Vidéos Argent/Bourse
Alors que la Cour de cassation a validé jeudi l'annulation de l'arbitrage en sa faveur, Bernard Tapie et son conseil ont bien l'intention d'épuiser tous leurs recours, estimant que l'homme d'affaires "n'a pas été traité de manière équitable et sereine", selon les mots de son avocat, Frédéric Thiriez, sur BFMTV. La Cour de cassation a en effet encore un arrêt à rendre sur le remboursement des 404 millions d'euros accordés à Bernard Tapie par l'arbitrage. Celui-ci n'exclut pas non plus de faire appel à la Cour européenne des Droits de l'Homme.
Vidéos à la une
Selon Frédéric Thiriez, l'avocat de Bernard Tapie, l'arrêt de la Cour de cassation, jeudi, qui annule l'arbitrage de 2008 en sa faveur, n'est que le dernier d'une série de décisions rendues "pour des raisons politiques". Selon l'avocat, "toutes les décisions de justice avaient été favorables à Bernard Tapie dans cette affaire", jusqu'à ce que le politique s'en empare.
Vidéos à la une
Nouveau revers pour Bernard Tapie. La Cour de cassation a confirmé l'annulation de la procédure d'arbitrage de 2008, qui avait octroyé 404 millions d'euros à l'homme d'affaires. "Il faut définitivement considérer cette sentence comme frauduleuse, donc elle disparaît définitivement du paysage de l'ordre juridique français, décrypte Maître Romain Dupeyré, avocat spécialiste en droit de l'arbitrage, sur BFMTV. Bernard Tapie ne pourra plus jamais se prévaloir de cette sentence arbitrale." Pour autant, il reste un dernier recours en cassation à l'homme d'affaires, qui n'a pas encore obligation de rembourser ces sommes.
Vidéos à la une
Christine Lagarde a été renvoyée jeudi devant la Cour de justice de la République pour son rôle, quand elle était ministre de l'Économie, dans l'arbitrage controversé de plus de 400 millions d'euros accordé à Bernard Tapie en 2008. Il est reproché à l'actuelle directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) d'avoir eu recours à ce procédé et de ne pas avoir fait appel de la décision. "Elle risque des sanctions pénales qui juridiquement sont très fortes et qui politiquement pourraient lui coûter cher, notamment sa place, peut-être, au FMI", a expliqué Romain Dupeyré, avocat spécialiste en droit de l'arbitrage.
Vidéos à la une
L'avocat de Bernard Tapie, Emmanuel Gaillard, était l'invité de BFM Story ce vendredi pour sa première interview télé. Il a affirmé "injuste et insultante" la décision de la Cour d'appel de condamner son client à payer la somme de 404 millions d'euros dans l'affaire de la vente d'Adidas. Cette somme couvre celle que l'homme d'affaires a touchée à la suite de la décision arbitrale, de ses intérêts et du coût de la procédure.
Vidéos à la une
Au sommaire: Affaire Adidas-Crédit Lyonnais: Condamné à rembourser plus de 400 millions d'euros, Bernard Tapie se dit "ruiné". Le président du Medef est-il dans son rôle quand il dénonce le programme économique du FN ? COP21: Laurent Fabius estime que "le compte n'y est pas pour le moment" après 4 jours de négociations... - Avec: Mathieu Pechberty, grand reporter au service économie du Journal du Dimanche. Et Cyrille Lachèvre, éditorialiste économique à l'Opinion. - 18h l'heure H, du vendredi 4 décembre 2015, présenté par Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Ce jeudi, la cour d'appel de Paris a condamné Bernard Tapie à rembourser 404 millions d'euros obtenus en 2008, intérêts compris, dans son litige avec le Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas. L'avocat de l'homme d'affaire a dénoncé "un déni de justice pur et simple" et a annoncé un pourvoi en cassation. Craignant qu'il ait organisé son insolvabilité, la justice a gelé une partie des biens immobiliers à Paris et Saint-Tropez.
Vidéos à la une
Bernard Tapie a été condamné ce jeudi par la Cour d'appel à rembourser plus de 404 millions d'euros dans l'affaire de la vente d'Adidas. Le feuilleton judiciaire n'est peut-être pas terminé, car l'homme d'affaires peut se pourvoir en cassation, mais dans tous les cas, la polémique sur le plan politique pourrait certainement enfler dans les semaines à venir. "Évidemment, Bernard Tapie ne va pas se laisser faire (...) Il va faire de la politique. Après avoir bénéficié du soutien de Nicolas Sarkozy, il va mettre cette décision sur le terrain politique et il va attaquer François Hollande, le gouvernement, Bercy, la justice, ça ne fait aucun doute", a affirmé Laurent Neumann, journaliste à BFMTV.
Vidéos à la une
Après que l'homme d'affaires Bernard Tapie a été condamné jeudi à rembourser 404 millions d'euros obtenus en 2008 à l'issue d'un arbitrage en sa faveur dans son litige avec le Crédit Lyonnais, l'un des avocats de l'Etat, William Bourdon applaudit la décision de la cour d'appel de Paris. Il estime ainsi que "cet homme a un talent absolument hors norme dans le mensonge et le boniment, mais qu'à un moment donné, il y a une limite à la voie du mensonge". Et de conclure: "Plus on ment, plus il est difficile de revenir en arrière".
