Vidéos à la une
Le criminologue français est détenu dans un quartier de haute sécurité de la prison de Najayo, non loin de Saint-Domingue, la capitale de l'île. Pour ses avocats Antoine Ney et Eric Dupond-Moretti, qui négocient son retour en France, sa situation est "intenable".
Vidéos à la une
L'épouse de Christophe Naudin est revenu samedi sur les conditions d'extradition puis de détention de son mari, qui a reconnu son implication dans l'exfiltration rocambolesque de République dominicaine des deux pilotes français de l'affaire "Air Cocaïne".
Vidéos à la une
Après un mois de détention en Egypte, Christophe Naudin a été extradé jeudi, vers la République dominicaine. Le criminologue était sous le coup d'un mandat d'arrêt international pour son rôle présumé dans l'exfiltration des deux pilotes français de l'affaire Air Cocaïne. Son comité de soutien a été reçu à l'Elysée en début de semaine.
Vidéos à la une
Les soutiens de Christophe Naudin ont rencontré, ce lundi à l'Elysée, les conseillers de François Hollande, au lendemain de la décision de la justice égyptienne de l'extrader vers la République dominicaine. Cet expert en sécurité aérienne est sous le coup d'un mandat d'arrêt international pour son rôle dans la fuite des deux pilotes français. Ils avaient été condamnés à des peines de prison par la justice dominicaine dans l'affaire Air Cocaïne. Olivier Cadic, sénateur des Français établis hors de France et soutien de Christophe Naudin, a exprimé toute son inquiétude sur BFMTV. Il a indiqué que le spécialiste était sous "traitement médical", et qu'il présentait une "santé à risque". L'homme politique a précisé qu'actuellement le expert en aéronautique était hospitalisé en prison au Caire pour des problèmes cardiaques, "car il y a déjà eu des alertes". Par ailleurs, selon lui, "les Dominicains ne s'intéressent absolument pas au respect de la justice internationale". "On se bat aujourd'hui pour que la vie de Christophe Naudin ne soit pas menacée", a-t-il conclu.
Vidéos à la une
Présent en Caire depuis quelques jours, le criminologue Christophe Naudin a été arrêté jeudi soir dans un hôtel de la ville égyptienne, près de l'aéroport. Ce spécialiste de la sécurité aérienne a été arrêté à cause de son aide apportée à Pascal Fauret et Bruno Odos , exfiltrés de République Dominicaine où ils avaient été condamnés à 20 ans de prison dans l'affaire "Air Cocaïne". Cette arrestation intervient à la demande des autorités dominicaines. Christophe Naudin sera déféré samedi devant un magistrat du parquet égyptien, qui décidera de l'extradition du criminologue.
Vidéos à la une
Le secrétaire général du rassemblement bleu marine Gilbert Collard, a réagi, mercredi dans Politique matin, à l'affaire "Air Cocaïne" où une juge d'instruction de Marseille s'était procurée les factures téléphoniques de l'ancien président Nicolas Sarkozy, pour savoir s'il pouvait être mêlé à cette affaire. Interrogé ce mercredi sur RTL, Nicolas Sarkozy s'est interrogé sur le scandale qu'aurait provoqué dans une autre démocratie, le fait "que le chef de l'opposition soit localisé. Que ses téléphones soient surveillés. Qu'il soit écouté et qu'un rapport atterrisse sur le bureau du garde des Sceaux". "Il a raison. C'est inacceptable, a affirmé le député du Gard. Le fait que Nicolas Sarkozy ait voyagé dans cet avion ne constitue pas un signe de culpabilité qui autorise de déclencher une enquête. D'où la nécessité de séparer le ministère public, en lien avec le pouvoir, et les magistrats du siège. Il faut séparer les fonctions."
Politique
Alors que le nom du président des Républicains a été cité dans l’affaire Air Cocaïne et que son téléphone a été géolocalisé, celui-ci ne décolère pas.
