquiez a quant à lui interpellé le gouvernement sur l'Aide Médicale de l'État dont peuvent bénéficier les étrangers : "Quel message envoie-t-on quand un étranger en situation régulière bénéficie de moins d'aides qu'un étranger en situation irrégulière ?" "Quel message envoie-t-on quand on bafoue comme vous le faites les valeurs de la République, les valeurs de solidarité et d'humanisme qui fondent notre système de santé ?", lui a répondu la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine. A écouter également : la question de Lucien Degauchy, député UMP, à propos d'"expériences anti-grêle" à l'aéroport de Roissy... QAG du 24/06/14 !function(d,s,id)var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location) ?'http' :'https' ;if(!d.getElementById(id))js=d.createElement(s) ;js.id=id ;js.src=p+" ://platform.twitter.com/widgets.js" ;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs) ;(document,"script","twitter-wjs") ;
Vidéos à la une
Xavier Bertrand, député-maire UMP de Saint-Quentin, répond aux questions de Ruth Elkrief sur l'intervention de l'Etat dans le dossier Alstom, sur la mise en place d'un péage de transit pour les poids lourds pour remplacer l'écotaxe, sur le vote de la réforme ferroviaire à l'Assemblée nationale et sur les différents scandales qui touchent l'UMP.
Vidéos à la une
Après deux mois de négociations, le gouvernement a finalement préféré l'offre du géant américain General Electric, à celle proposée par le tandem Siemens-Mitsubishi, pour le rachat d'Alstom. Dans ce cadre, l'État, principal actionnaire du groupe industriel, veut racheter les parts de Bouygues, qui lui a déjà cédé ses votes au conseil d'administration d'Alstom. Les explications d'Elsa Mondin-Gava
Politique
La gestion du rachat Alstom semble avoir fait oublier celle de Florange et d’Arcelor Mittal. Arnaud Montebourg, fer de lance du protectionnisme et du "Made In France", ne serait-il pas en train de faire peau neuve politiquement ?
Politique
Alors que la proposition du géant américain General Electric pour la branche énergie d’Alstom a été adoptée par le conseil d’administration, l’Etat sera prochainement actionnaire majoritaire du groupe avec 20% des actions. Planet.fr fait le point sur le coût que représente cette décision.
Politique
L'accord avec Bouygues a été conclu hier après midi et a été confirmé dans la soirée par le ministre de l'Economie et de l'Industrie Arnaud Montebourg. Celui-ci prévoit l'entrée de l'Etat au capital de l'entreprise à hauteur de 20%.
Vidéos à la une
Le gouvernement décroche une option d'achat sur 20 % des actions actuellement détenues par Bouygues, ce qui lui permettrait d'être majoritaire au conseil d'administration d'Alstom. Une victoire pour le ministre de l'Économie, Arnaud Montebourg, qui n'a pas encore convenu du prix final de rachat de ces actions. 'Il n'y a pas de prix qui est fixé dans l'accord, car, comme vous le savez, il s'agit d'une société cotée dont le prix fluctue en fonction de l'évolution du marché. Bouygues s'est engagé à nous vendre. Nous exercerons ce droit lorsque nous y aurons intérêt, dans l'intérêt des finances publiques. Mais ce qui est intéressant, c'est que Bouygues nous a prêté ces actions pour que nous entrions immédiatement dans le capital d'Alstom, exercions le pouvoir à hauteur de 20 % avec nos administrateurs qui remplaceront les siens', insiste le ministre de l'Economie', précise Arnaud Montebourg ce dimanche 22 juin, sur le plateau du 20h de France 2. À compter de la finalisation du rapprochement Alstom / GE, prévue début 2015, l'Etat pourrait ainsi pendant 20 mois racheter 20% du capital d'Alstom soit auprès de Bouygues, soit directement sur le marché. Paris ne pourra exercer son option auprès de Bouygues que si le cours de Bourse est à ce moment-là 'supérieur ou égal' à 35 euros, moins une décote qui, a précisé Bouygues, sera comprise entre 2 % et 5 %. General Electric a pour sa part promis de racheter la branche énergie d'Alstom pour plus de 12 milliards d'euros. Une somme que le groupe français prévoit en partie réinvestir dans sa branche transports et dans ses coentreprises.
Vidéos à la une
BFM Politique: François Bayrou, maire de Pau et président du MoDem, répond aux questions d'Emmanuel Lechypre sur l'intervention de l'Etat dans le dossier Alstom.
Vidéos Argent/Bourse
Le 20 juin, Marc Fiorentino s'est intéressé à la tendance sur la Bourse de Paris hier, sur BFM Business. EDF a perdu 7,69% et Alstom 6%. Chaque matin, Marc Fiorentino débriefe l'actualité sur BFMBusiness, première chaîne d'informations économiques en France. Retrouvez toute l'actualité économique et financière sur BFMBusiness.com.
