Société
La CAF a demandé à une réfugiée politique syrienne de rembourser une partie de ses allocations car elle était dans l'impossibilité de prouver l'enlèvement de son mari par le groupe Etat Islamique. 
Publicité