Vidéos à la une
Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, a réagi ce vendredi à la vidéo postée sur Internet par Marine Le Pen où la candidate du Front national lance un message aux électeurs de la France insoumise. "Il faut faire barrage à Emmanuel Macron", a-t-elle demandé. Jean-Luc Mélenchon candidat battu du premier tour de la présidentielle n'a toujours pas donné de consigne de vote même si son porte-parole assure "qu'il y a des consignes de vote, pas une voix ne doit aller au Front national".
Vidéos à la une
"Nous nous sommes efficaces contre le Front national, nous nous faisons reculer les idées d'extrême droite", a scandé Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, lors d'une conférence de presse ce mercredi. "À 600.000 voix près, nous étions devant le FN", a-t-il souligné, avant de s'interroger: "Qui peut présenter un tel exploit?"
Vidéos à la une
Lors d'une conférence de presse ce mercredi, Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, est revenu sur la consultation engagée auprès des militants de la France insoumise. "Certains voteront blanc ou nul, certains voteront Emmanuel Macron, d'autres n'iront pas voter. Il y a, parmi ces trois options, aucune qui est immorale. Elles sont toutes légitimes, compréhensibles (...) Mais à aucun moment le choix du vote Front national n'est posé. Pas une voix ne doit aller pour le FN", a-t-il affirmé.
Vidéos à la une
Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon Alexis Corbière, invité de BFMTV ce mercredi matin, espère que le grand débat de mardi sur BFMTV "aura fait reculer l'abstention", alors que 30% des électeurs pourraient ne pas se déplacer aux urnes et que près d'un électeur sur deux est encore indécis. "J'invite tous les citoyens à lire tous les programmes", a lancé Alexis Corbière.
Vidéos à la une
Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon Alexis Corbière, invité de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi sur BFMTV et RMC, a assuré que la décision de Manuel Valls de voter Emmanuel Macron marque "la fin du Parti socialiste". "C'est une étape majeure de l'effondrement de ce parti, plus rien ne sera jamais comme avant", a-t-il insisté, estimant que son déclin "vient de l'ensemble des défaites politiques et des capitulations de ce parti".
Vidéos à la une
Invité ce jeudi de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi sur RMC et BFMTV, Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon a évoqué l'échec de l'accord entre son candidat et Benoît Hamon: "Hamon, c'est le candidat du Parti socialiste. Je ne crois pas qu'après 5 ans de François Hollande, il soit possible de se rassembler derrière un candidat du PS".
Vidéos Argent/Bourse
Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, était l'invité de Nathalie Levy mardi soir BFMTV. Le conseiller de Paris a déclaré que "Monsieur Valls n'a pas été élu pour mettre en oeuvre la loi El Khomri. Il n'a jamais présenté cette loi lors des élections. Il y a une minorité exaltée au sein du gouvernement qui veut imposer une loi contre le peuple", en soutenant que monsieur Valls était "un homme exalté!".
Vidéos à la une
Les policiers manifestent ce mercredi contre "la haine anti-flic" mais pour Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche, invité du Conseil des Grandes Gueules, les méthodes policières doivent aussi être mises en cause. "C'est un service public qui a le droit d'être critiqué", estime-t-il, rappelant que si des policiers ont été blessés, des manifestants l'ont été aussi.
Vidéos à la une
Le secrétaire national du parti de gauche a commenté mardi soir sur BFMTV la grève des taxis pour protester contre la concurrence des VTC. "Ce qu'on appelle ubérisation signifie précarisation. C'est le problème. C'est un modèle sur lequel on ne peut pas s'aligner. Uber ne paie d'impôts en France. Car en vérité c'est pseudo auto-entrepreneurs sont des salariés déguisés. Ils travaillent énormément pour des rémunérations beaucoup plus basses que les chauffeurs de taxi. C'est un modèle qui tire vers le bas", a-t-il déclaré.
Vidéos à la une
"Cette mesure ne va servir à rien, le Premier ministre l'a dit", a réagi Alexis Corbière au sujet de la très controversée déchéance de nationalité. Le secrétaire national du Parti de Gauche s'inquiète en revanche de la symbolique qui risque d'introduire l'idée qu'il y a des Français qui ne le sont "pas à part entière". Il dénonce par ailleurs une "idée fainéante sur le plan intellectuel" et appelle à régler réellement les problèmes.
Vidéos à la une
Le secrétaire national du Parti de gauche (PG), Alexis Corbière, commente le discours commun de François Hollande et Angela Merkel sur la situation grecque. "Le peuple grec ne veut pas de ces propositions portées par le FMI, la BCE et Mme Merkel, qui consiste à dire qu'il faut rembourser l'intégralité de la dette, ce que tous les économistes sérieux disent qu'il est impossible", explique Alexis Corbière.
