Vidéos A la une
Interpellant Manuel Valls sur la réforme territoriale, dont les précisions ont été annoncées aujourd'hui par François Hollande, le député UDI François Sauvadet a demandé : "Peut-on conduire une réforme d'une telle ampleur depuis un bureau parisien, fut-il celui de l'Élysée ?". Mais pour le Premier ministre : "Quand on évoque les problèmes de méthode c'est qu'on ne veut pas parler du fond !". L'affaire Nemmouche a été mise en avant par le député UMP Gérald Darmanin, qui déplore "l'amalgame" fait entre les islamistes radicaux et les musulmans français. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a salué son intervention : "ces actes d'une grande barbarie n'ont rien à voir avec l'Islam de France." Enfin, le député UMP Pierre Lellouche a rappelé les difficultés de l'armée Française au Mali, en accusant François Hollande de "l'enliser" dans le pays en guerre. Furieux, Manuel Valls a renchérit : "Même sur le Mali, vous trouvez le moyen de mettre en cause le Président de la République (...) Si vous voulez un débat apaisé, changez de ton quand il s'agit du chef de l'Etat !". Sur ces derniers mots, les députés UMP ont en majorité quitté l'hémicycle.
Vidéos A la une
Invité de Parlement'air, Georges Fenech, farouche opposant à la réforme pénale de Christiane Taubira a déclaré vouloir "renforcer notre dispositif judiciaire". Il propose aujourd'hui une incrimination nouvelle : "la mise en danger sociale", afin de lutter contre ceux qu'il nomme "les loups solitaires". Ce délit concernerait les individus qui, par leur changement de comportement (radicalisme religieux, déplacements à l'étranger...) "démontrent une très forte suspicion de passage à l'acte".
Publicité