Vidéos à la une
Lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale mardi, le député Les Républicains, Luc Chatel, a questionné le Premier Ministre sur la procédure de géolocalisation visant Nicolas Sarkozy dans l'affaire "Air cocaïne". Manuel Valls, a confirmé que la Chancellerie était tenue informée de l'enquête menée en France. Mais il a démenti l'information selon laquelle le ministère de la Justice était au courant de la géolocalisation du téléphone portable de l'ancien président. "Les actes décidés par le juge d'instruction de Marseille et relatifs à monsieur Nicolas Sarkozy" n'ont "en aucun cas été portés à la connaissance du ministère de la Justice par le parquet général d'Aix-en-Provence", a assuré le chef du gouvernement.
Vidéos à la une
Ce dimanche au micro d'Apolline de Malherbe sur BFMTV, Christine Taubira s'est vigoureusement défendue face aux accusations de Thierry Solère, député Républicain, d'avoir était au courant de la géolocalisation du téléphone portable de Nicolas Sarkozy dans l'affaire dite d'Air Cocaïne. "Je n'ai pas de raison d'être au courant d'une décision que prend un juge d'instruction", a assuré la ministre de la Justice. "Nous pensons que pour la solidité d'une démocratie, il faut que l'autorité judiciaire soit indépendante", a déclaré la garde des Sceaux avant d'ajouter que "ce qui était monnaie courante et de notoriété publique sous le précédent quinquennat n'a plus lieu".
Vidéos à la une
Brice Hortefeux était l'invité de Ruth Elkrief mardi. Une occasion pour l'ancien ministre de revenir sur la polémique de la géolocalisation du portable de Nicolas Sarkozy par la justice en marge de l'affaire dite d'"Air cocaïne". Brice Hortefeux ne croit pas le Premier ministre qui a affirmé que la Chancellerie n'était pas au courant de la mise en place de la géolocalisation: "Je ne pense pas que beaucoup de Français puissent supposer ou penser que s'agissant d'une mesure concernant une personnalité publique de tout premier plan, il n'y ait eu bizarrement aucun responsable au courant". Brice Hortefeux se demande même si Nicolas Sarkozy n'a pas été mis sur écoute: "Y-a-t-il eu des écoutes? Sur quelles bases ?"
Politique
Après l’eurodéputé FN Aymeric Chauprade, France 2 révèle qu’une autre personne proche du Front national est impliquée dans l’exfiltration des deux pilotes condamnés en République dominicaine.
Vidéos à la une
Régis Guillermet a témoigné, lundi soir sur BFMTV, tout son soutien à son meilleur ami, Bruno Odos, qui vient d'être présenté à la justice française et écroué. Le pilote a fui la République dominicaine il y a un peu plus d'une semaine dans des conditions rocambolesque. Avec un autre pilote, Pascal Fauret, ils étaient assignés à résidence dans une affaire de trafic de cocaïne et attendaient leur procès en appel. "Bruno n'a rien à faire en prison. Si ces gens-là qui portent l'arme nucléaire trafiquent de la drogue c'est que le pays va vraiment très mal!", a assuré Régis Guillermet.
Société
Après avoir été exfiltrés de République dominicaine où ils risquaient jusqu’à 20 ans de prison, les deux pilotes vont désormais être confrontés à la justice française.
Politique
Le président des Républicains a été géolocalisé et ses factures épluchées par un juge d’instruction dans le cadre de l’affaire Air cocaïne. Son entourage dénonce un acharnement.
Vidéos à la une
Pascal Fauret, condamné dans l'affaire "Air Cocaïne" et évadé de République Dominicaine le week-end dernier, a confirmé à BFMTV l'aide de "militaires" pour l'organisation de l'opération. "Il y avait d'autres projets qui se préparaient. Il y avait aussi une cellule armée de l'air (...) Le premier qui était prêt et qui nous proposait quelque chose de fiable, on disait banco. Il se trouve que c'était les marins", a expliqué le pilote.
Vidéos à la une
C'est lui qui a organisé l'exfiltration de Pascal Fauret et Bruno Odos, les deux pilotes accusés par la République Dominicaine de trafic de drogue dans l'affaire dite " Air Cocaïne ". Spécialiste de la sécurité aérienne, Christophe Naudin a raconté en détail le plan minutieusement échafaudé par ses soins pour faire s'évader les deux pilotes français.