Vidéos à la une
Coup de poker dans les négociations européennes : alors qu'un accord sur la restructuration de la dette grecque semblait proche, Alexis Tsipras a provoqué un séisme politique en Europe en annonçant la tenue d'un référendum le dimanche 5 juillet dans son pays sur le plan d'aide proposé par l'Eurogroupe. La riposte européenne n'a pas tardé : les créanciers de la Grèce ont refusé de prolonger le plan d'aide financière au pays au-delà du 30 juin. Le référendum de la Grèce aura pour conséquence de légitimer ou non la résistance du Premier ministre grec à ses créanciers et consommera peut-être la rupture entre la Grèce et l'Union européenne. Le " non " souhaité par Alexis Tsipras ouvrirait la voie à un possible " Grexit " ... Le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker a lui demandé " aux Grecs de voter oui, indépendamment de la question posée ", tout en précisant qu'il se sentait " trahi " par la manoeuvre inattendu d'Alexis Tsipras. Mais le choix des Grecs sera " virtuel ", rappelle la directrice générale du FMI Christine Lagarde, puisque le plan d'aide proposé l'Union européenne sera déjà arrivé à expiration depuis le 30 juin. C'est à cette date que la Grèce est supposée rembourser au FMI sa dette de 1,6 milliards d'euros, faute de quoi l'Etat sera en faillite. Pour éviter des retraits bancaires massifs, le gouvernement grec a ordonné la fermeture des banques jusqu'au lundi 7 juillet. Si Alexis Tsipras cherche à prouver sa détermination grâce à la consultation des citoyens grecs, l'inquiétude est grandissante dans le pays... Un accord entre la Grèce et l'Union européenne est-il encore possible ? Les Grecs soutiendront-ils la fermeté d'Alexis Tispras la semaine prochaine ? Quelles seraient les conséquences d'un Grexit ? Arnaud Ardoin en débat ce soir avec ses invités sur le plateau de Ça vous regarde : Invités : Axel Poniatowski, député Les Républicains du Val-d'Oise et vice-président de la commission des affaires étrangères à l'Assemblée nationale. Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche chargé de la lutte contre l'extrême droite Véronique Riche-Flores, économiste et présidente de RichesFlores Research Henri Sterdyniak, conseiller scientifique à l'OFCE, signataire du Manifeste des économistes atterrés Question Le JDD : souhaitez-vous que la Grèce quitte la zone euro ? Votez sur LeJDD.fr.
Vidéos à la une
Emoi après l'évacuation musclée des migrants installés rue Pajol, dans le 18ème arrondissement de Paris. Plus de quatre-vingts migrants ont été délogés, et emmenés au commissariat, où il leur a été demandé, s'ils voulaient solliciter l'asile. Une quarantaine de militants, de riverains et une poignée d'élus sont venus les soutenir face à de nombreux CRS. Les migrants, des Erythréens, des Soudanais et des Ethiopiens pour la plupart, dormaient là depuis plusieurs jours faute d'endroit où aller après l'évacuation, le 2 juin, par la police, d'un campement proche de La Chapelle. Face à cet afflux de migrants, la France semble désemparée. Selon le HCR, depuis le début de l'année 2015, 103 000 personnes sont arrivées en Europe via la Méditerranée. Conséquence : la Commission européenne appelle à la solidarité des pays membres de l'Union. Ainsi la Commission souhaite que la France accueille 6 750 demandeurs d'asiles et 2 375 réfugiés. Une demande refusée par Paris. Samedi, lors d'une visite à Menton, le Premier ministre, Manuel Valls, a affirmé qu'il était opposé à l'instauration de " quotas de migrants ". La France, estime en faire déjà beaucoup. " 5.000 réfugiés syriens et 4.500 Irakiens ont été accueillis en France depuis 2012 ", a rappelé Manuel Valls ce week-end. Alors la France doit-elle accepter " les quotas de migrants " imposés par Bruxelles ? Arnaud Ardoin et ses invités en parlent ce soir dans " Ça Vous Regarde " Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de Gauche Catherine de Wenden, directrice de recherche au CNRS, docteur en science politique de Sciences Po. Auteure de "l'Atlas mondial des migrations. Nouvelle édition", Paris, Autrement, 2012, 96 p. (Coll. Atlas/Monde) Arno Klarsfeld, ancien président de l'Office français de l'immigration et de l'intégration, avocat et membre du Conseil d'Etat - Aurélien Legrand, directeur de campagne de Walleyrand de Saint Just pour l'Ie-de-France. Chargé de la communication de la fédération Front national de Paris. Question jdd : la France doit-elle accepter " les quotas de migrants " imposées par Bruxelles ?
