Vidéos A la une
"Pourquoi vouloir vendre un actif stratégique ?" Christian Estrosi, le député UMP des Alpes-Maritimes, a pris la parole dans l'hémicycle tard dans la nuit de lundi à mardi pour s'opposer à la privatisation de l'aéroport de Nice. L'élu veut faire barrage à l'adoption par l'Assemblée de l'article 49 du projet de loi Macron, actuellement examiné en séance publique. Cet article prévoit que "le transfert au secteur privé de la majorité du capital de la société Aéroports de la Côte d'Azur est autorisé". Christian Estrosi assure ainsi que "49 communes sur 49" de la métropole de Nice Côte d'Azur, la ville de Cannes, mais aussi le conseil municipal de Nice s'y opposent. "Spoliation" Le député des Alpes-Maritimes demande pourquoi l'État veut vendre un aéroport qui "dégage de 10 à 13 millions de bénéfices par an". Christian Estrosi s'adresse à Emmanuel Macron : "Si aujourd'hui vous pouvez vous permettre de le vendre dans des conditions de valorisation estimées de 800 millions à un peu plus d'un milliard d'euros ce n'est pas parce que vous l'avez valorisé, ce sont les collectivités qui l'ont valorisé." Le maire de Nice n'hésite pas à parler de "spoliation" des collectivités locales par l'État. Il continue sa démonstration en assurant que Nice est la "deuxième plateforme aéroportuaire de France après Charles-de-Gaulle et avant Orly" : "Pourquoi vous ne vendez pas Orly dans ce même texte ?" "Il n'y a aucune légitimité à ce que vous mettiez en vente à un actionnaire majoritaire", ajoute Christian Estrosi, qui estime que ce dernier ne participera pas "au développement économique territorial". >> Revivre la journée de débats dans l'hémicycle
Publicité