Société
L’expert en sécurité aérienne, Christophe Naudin, présenté comme le cerveau de l’opération ayant permis l'exfiltration des pilotes français depuis la Républicaine dominicaine, a chiffré son coût. 
Vidéos à la une
Les deux pilotes français qui se sont évadés de République dominicaine ont été, entre autres, aidés par Christophe Naudin. Le spécialiste des questions de sûreté a confirmé sur BFMTV avoir participé à la fuite des deux pilotes: "J'ai reçu une demande des familles qui est passée par un élu qui m'a sollicité". Il a donné quelques détails sur la fuite. Quatre scénarii avaient été envisagés. L'expert est revenu sur certains problèmes survenus lors de l'exfiltration: "On a manqué d'eau, on s'est arrêté dans une île en douce pour chercher du pétrole". Il a estimé avoir "fait le travail de l'Etat et, espère, qu'on l'a bien fait".
Vidéos à la une
Bruno Odos, l'un des deux pilotes qui se sont échappés de République dominicaine, a témoigné mercredi sur BFMTV. L'ancien militaire n'avait pas participé à la conférence de presse organisée mardi par ses avocats en présence de l'autre pilote Pascal Fauret. Bruno Odos s'est voulu combatif: "je n'ai pas peur à partir du moment où je n'ai rien à me reprocher" mais il admet rester "prudent et attentif à tout ce qui se passe ". Le pilote demande que "sa vérité soit entendue" par la justice et il reste persuadé qu'elle servira à l'enquête.
International
Plusieurs éléments laissent supposer que l’ex-conseiller de Marine Le Pen a joué un rôle décisif dans l’exfiltration de République dominicaine des deux pilotes français le week-end dernier.
Vidéos à la une
Le retour en France des deux français impliqués dans l'affaire dite d'"Air Cocaïne" est un soulagement pour la mère du pilote Pascal Fauret. Elle ne l'avait pas vu depuis plus de trois ans et avait perdu espoir après sa condamnation en août dernier: "je m'attendais à ne plus jamais revoir mon fils". Depuis son retour en France Pascal Fauret a pu passer du temps avec ses proches près de Lyon. La tante de son épouse se dit "enchantée" par son retour, elle est "heureuse qu'il puisse enfin se rendre à la justice française"
Vidéos à la une
Mardi, Pascal Fauret, l'un des deux pilotes impliqués dans l'affaire "Air Cocaïne", et qui a réussi à fuir la République dominicaine a tenu, ce mardi, une conférence de presse en présence de son avocat. Il est resté muet sur le déroulement de la fuite mais a tout de même expliqué les motivations qui les ont poussés à s'évader. Pascal Fauret juge le procès dominicain "scandaleux", il ne supportait plus son sort en République dominicaine. Le pilote se dit prêt à être entendu par la justice française. Interrogé sur les deux autres Français, toujours retenus à Saint-Domingue, il estime que son retour en France ne les pénalisera pas.
Vidéos à la une
L'eurodéputé FN Aymeric Chauprade était l'invité de BFMTV mardi pour revenir sur l'évasion des pilotes de l'affaire "Air Cocaïne". Le député frontiste est resté assez évasif sur son implication dans la fuite des deux Français : "'J'ai participé mentalement et de coeur à cette évasion parce que je comprends ce qu'ont fait ces pilotes". Aymeric Chauprade a précisé qu'il n'était pas l'organisateur de l'évasion. Il a par ailleurs accusé la justice dominicaine de ne pas avoir "respecté les éléments de base de la législation internationale".
Vidéos à la une
Les deux pilotes français qui ont réussi à quitter la République dominicaine, où ils étaient assignés à résidence pour trafic de drogue, vont devoir s'expliquer devant la justice française. Ils demandent une semaine de répit avant d'être convoqués par la juge d'instruction en charge du dossier. L'avion qui servait à l'importation de la cocaïne en France était surveillé par les autorités françaises. Dix personnes ont été mises en examen pour importation de stupéfiants en bande organisée. Franck Colin, l'affréteur du vol, est toujours en détention provisoire. Les deux pilotes pourraient être placés sous le statut de témoin assisté dans le volet français de cette affaire. Mardi soir, la République dominicaine a annoncé qu'elle allait lancer un mandat d'arrêt international à l'encontre des deux français.
