Vidéos A la une
La ville corse est réputée pour sa longue baie. Pour rejoindre la cité impériale, habitants et touristes empruntent le bus des mers. Il est très abordable puisque l'aller-retour vaut 8 euros. À la descente sur le vieux port, les pêcheurs vous accueillent avec joie. Sur les marchés, charcuterie et fromage régalent vos papilles ! Les plus curieux pourront aussi faire un tour dans la maison natale de l'empereur Napoléon.
Vidéos A la une
Bernard Cazeneuve a tenu à réagir, par communiqué, après la destruction par incendie dans la nuit de vendredi à samedi d'une salle de prière musulmane située à Ajaccio. Un geste qu'il juge "inacceptable". Le ministre de l'Intérieur fait aussi part de sa "solidarité aux musulmans de Corse" et promet "la recherche active des auteurs", si l'origine criminelle du sinistre est confirmée.
Vidéos A la une
Une salle de prière musulmane d'Ajaccio a été détruite par un incendie dans la nuit de vendredi à samedi. Devant le lieu de culte ravagé par le feu, un homme a interrompu l'interview d'un autre qui selon lui ne faisait "pas partie de l'association" du culte musulman local, demandant "de quel droit" il répondait aux questions.
Vidéos A la une
Une salle de prière musulmane d'Ajaccio a été détruite par un incendie dans la nuit de vendredi à samedi. "Il y a des indices qui permettent de penser que le feu serait d'origine criminelle", a affirmé Christophe Mirmand, préfet de Corse.
Vidéos A la une
A Ajaccio, dans la salle de prière musulmane saccagée le 25 décembre dernier, la vie a repris son cours. Les fidèles y ont retrouvé leurs habitudes. Des vitres brisées et des livres partiellement brûlés témoignent encore de la profanation de ce lieu de culte.
Vidéos A la une
Un peu plus d'une semaine après les incidents dans le quartier des Jardins de l'Empeureur à Ajaccio, BFMTV est allé prendre le poul auprès des habitants.
Vidéos A la une
En visite à Ajaccio ce mercredi, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a affirmé que la demande de sécurité accrue des habitants du quartier "Les Jardins de l'Empereur" avait été "entendue par l'État". Il a également annoncé qu'un plan d'action spécifique aux quartiers serait renforcé et sera opérationnel dans les prochains jours.
Vidéos A la une
Suite aux manifestations xénophobes qui ont agité Ajaccio, le Premier ministre Manuel Valls a affirmé, dans son entretien au Parisien, sa volonté de garder le contrôle en Corse. Eric Brunet et Renaud Dély donnent leurs points de vue à ce sujet. - Bourdin Direct, du mercredi 30 décembre 2015, sur RMC.
Vidéos A la une
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, s'est rendra mercredi à Ajaccio, où il visitera notamment la salle de prière musulmane vandalisée vendredi.
Vidéos A la une
"L'auteur principal des faits a été placé en détention provisoire", a affirmé le procureur de la République, Éric Bouillard. Deux personnes suspectées d'être impliquées dans des violences le soir de Noël, en Corse, ont été mises en examen, notamment pour "dégradations par moyen dangereux", ce mardi. L'une d'elle a même été écrouée, il s'agit d'un jeune-homme, âgé de 18 ans et connu des services judiciaires.
Vidéos A la une
Les nouveaux dirigeants nationalistes de Corse ont fermement condamné lundi les manifestations racistes du week-end à Ajaccio, aux "antipodes" de leur conception de l'île, et ont appelé à "l'apaisement". Ces derniers se sont rendus sur le terrain avant de rencontrer les représentants du culte musulman.
Vidéos A la une
4 jours après les violences de la nuit de Noël et les manifestation à caractères racistes qui se sont tenues à Ajaccio ce weekend. Les élus ont appelé à l'apaisement. Une délégation de la communauté musulmane a été reçue à l'Assemblée Corse. Selon notre correspondant sur place, Patrice Roubaud, un troisième individu est recherché ce lundi, "il aurait pu participer à l'agression des sapeurs pompiers, le soir de Noël".
Vidéos A la une
Guet-apens tendu à plusieurs pompiers, lieu de prière saccagé et manifestations xénophobes. À la veille de Noël, les "Jardins de l'empereur" ont été le théâtre de violences. Dans ce quartier qui regroupe 500 logements sur la baie d'Ajaccio, les actes de vandalisme y sont presque quotidiens. Il s'agit de l'un des quartier, les plus pauvres de la ville, où le chômage atteint les 25%. Un petit groupe d'une quinzaine de jeunes seraient responsables des incivilités et du trafic de drogues.
Vidéos A la une
Guet-apens tendu à plusieurs pompiers, lieu de prière saccagé et manifestations xénophobes. À la veille de Noël, les "Jardins de l'empereur" ont été le théâtre de violences. Dans ce quartier qui regroupe 500 logements sur la baie d'Ajaccio, les actes de vandalisme y sont presque quotidiens. Il s'agit de l'un des quartier, les plus pauvres de la ville, où le chômage atteint les 25%. Un petit groupe d'une quinzaine de jeunes seraient responsables des incivilités et du trafic de drogues.
Vidéos A la une
Trois jours après l'agression de deux sapeurs-pompiers, la nuit de Noël, la population continue de manifester son soutien aux soldats du feu. Si le professionnel reprend peu à peu ses droits, les pompiers demandent plus de sécurité pour pouvoir exercer leur métier en toute sérénité.
Société
Depuis jeudi dernier, le quartier des Jardins de l’Empereur à Ajaccio fait la Une des médias à cause des altercations et des manifestations qui y ont eu lieu. Une première pour ce quartier populaire d’ordinaire relativement calme. 