Société
Bernard Tapie a été condamné ce jeudi par la cour d’appel de Paris à rembourser 404 millions d’euros suite au litige l’opposant au Crédit Lyonnais. Une somme avec laquelle il aurait pourtant pu s'offrir beaucoup de choses…
Vidéos à la une
Bernard Tapie, par l'intermédiaire de son avocat, a demandé entre 516 millions et 1,174 milliard d'euros mardi à la cour d'appel de Paris en réparation pour la revente d'Adidas par le Crédit Lyonnais, qu'il accuse de l'avoir floué au début des années 1990. Son fils, Laurent s'est exprimé à la sortie de l'audience. "Dix ans après rien a changé. Quand on écoute les avocats du Lyonnais, 'circulez il n'y a rien à voir. Tout a été fait normalement'. Avec une petite nouveauté, c'est qui s'il y a des griefs, il ne faut pas le faire, parce que cela avait été fait pour rendre service à mon père", a-t-il expliqué assez remonté.
Vidéos à la une
Le procès de Bernard Tapie a rouvert mardi devant la Cour d'appel, sans le principal protagoniste, pour l'affaire de la vente d'Adidas, qui l'oppose au Crédit Lyonnais. L'homme d'affaires réclame entre 500 millions et 1,2 milliards d'euros au titre du préjudice économique, mais en cas d'échec, il devra rembourser les 400 millions issu de l'arbitrage contesté.
Vidéos à la une
L'avocat de Bernard Tapie, Emmanuel Gaillard, s'est montré confiant mardi matin dans l'affaire qui oppose l'homme d'affaires au Crédit lyonnais dans la revente d'Adidas. La cour d'appel examine ce vieux conflit après avoir annulé en février l'arbitrage controversé qui avait octroyé en 2008 à Bernard Tapie quelque 400 millions d'euros. "Nous avons notamment insisté sur toutes les pièces du dossier pénal qui sont venues enrichir cette affaire. Nous avions gagné en 2005 et avec les pièces du dossier pénal nous devrions gagner encore davantage", a déclaré maître Emmanuel Gaillard.
Vidéos à la une
Les juges se penche à nouveau sur l'affaire Tapie ce mardi. L'homme d'affaire ne s'est pas présenté au palais de justice et a laissé son avocat le représenter.
Vidéos à la une
La justice examine une fois de plus mardi la vente d'Adidas par Bernard Tapie, dans laquelle l'homme d'affaire estime avoir été floué par le Crédit Lyonnais. Une affaire qui dure depuis 22 ans et dont la justice a le plus grand mal à se défaire.
Vidéos à la une
Après une garde à vue de 15 heures, la directrice du FMI a été mise en examen pour "négligence" dans l'affaire Tapie, elle risque jusqu'à un an de prison et 15.000 euros d'amende.
Vidéos Argent/Bourse
Le 8 juin, la marque Adidas, avec Frank Tapiro, président de l'agence Hémisphère droit, et Valery Pothain, rédacteur en chef des Marques à la loupe, ont été reçus par David Dauba, dans A vos marques, sur BFM Business. Tous les dimanches, David Dauba vous dévoile les secrets du marketing des marques de légende. BFM Business, première chaîne d'informations économiques en France. Retrouvez toute l'actualité économique et financière sur BFMBusiness.com.
Vidéos à la une
La Cour de cassation a autorisé la justice à utiliser les agendas de Nicolas Sarkozy. L’ancien président ayant obtenu un non-lieu dans l’affaire Bettencourt, son pourvoi a été jugé...
Vidéos Argent/Bourse
Le 2 mars, Adidas et ses maillots jugés choquants avec Anthony Babkine, digital strategist chez Wellcom, Benoit Tranzer, directeur général Europe de Millward Brown, et Valéry Pothain,...
Vidéos Argent/Bourse
Le 2 mars, la vision donnée par la publicité à la campagne et au terroir, avec Charlotte Bricard, journaliste à CBTV, Anthony Babkine, digital strategist chez Wellcom, Benoit Tranzer, directeur...
International
Le Brésil a fait grise mine à la vue de deux t-shirts de la marque Adidas, sponsor officiel du Mondial 2014. Faisant, selon les hautes instances étatiques, l’apologie du tourisme sexuel, ceux-ci ont finalement été retiré de la vente. 
Vidéos à la une
Hervé Témime, avocat de Bernard Tapie, répond aux questions de Ruth Elkrief sur Bernard Tapie, qui est de retour devant la justice. Quelles sont les décisions et la position de l'homme d'affaire,...
Vidéos à la une
Fabrice Lhomme, journaliste d'investigation au monde répond aux questions de Jean-Baptiste Boursier dans l'affaire Bernard Tapie. L'état intente une procédure au civil.
Société
Bien décidé à récupérer l’argent versé en 2008 à Bernard Tapie dans le cadre de l’arbitrage rendu dans le litige opposant l’homme d’affaires au Crédit Lyonnais dans l’affaire Adidas,  l’Etat attaque aujourd’hui Bernard Tapie au civil. On parle de 405 millions d’euros.
Vidéos à la une
En France, une partie des biens de Bernard Tapie ont été saisis dans l’enquête sur l’arbitrage de de son litige avec le Crédit Lyonnais sur la revente d’Adidas. Les juges ont estimé qu’il était le principal bénéficiaire des sommes versées à l’issue de l’arbitrage au terme d’une escroquerie dont il...
Politique
Alors que Bernard Tapie devient ministre du Logement de François Mitterrand, l’homme d’affaires vend au Crédit Lyonnais l’équipementier sportif Adidas. La banque revend ensuite rapidement la marque et c’est de cette transaction que le contentieux Adidas/Crédit Lyonnais voit le jour. Retour sur une affaire vieille de 20 ans.
Vidéos à la une
Une partie des biens de Bernard Tapie a été saisie par la justice. Il est mis en examen dans l’affaire Adidas. M Lefèbvre

Pages

Publicité