Vidéos A la une
Aïda Touihri nous emmène aujourd'hui à Grenoble, la capitale des Alpes. Là où, comme le disait Stendhal l'enfant du pays, au bout de chaque rue se cache une montagne... La Casemate : En résidence artistique à La Casemate (un Fab Lab installé aux pieds de La Bastille), Jean Grégoire est un jeune ingénieur et chercheur en robotique grenoblois de 25 ans. Il se consacre depuis la fin de ses études à des projets " d'Art Robotique ". Des machines différentes qui n'ont pas pour ambition la performance, sinon de délivrer du rêve. Nous partons à sa rencontre au coeur de son atelier dans le Fab Lab, afin de filmer les oeuvres qu'il expose pendant quelques jours. L'occasion de dresser le portrait de ce jeune Grenoblois -à la fois scientifique et poète- mais aussi de déambuler dans ce lieu fourmillant d'inventivité. Collectif 10-12 (Hip Hop) : A l'origine de ce lieu où cohabitent tous les arts liés au Hip Hop, Vincent Huet, un jeune danseur professionnel de 31 ans. Tout en cherchant une salle pour sa compagnie de danse, il a rencontré de nombreux autres jeunes artistes exerçant dans d'autres disciplines mais tous animés par le même feu et réunis par la même culture. Aujourd'hui, ce sont cinq associations référentes et une dizaine d'autres qui créent quotidiennement dans ce bâtiment. Un espace dont les portes sont largement ouvertes aux jeunes issus des quartiers difficiles ou de foyers de migrants. Nous partons à la découverte des répétitions d'une chorégraphie avec la troupe de danseurs, du travail d'un atelier de sérigraphie, des prises de vue sur fond vert de l'atelier vidéo, ou encore d'une séance en studio avec une rappeuse. L'Atypik : Ce café-restaurant est d'abord connu dans le quartier comme une " très bonne table " n'utilisant que des produits issus de circuits courts et de saison. Ensuite, parce qu'il permet à de jeunes autistes de s'investir dans une activité professionnelle sans craindre le regard tantôt condescendant, tantôt apitoyé que la société leur renvoie d'ordinaire. A l'Atypik, le service est effectué par du personnel mixte. Certains serveurs sont autistes, d'autres non. L'idée étant de favoriser l'échange, de créer du lien social et de donner l'opportunité à ces jeunes majeurs pas comme les autres de s'investir dans un projet. Car au-delà de l'activité de restauration, l'Atypik est une association dont le Conseil d'administration est composé pour moitié de personnes autistes. L'idée est de ne jamais décider à leur place, sinon avec eux. Solidarauto 38 : Ouvert depuis deux ans, ce garage solidaire propose des services de réparation, de vidange ou de maintenance pour tous les automobilistes, quels que soient leurs revenus. SolidarAuto 38 s'adresse aussi bien à une clientèle solidaire, qu'à une clientèle dite sociale. En tout, depuis sa création, l'atelier mécanique a profité à près de 2.000 clients bénéficiaires et à plus de 400 clients solidaires. Les bénéficiaires des prestations solidaires doivent justifier d'un certain quotient familial auprès de la CAF ou être présentés par un travailleur social. Par ailleurs, l'équipe propose la vente de véhicules d'occasion à des prix très avantageux pour une clientèle fragilisée qui a besoin de mobilité pour vivre et travailler. Ils sont cinq salariés -mécaniciens, directeur, assistantes- et un volant fluctuant de bénévoles pour faire vivre ce lieu à la fois citoyen et professionnel. Nicole, éleveuse d'émeus : C'est un voyage au Canada, en 2005, qui a tout fait basculer. Nicole Ozenne, alors salariée d'un grand groupe international et habituée à côtoyer des experts comptables ou des avocats, visite un élevage d'émeus. Et c'est le coup de foudre. En quelques minutes, face à ces oiseaux originaires d'Australie et de Nouvelle Zélande, Nicole se dit : " c'est ça que je veux faire ! ". Mais l'évidence n'empêche pas les obstacles... Alors âgée de 48 ans, sans aucune compétence dans le domaine, cette Iséroise d'adoption décide de se lancer en dépit des difficultés. Aujourd'hui, elle est donc seule à la tête d'une petite ferme de 5 hectares comportant un élevage d'une trentaine d'émeus, ce qui reste une rareté en France, et de 250 poules pondeuses bio qui lui assurent la trésorerie. Descente de l'Isère aux flambeaux : Cette séquence permet de découvrir Grenoble à bord d'un canoë kayak, sur l'Isère, de nuit et éclairé par des flambeaux. A partir du quartier ancien de l'Ile Verte, jusqu'au nouveau quartier de l'Europole et le pont d'Oxford. Le club d'aviron propose toutes les semaines à des groupes de descendre l'Isère à travers Grenoble intra muros. Au fil de cinq kilomètres, nous allons notamment passer devant le pont de la Porte de France (une des entrées de la ville), le quartier Saint-Laurent (le seul à se situer rive droite) et entièrement constitué de pizzerias ou encore devant les " bulles " du téléphérique reliant le Fort de La Bastille au centre-ville.
Publicité