Tahar rentre chez lui. Chemin faisant, un pneu de sa Pigeot crève.Il se range alors sur l'accotement, sort son cric et entreprend de changer sa roue.Soudain, Djamel son cousin, lui aussi dans sa Pigeot, arrive à sa hauteur et freine en catastrophe. Il sort de sa voiture, se dirige vers le coffre, revient avec un pied de biche et fracasse le pare-brise de la voiture de Tahar. Tahar, consterné, s'écrie: " Mi, kis ti fou cousin? "Djamel lui répond : " Toi, ti prends les roues, moi ji prends la radio ! "

De là vient le proverbe : "Mieux vaut Tahar que Djamel".

Publicité