Vidéos A la une
10 ans après la loi Leonetti de 2005 sur la fin de vie, les députés débattent d'un nouveau texte depuis hier. Cette proposition de loi, de nouveau portée par Jean Leonetti mais aussi par son collègue socialiste Alain Claeys prévoit notamment un droit à la sédation " profonde et continue " jusqu'au décès pour un patient atteint d'une maladie incurable et qui aurait décidé de cesser tout traitement vital. Pas d'acharnement thérapeutique donc mais hors de question de franchir la ligne jaune de l'euthanasie ou du suicide assisté. Vincent Morel, le président de la société française d'accompagnement et de soins palliatifs salue un texte " d'équilibre ". Seulement voilà, cette proposition de loi ne fait pas consensus sur les bancs de l'Assemblée nationale. Si la majorité des députés UMP soutiendront le texte, certains s'y opposent. " Cette nouvelle proposition de loi comporte un risque de dérive euthanasique très marqué ", estime Jean-Frédéric Poisson. A gauche, environ 120 députés socialistes appuyés par les radicaux et les écologistes souhaitent aller plus loin et instaurer une " aide médicalisée active " à mourir. " Le débat s'annonce sérieux et pas gagné d'avance ", avertit Alain Claeys. Comment éviter l'acharnement thérapeutique ? Cette proposition de loi est-elle suffisante ? La France doit-elle légiférer en faveur de l'euthanasie ? Les invités d'Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde. Invités : Alain Claeys, député PS de la Vienne et co-rapporteur de la proposition de loi créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie Jean-Frédéric Poisson, député UMP des Yvelines, Président du Parti-Chrétien Démocrate et auteur de Personne ne doit mourir seul. Sens et valeur des soins palliatifs, Editions universitaires, 13 mars 2015 Jean-Luc Romero, président de l'Association pour le Doit à Mourir dans la Dignité (ADMD) Vincent Morel, président la Société Française d'Accompagnement et de soins Palliatifs (SFAP) Question JDD : Seriez-vous prêt à aider un proche à mourir s'il le souhaitait ?
Vidéos A la une
Euthanasie. Un mot qui semble toujours être tabou à l'Assemblée nationale. Manuel Valls avait appelé au " consensus " et au " rassemblement " lors de l'ouverture des débats sur la fin de vie le 21 janvier. Aussi l'UMP et le PS semblent-ils avoir réussi à trouver un accord en soutenant ensemble la proposition de loi d'Alain Claeys et Jean Leonetti, qui s'inscrit dans la continuité de la loi Leonetti de 2005. Celle-ci souhaite améliorer l'accès aux soins palliatifs, donner une dimension contraignante aux directives anticipées des patients et clarifier le recours à la sédation profonde en phase terminale. La loi ne propose donc aucune rupture par rapport aux dispositions déjà existantes. Elle se heurte à des critiques vives aussi bien de la part des " pro-vies " tels que l'Alliance Vita qui craignent une légalisation progressive du " droit au suicide " que de la part des défenseurs de l'euthanasie. La recherche de consensus du gouvernement apparaît un peu comme un renoncement à la volonté de repenser réellement la fin de vie. La proposition de loi de la députée écologiste Véronique Massonneau qui entendait légaliser le suicide assisté et l'euthanasie dans certains cas, sur le modèle belge a été rejetée vendredi dernier à deux voix près. La plupart des députés PS ont en effet préféré soutenir le texte plus modéré d'Alain Claeys et Jean Leonetti. La nouvelle proposition de loi parviendra-t-elle à apaiser les débats sur la fin de vie ? Devrions-nous aller plus loin dans la légalisation de l'euthanasie ? Devrions-nous prendre exemple sur la Belgique, qui donne la liberté de choisir sa mort ? Les invités d'Arnaud Ardoin en parlent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde : Invités : Véronique Massonneau, députée écologiste de la Vienne Alain Claeys, député PS de la Vienne, co-auteur de la proposition de loi " créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie " Marie de Hennezel, psychologue clinicienne, auteure d'ouvrages sur l'accompagnement de la fin de vie Patrick Bouet, Président du Conseil national de l'Ordre des médecins
Vidéos A la une
Jean-claude Ameisen, président du Comité consultatif national d'éthique (CCNE), médecin, et professeur d'immunologie, était l'invité BFM Story. Les députés Jean Ancre Leonetti (UMP) et Alain Claeys (PS) ont remis ce vendredi 12 décembre à François Hollande leur rapport sur la fin de vie. Le rapport prévoit d'instaurer un droit nouveau "à une sédation profonde et continue" pour des patients en phase terminale, sans aller jusqu'à l'euthanasie active. Le chef de l'État a promis qu'un débat parlementaire sans vote, sur cette question sensible et polémique, serait organisé dès janvier. Le débat sera suivi de "la présentation d'une proposition" de loi et du vote d'un texte à une date non encore fixée.
Vidéos A la une
Ce devrait être le moment-clé de l’après-Affaire Cahuzac. A 16h30 ce mercredi, le principal intéressé est auditionné par la Commission d’enquête parlementaire qui le vise. Cette commission, doit faire la lumière sur la façon dont le gouvernement et ses services ont agi entre la révélation, le 4...
Publicité