Vidéos à la une
La fuite des deux pilotes français impliqués dans l'affaire dite d'"Air Cocaïne" pourrait avoir des conséquences négatives sur les deux autres Français condamnés, eux aussi, et toujours assignés à résidence en République dominicaine. Alain Gastany, l'un d'entre eux, s'est fait faucher par une moto et risquerait l'amputation. Il demande avec Nicolas Pisapia, le quatrième français impliqué, au gouvernement de les rapatrier. Ils craignent de devoir retourner en prison jusqu'au procès en appel et de porter seul le chapeau dans cette affaire.
Vidéos à la une
L'un des deux Français de l'affaire "Air Cocaïne", qui se sont évadés de République Dominicaine le week-end dernier, a affirmé ce mardi qu'il souhaitait s'expliquer devant la justice française. "A partir du moment où on a affaire à une justice qui ne fait pas d'enquête, qui ne nous écoute pas et qui nous condamne à 20 ans pour la seule raison qu'on est Français (...) Mon réflexe c'est de rentrer dans mon pays où je pourrai m'exprimer devant la justice", a expliqué Pascal Fauret.
Vidéos à la une
La fuite le week-end dernier des deux pilotes français impliqués dans l'Affaire dite d'"Air Cocaïne" a été rendue publique ce lundi. Nicolas Pisapia, condamné dans cette affaire mais qui n'a pas fait partie de l'expédition, a répondu mardi midi en direct aux questions de BFMTV depuis la République dominicaine où il est assigné à résidence. "Je n'ai de contact avec personne, uniquement avec mes avocats. Il y a une crainte que les autorités dominicaines décident de m'incarcérer à nouveau mais on reste confiant sur la suite", a-t-il déclaré.
Vidéos à la une
La fuite le week-end dernier des deux pilotes français impliqués dans l'Affaire dite d'"Air Cocaïne" a été rendue publique ce lundi. Nicolas Pisapia, condamné dans cette affaire mais qui n'a pas fait partie de l'expédition, a répondu mardi midi en direct aux questions de BFMTV depuis la République dominicaine où il est assigné à résidence en attente du procès en appel. "Je n'ai de contact avec personne, uniquement avec mes avocats. Il y a une crainte que les autorités dominicaines décident de m'incarcérer à nouveau mais on reste confiant sur la suite", a-t-il déclaré.
Vidéos à la une
Le député Les Républicains Christian Kert "n'approuve pas" l'évasion des deux pilotes français impliqués dans l'affaire "Air cocaïne". Condamnés à vingt ans de détention en Républicaine dominicaine dans une affaire de trafic de drogue, Pascal Fauret et Bruno Odos ont rejoint la France sans l'accord des autorités dominicaines dans des circonstances qui restent à établir. Une attitude que n'approuve pas l'élu des Bouches-du-Rhône, qui avait pourtant demandé la semaine dernière au directeur de cabinet de Laurent Fabius un plus grand engagement de la France dans cette affaire et qui dénonce aujourd'hui encore une justice dominicaine "non équitable". Inquiétude pour les deux Français toujours sur place Évoquant le cas de l'eurodéputé FN Aymeric Chauprade, qui aurait été au plus près de l'opération d'exfiltration, Christian Kert estime que le frontiste aurait simplement dû "insister auprès des autorités françaises pour que la justice soit rendue de façon équitable en République dominicaine". Le député Les Républicains a par ailleurs une "inquiétude" : "Je redoute que l'on durcisse les conditions de détention (des deux autres Français toujours retenus dans ce pays)". Avec Germain Andrieux
International
Les deux pilotes français accusés de narcotrafic en République dominicaine ont réussi à échapper à la surveillance des autorités et ont rejoint le territoire français le week-end dernier.

Pages

Publicité