Vidéos à la une
La laïcité ou l'éternel débat. Deux camps s'affrontent : d'un côté, les partisans d'une laïcité "ouverte", favorables à ce qu'une place soit accordée aux religions. De l'autre, ceux qui appellent à une lecture stricte de la tradition laïque française, au nom de la lutte contre les communautarismes. Deux camps irréconciliables, ainsi que l'a montré la récente polémique qui a éclaté au sein même de l'Observatoire de la laïcité. Certaines préconisations qu'il a formulées comme : " le soutien à la création d'établissements privés de théologie musulmane " et " l'instauration de conseillers humanistes " en prison pour faire barrage à " tout discours extrémiste " ont créé une scission. La proposition de loi d'Alain Tourret, discutée aujourd'hui à l'Assemblée, visant à " étendre l'obligation de neutralité à certaines personnes ou structures privées accueillant des mineurs et à assurer le respect du principe de Laïcité " a également suscité de vifs débats. Pourtant adoptée par le Sénat, en janvier 2012, y compris par l'UMP et le PS, cette proposition de loi a été vidée de son contenu avec l'aide de certains membres du gouvernement, d'une partie du PS et de certains organismes comme l'Observatoire de la laïcité. Pour certains, la laïcité est attaquée de toutes parts d'où l'urgence et la légitimité de légiférer sur d'autres sujets : les mères voilées lors de sorties scolaires, ou l'interdiction du voile à l'Université... Nicolas Sarkozy a déjà proposé comme thème pour la prochaine journée de travail : la religion musulmane. Pour d'autres, la loi de 1905 offre un cadre suffisant et de nouvelles lois sont inutiles. Une application trop stricte de la laïcité renforce-t-elle le communautarisme ? Une nouvelle loi ne risque-t-elle pas de stigmatiser d'avantage les musulmans ? Arnaud Ardoin en débat avec ses invités. Invités : Alain Tourret, député PRG du Calvados - Raphaël Liogier, professeur des universités à l'Institut d'Etudes Politiques d'Aix-en-Provence et responsable de l'Observatoire du religieux - Faïza Zerouala, Journaliste et auteur "Des voix derrière le voile" aux éditions Premier Parallèle , mars 2015 Nicolas Truong, Journaliste au Monde, responsable des pages Idées-Débats. Auteur de " Penser le 11 janvier ", 21 mai 2015 aux Nouvelles éditions de l'Aube Question le jdd : Faut-il interdire le port du voile dans les crèches ?
Vidéos à la une
Opération Overlord, tel est le nom de code de l'opération lancée en Normandie, il y a 70 ans. Initialement prévue le 5 juin 1944, elle est reportée au lendemain en raison des mauvaises conditions météorologiques. Le 6 au petit matin, les premières barges touchent le sol français. 150 000 hommes débarquent en Normandie. Un événement historique qui a changé la face du monde : la libération de l'Europe de l'ouest du nazisme. En effet, le débarquement reste marqué par une prouesse logistique, une mobilisation économique et humaine extraordinaire, ainsi qu'une campagne de désinformation d'envergure. Pourtant un autre épisode consécutif majeur demeure souvent inconnu. Une autre offensive militaire de très grande ampleur est menée par l'Armée rouge, à l'Est : 2 millions de soldats y sont déployés. Elle est lancée par l'Union soviétique le 22 juin 1944, infligeant une des plus cuisantes défaites à la Wehrmacht. Cette guerre a également été gagnée grâce au front russe. Aujourd'hui, la Normandie célèbre cet anniversaire. Ouistreham ouvre les festivités avec une grande cérémonie internationale sur la plage, en présence d'une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement. Près de 1.800 vétérans seront présents. Le président François Hollande a rendu l' " hommage de la Nation " vendredi aux 20.000 victimes civiles, aux familles françaises " qui ont connu le chaos et la mitraille " pendant la Bataille de Normandie. Arnaud Ardoin, entouré de ses invités, décryptera cet événement unique.
Publicité