Vidéos Argent/Bourse
Le 20 juin, Le Match des Traders : Jean-Louis Cussac, trader pour compte propre chez Perceval Finance Conseil et Stéphane Ceaux-Dutheil, trader et administrateur de technibourse.com, ont été reçus dans Intégrale Placements par Guillaume Sommerer, sur BFM Business. Chaque matin, Intégrale Placements, l'émission 100% placements présentée par Guillaume Sommerer. sur BFMBusiness, première chaîne d'informations économiques en France. Retrouvez toute l'actualité économique et financière sur BFMBusiness.com.
Vidéos à la une
"Ce qui a été obtenu est un progrès pour la France", a estimé François Hollande, au sujet de l'avancée des négociations concernant Alstom. La "position définitive" de l'Etat sur ce dossier "dépendra" des négociations en cours avec Bouygues pour lui racheter les deux tiers de sa participation dans le groupe industriel français, a encore avertile président de la République, qui a dit compter sur "des avancées d'ici la fin de la journée".
Vidéos Argent/Bourse
Le 20 juin, Jean-Louis Cussac, trader pour compte propre chez Perceval Finance, et Philippe Béchade, cerclefinance.com, ont dressé le bilan de la semaine dans Intégrale Bourse, interviewés par Sébastien Couasnon, dans Intégrale Bourse, sur BFM Business. avec Sébastien Couasnon sur BFMBusiness, première chaîne d'informations économiques en France. Retrouvez toute l'actualité économique et financière sur BFMBusiness.com.
Vidéos Argent/Bourse
Le 20 juin, à l'occasion d'une conférence de presse, Arnaud Montebourg a annoncé la participation de l'État au capitale d'Alstom avec Sébastien Couasnon, Florence Barjou, responsable gestion Multi Asset chez Lyxor AM, et François Mallet, responsable des marchés actions chez Kepler Cheuvreux, sur BFM Business. BFMBusiness, première chaîne d'informations économiques en France. Retrouvez toute l'actualité économique et financière sur BFMBusiness.com.
Vidéos à la une
Arnaud Montebourg a indiqué, ce vendredi, qu'une alliance avec General Electric avait les faveurs du gouvernement. Il a également annoncé que l'Etat deviendrait l'actionnaire principal d'Alstom. Un conseil d'administration du groupe français est en cours, en début de soirée ce 20 juin.
Vidéos à la une
Anna Cabana, grand reporter au Point et David Revault d'Allonnes, grand reporter au Monde. Retour sur l'affaire Alstom. L'État va entrer au capital du groupe industriel Alstom à hauteur de 20 % et choisi l'alliance avec l'américain General Electric.
Vidéos à la une
Laurent Santoire, délégué syndical CGT Alstom, était sur le plateau de BFM Story. Arnaud Montebourg, ministre de l'Economie, a annoncé que l'Etat va entrer au capital du groupe industriel Alstom à hauteur de 20 % dans le cadre d'une alliance avec le conglomérat américain General Electric.
Vidéos à la une
"Sans l'intervention du président de la République, du gouvernement et d'Arnaud Montebourg, nous ne pourrions pas constater le résultat aujourd'hui, c'est-à-dire une victoire pour Alstom, notre industrie et la France", a déclaré Manuel Valls vendredi en plein dénouement du dossier de la reprise des activités d'Alstom.
Vidéos à la une
Siemens monte au créneau pour créer un champion européen du ferroviaire. Il propose, avec Mitsubishi, de reprendre les turbines à vapeur et à gaz d'Alstom en injectant quelques quatre milliards d'euros et en entrant au capital du groupe. Mardi, les PDG du tandem germano-japonais ont été reçus à l'Élysée avant de défendre leur projet devant la commission des affaires économiques de l'Assemblée. Kathia Gilder
Vidéos à la une
Quelques heures après leur rendez-vous avec le président de la République, les patrons de Mitsubischi et de Siemens ont présenté leur offre déposée hier sur le bureau d'Alstom aux députés de la commission des affaires économiques. Ils mettent en avant le respect de la cohérence de la branche énergie du groupe. Joe Kaeser (Siemens) estime que si les Français veulent le démantèlement, ils n'ont qu'à choisir les autres offres, vantant ainsi la cohérence de la sienne. Le pdg de MHI souhaite pour sa part que l'État français prenne une participation au capital d'Alstom "au moins" à hauteur de celle que son groupe s'est engagé à prendre soit 10 % .

Pages

Publicité