Vidéos à la une
Juliette Méadel, porte-parole du Parti socialiste et Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche étaient les invités de BFM Story. Lors de sa conférence de presse Bernard Cazeneuve a annoncé ce jeudi, l'interdiction de l'utilisation des grenades offensives. Alexis Corbière se dit insatisfait de cette intervention qu'il juge trop tardive alors que la cause du décès de Rémi Fraisse était connue des forces de l'ordre 10 minutes après les faits. Par conséquent, le ministre de l'Intérieur doit-il démissionner à cause de cette bavure ? Le Parti de gauche semble le penser car ses représentants ont en fait la demande il y a à peine quelques jours. Quant à Juliette Méadel, elle estime que la séparation des pouvoirs a été respectée et que ce délai était nécessaire pour obtenir les résultats de l'enquête judiciaire.
Vidéos à la une
Barrage de Sivens Acte II ! L'enquête sur la mort de Rémi Fraisse, survenue dimanche 26 octobre sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn), privilégie la thèse d'un décès dû à une grenade offensive lancée par les gendarmes, après la découverte de traces de TNT sur ses vêtements. Voilà de quoi relancer la polémique de la bavure policière et énerver vivement Johnny Blanc ! Pour le fromager des GG, il faut respecter le choix de nos élus qui avaient plébiscité ce projet de barrage il a déjà 8 ans. " Ces opposants nous emmerdent. On est en démocratie en France, ça existe plus ?! Moi à ce moment-là j'ai pas voté François Hollande, demain je vais à l'Elysées pour lui démonter la tête ? Faut arrêter, sinon on fait plus jamais rien ! ".
Vidéos à la une
"Le gouvernement menace la République". Cette déclaration de Benoît Hamon a provoqué la foudre des membres du gouvernement. A tel point que certains ministres souhaitent aujourd'hui à sa démission. Mais à la gauche de la gauche ces propos font l'unanimité. Pour le secrétaire national du Parti de gauche Alexis Corbière, cette sortie, comme celle de Martine Aubry dans le JDD, illustre les distorsions idéologiques qui règnent au PS. Il appelle donc les frondeurs et les socialistes en désaccord avec la politique menée par le gouvernement à quitter leur parti pour former une nouvelle union contestataire : "Tout ce qui rompt avec le système est le bienvenu pour construire une gauche digne de ce nom" assure-t-il.
Vidéos à la une
Pour le secrétaire national du Parti de gauche Alexis Corbière, Emmanuel Macron, nouveau ministre de l'Economie, "est un libéral, un homme de droite". "En termes de symbole, la nomination d'Emmanuel Macron ne parle pas à la gauche, Manuel Valls ne parle pas à la gauche", a ajouté Alexis Corbière, sur BFMTV.
Vidéos à la une
Le secrétaire national du Parti de gauche a commenté vendredi sur BFMTV l'annonce de Jean-Luc Mélenchon de quitter la coprésidence du parti. Alexis Corbière détaille ne simple réorganisation interne au parti dans lequel Jean-Luc Mélenchon continuera à occuper un "premier plan". Il ajoute que l'eurodéputé est "dégoûté d'une certaine forme de la vie politique, de cette façon à tout se résume à des images te des idées".
Vidéos à la une
Alexis Corbière, membre du Comité de soutien Kerviel, est intervenu dans BFM Story pour commenter la décision du parquet d'Évry de faire appel et de s'opposer à l'aménagement de peine donnée à l'encontre de l'ancien trader Jérôme Kerviel par le juge d'application des peines. En effet, l'ancien trader de la Société Générale espérait pouvoir effectuer le solde de sa peine sous bracelet électronique.
Vidéos à la une
Retour sur la décision de la Cour de cassation dans l'affaire Kerviel. La Cour a confirmé ce mercredi la condamnation de Jérôme Kerviel à 5 ans de prison, dont 3 ferme et 2 avec sursis. Par...
Vidéos à la une
Retour sur la proposition de loi "Florange" qui a été adoptée définitivement ce lundi au Parlement, avec Jean-Marc Germain, député PS des Hauts-de-Seine et rapporteur du texte, et Alexis...
Vidéos à la une
Invité du Conseil des Grandes Gueules mercredi 13 novembre, Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche a fait part de sa colère après la parution de la Une raciste du journal...
Publicité