Vidéos A la une
Invité de News et Compagnie lundi soir, l'essayiste Alain Minc a déclaré qu'il "souhaite pour l'honneur de la France que Marine Le Pen soit écrabouillée au deuxième tour" de l'élection présidentielle de 2017. Selon lui, "il faut que le candidat de droite ait les suffrages de toute la gauche, comme Jacques Chirac en 2002". C'est pourquoi l'économiste a fait d'Alain Juppé son favori, car lui seul "répond aux deux éléments de l'équation". "J'ai envie d'avoir un titre de l'International New York Times disant la victoire du candidat démocratique face à Mme Le Pen", a conclu Alain Minc.
Vidéos A la une
Alain Minc propose de suspendre pendant 5 ans la loi de séparation des Églises et de l'État pour permettre une meilleure intégration des musulmans de France. Invité de Ruth Elkrief sur BFMTV, l'auteur de "Un Français de tant de souches" estime qu'il est " aberrant que les musulmans ne puissent exercer dans des conditions correctes leur culte". L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy s'oppose au financement des mosquées françaises par des pays musulmans et propose un autre solution: "je préfèrerais que les mosquées soient financées par la République française et les imams formés dans des écoles sous le contrôle de la république".
Vidéos A la une
Alain Minc était l'invité ce matin du "Grand Oral des GG". Avant de passer l'épreuve du "GGTweet", l'économiste a revendiquer ne pas avoir de compte Twitter. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il a un avis très tranché à propos de ce réseau social.
Vidéos A la une
"Les pauvres voyageront plus facilement". Avec cette déclaration Emmanuel Macron a une nouvelle fois crée la polémique. Après le dérapage sur les illettrés de Gad, le ministre de l'Economie a réitéré en qualifiant de "pauvres" les plus français les plus défavorisés. Pour Alain Minc, ces bourdes ne sont que des erreurs de jeunesse. Elles traduisent un manque d'expérience politique et médiatique. Selon lui, l'ancien banquier a besoin d'un temps d'adaptation pour assumer le personnage public qu'il est devenu : "Une fois qu'il aura été dépucelé, il est intelligent, il saura faire" affirme-t-il
Vidéos A la une
Chaque jour, l'invité du 'Grand Oral des GG' se prête au jeu du "GG TWEET" qui consiste à tweeter sur des personnalités qui font l'actualité. Ce matin, c'est l'économiste et essayiste Alain Minc qui a effectué cet exercice.
Vidéos A la une
BFM Politique: Alain Minc, essayiste et économiste, répond aux questions d'Apolline de Malherbe sur le retour attendu de Nicolas Sarkozy sur la scène politique. L'ancien président de la République devrait officialiser son retour dans les jours qui suivent. Il tentera de briguer la présidence de l'UMP, le 29 novembre prochain, avec en ligne de mire celle de la France pour 2017. Pour Alain Minc: "C'est un fait acquis donc la question n'est plus d'être favorable ou pas" et qu'avec ce retour, "il est clair que le coeur de l'opposition reçoit une grande voix".
Vidéos A la une
BFM Politique: Alain Minc, essayiste et économiste, répond aux questions d'Anna Cabana du Point sur la cohérence de son parcours. Le 9 octobre 2008, en pleine crise économique, Alain Minc avait déclaré sur le plateau de BFMTV qu'après "les deux ou trois mesures, qui seront prises, finiront par animer le crédit interbancaire, on aura 6 ou 9 mois, dans l'économie dite réelle, difficiles, mais qu'on rebondira vite et fort". Toutefois, 6 ans après, la relance économique se fait toujours attendre. "L'analyse sur la gravité à un moment donné, elle était juste, en revanche, je pensais que le rebond serait beaucoup plus rapide et beaucoup plus fort" a-t-il expliqué.
Vidéos A la une
BFM Politique: Alain Minc, essayiste et économiste, répond aux questions d'Hedwige Chevrillon sur la capacité de Nicolas Sarkozy à relancer l'économie. Actuellement, la dette de la France a dépassé la barre des 2 000 milliards d'euros et, à ce rythme, le déficit public atteindra les 4,4 %. Pour Alain Minc: "Que ce soit Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, ou si un homme de gauche libérale arrivait aux manettes, ils feront la même chose. Il faut aller beaucoup plus loin dans le transfert en faveur des entreprises".
Vidéos A la une
BFM Politique: le face à face a opposé Alain Minc, essayiste et économiste, à Jean Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière. Retour sur la difficile mise en place du pacte de responsabilité notamment la quasi-absence d'accords signés en contrepartie des 40 milliards d'euros d'aides publiques octroyées aux entreprises. Pour Jean Claude Mailly: "Nous avons condamné le pacte de responsabilité pour deux raisons: il s'inscrit dans une logique d'austérité, et les aides devraient être ciblées si on veut avoir des contreparties des entreprises". Alain Minc estime de son côté qu'on ne peut pas "lier une aide générale à des engagements de création d'emplois".
Vidéos A la une
BFM Politique: Alain Minc, essayiste et économiste, répond aux questions de Véronique Jacquier de RMC sur les déboires de François Hollande. Après les mauvais résultats aux sondages, le scandale provoqué par livre de Valérie Trierweiler et l'affaire Thomas Thévenoud, Alain Minc estime que "la seule chose qu'on peut souhaiter à François Hollande, c'est de finir le plus élégamment et honorablement possible son mandat".
Vidéos A la une
BFM Politique: Alain Minc, essayiste et économiste, répond aux questions d'Apolline de Malherbe sur la hausse "significative" des actes antisémites en France. Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a annoncé vendredi qu'ils avaient augmenté de 91% en un an. 527 cas ont été enregistrés entre le 1er janvier et le 31 juillet 2014, contre 276 sur les sept premiers mois de 2013. Alain Minc estime que "la société française est capable de se défendre contre cela, comme elle doit se défendre contre toutes les autres formes de racisme".
Vidéos A la une
Alain Minc, économiste et essayiste, a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur les démarches politiques du nouveau gouvernement de Manuel Valls. Après la déclaration d'amour aux entreprises du Premier ministre, la négociation des 35 heures et le renforcement du contrôle des chômeurs, le gouvernement semblerait se pencher vers la voie du social-libéral. Alain Minc estime que "c'est un véritable retour vers la réalité, les socialistes sont devenus des sociaux-démocrates et non des sociaux-libérales".
Publicité