De 2001 à 2006 à l'hôpital Jean Monnet d'Epinal, des "erreurs" de traitements ont "sur-irradié" 421 patients. Cinq sont morts. Explications.

"Une vraie catastrophe sanitaire". Roselyne Bachelot ne mâche pas ses mots lorsqu'elle parle de l'affaire dite d'Epinal. Les termes du rapport de l'inspection générale des affaires sociales sont encore plus accablants, pour l'IGAS, l'hôpital Jean-Monnet d'Epinal a été le théâtre du "plus important accident impliquant les rayonnements ionisants survenu en France". Entre 2001 et 2006, 421 patients souffrant d'un cancer de la prostate ont été victimes de surdosage lors de leur radiothérapie. La faute à des appareils mal réglés. Bilan de ces "erreurs de paramétrage" : cinq morts parmi les personnes les plus "surirradiées" (des hommes de 57 à 82 ans) et plus de 40 plaintes déposées, cinq pour "homicides involontaires", les autres pour "blessures involontaires".

Surdosage et radiothérapie... le point sur l'affaire d'Epinal

Publicité