Vidéos A la une
"Le nationalisme corse est aux antipodes de tous les phénomènes de racisme, de xénophobie ou d'expulsion", a déclaré Gilles Simeoni lundi sur Europe 1. Le président du Conseil exécutif de Corse a ajouté que le nationalisme de la région est "une démarche progressiste qui est l'affirmation de l'existence d'un peuple, et c'est une conception ouverte".
Vidéos A la une
Laurent Marcangelli, député maire LR d'Ajaccio, était l'invité d'RMC ce lundi, au lendemain d'une nouvelle manifestation d'habitants dans le quartier des Jardins de l'Empereur. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos A la une
Dimanche, pour le troisième jour consécutif, des manifestants se sont rassemblés en soutien aux deux pompiers et au policier blessés lors d'un "guet-apens" dans un quartier populaire d'Ajaccio le soir de Noël. Quelques centaines de personnes ont parcouru sans heurt plusieurs quartiers populaires avant de se rendre devant la Préfecture pour y accrocher un drapeau corse. Vendredi, une manifestation similaire avait conduit à des débordements dont le saccage d'une salle de prière musulmane.
Vidéos A la une
Le député Les Républicains Eric Ciotti a pointé du doigt dimanche la responsabilité du gouvernement après les incidents violents intervenus à Ajaccio depuis jeudi. "Dans certains quartiers de la République, l'Etat n'existe plus", a-t-il déploré tout en appelant à "reconquérir l'autorité républicaine".
Vidéos A la une
Dans la nuit de jeudi à vendredi, deux pompiers ont été blessés au cours d'une intervention à Ajaccio. S'en est suivie une manifestation de soutien qui a dégénéré : une salle de prière musulmane et un restaurant kebab ont été saccagés. Face à ces violences, le préfet de Corse Christophe Mirmand a pris samedi un arrêté interdisant les manifestation dans le quartier des Jardins de l'Empereur.
Vidéos A la une
Tiffany Parot, sapeur-pompier à Ajaccio blessée lors d'un guet-apens dans la nuit de Noël, raconte sur BFMTV une soirée très tendue. "On est intervenus sur un incendie dans le quartier des Jardins de l'empereur", se souvient-elle. Soudain, "une bande de jeunes nous a insultés de 'sales Corses de merde', ils avaient des battes de base-ball et des clubs de golf". Les pompiers sont enfin parvenus à quitter le quartier, deux d'entre eux ont été blessés et brièvement hospitalisés.
Vidéos A la une
Après deux jours de manifestations notamment dans le quartier populaire des Jardins de l'Empereur à Ajaccio, le préfet de Corse a annoncé samedi qu'il allait prendre "un arrêté d'interdiction de manifester dans ce quartier". Objectif: le retour au calme et les progrès de l'enquête pour identifier les auteurs des violences contre les pompiers et ceux ayant visé une salle de prière musulmane. Un arrêté qui sera publié dimanche.
Vidéos A la une
Le préfet de Corse Christophe Mirmand a annoncé samedi soir un arrêté préfectoral interdisant les manifestations dans le quartier des Jardins de l'Empereur, touché par des violences depuis jeudi soir. Il a appelé au calme après l'agression de pompiers et la saccage d'une salle de prière et déploré "l'image désastreuse de la Corse" renvoyée par ces violences.
Vidéos A la une
De nouvelles manifestations ont eu lieu samedi à Ajaccio dans le quartier des Jardins de l'Empereur où ont éclaté des violences. Contrairement à la veille, le rassemblement s'est toutefois passé dans le calme. Vendredi, des manifestants qui dénonçaient le guet-apens contre des pompiers la nuit précédente avaient saccagé une salle de prière musulmane.
Vidéos A la une
Abdallah Zekri, président de l'Observatoire de l'Islamophobie au Conseil Français du Culte Musulman, a demander "aux Français de confession musulmanes de faire confiance à la justice". Vendredi, une salle de prières a été saccagée à Ajaccio après que deux pompiers et un policier ont été blessés dans la nuit de jeudi à vendredi.
Vidéos A la une
Si le calme est revenu sur Ajaccio samedi , les violences de la veille sont encore visibles. Une salle de prières a été saccagée et le Coran brûlé dans la banlieue où deux pompiers et un policier ont été blessés dans la nuit de jeudi à vendredi. Des habitants en colère avait voulu "rendre justice" eux-mêmes.
Vidéos A la une
Invité de BFMTV, Abdallah Zekri, président de l'Observatoire des actes islamophobes du Conseil français du culte musulman (CFCM), a condamné le saccage d'une salle de prière à Ajaccio vendredi.. "Il ne faut pas faire d'amalgames, il faut éviter également de trouver des boucs émissaires", a-t-il souhaité, rappelant que les musulmans ont aidé la Corse à plusieurs reprises dans l'Histoire.
Vidéos A la une
Le Conseil Français du Culte Musulman demande que les auteurs des attaques de la salle de prières d'Ajaccio soient arrêtés et jugés. Des dizaines de manifestants ont saccagé une salle de prières et un kebab, souhaitant "rendre justice" eux-mêmes après que deux pompiers et un policier ont été blessés dans la nuit de jeudi à vendredi. De Manuel Valls au Président du Conseil exécutif Corse, Gilles Simeoni, tous ont condamné ces actes de violences.
Vidéos A la une
"La Corse que nous voulons défendre et que nous voulons construire c'est une Corse où ce type d'actes ne peut être que proscrit", a déclaré Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de la Collectivité de Corse. Une salle de prières a été saccagée vendredi après que deux pompiers et un policiers ont été blessés dans la nuit de jeudi à vendredi aux Jardins de l'Empereur à Ajaccio.

Pages

Publicité