Après la diffusion d’images difficilement soutenables montrant les mauvais traitements infligés aux animaux, le maire d’Alès a annoncé la fermeture provisoire de l’abattoir de sa ville.

Le maire d’Alès (Gard), Max Roustan, a annoncé mercredi la fermeture "immédiate et à titre conservatoire" de l’abattoir de sa ville suite à la diffusion d’une vidéo choc montrant les mauvais traitements infligés aux animaux. Une enquête administrative interne a également été lancée afin de déterminer d’éventuels manquements aux normes d’abattage. "Si des fautes sont reconnues, des sanctions seront prises pouvant aller jusqu'à la fermeture définitive de l'abattoir d'Alès", a annoncé Max Roustan dans un communiqué publié sur le site Internet de sa mairie. 

A lire aussi - Inondations en Géorgie : les animaux d'un zoo errent dans les rues

Les images dévoilées par l'association de défense des animaux "L214" ont été filmées en caméra cachée "par une personne qui a accès à l’abattoir". Difficilement soutenables, elles montrent des bovins et des moutons se faire saigner alors qu’ils ont repris connaissance après avoir été étourdis ou encore des porcs entassés dans une cage descendant vers une fosse où ils seront ensuite asphyxiés. Un cheval apeuré se fait également frapper avec un aiguillon électrique.

L'établissement avait déjà été épinglé

Publicité
L’association a soumis les images à Gilbert Mouthon, un expert vétérinaire. D’après ce dernier, plusieurs infractions au réglement des méthodes d'abattage ont été commises. En plus "des actes de cruauté", il dénonce également de sérieux problèmes sanitaires. "Les matières fécales des bovins sont contaminées de différents germes pouvant être pathogènes et en particulier des colibacilles dits tueurs", explique notamment l'expert, soulignant un risque de contamination important pour les consommateurs.

Ce n’est par ailleurs pas la première fois que l’établissement est épinglé. En automne dernier, des "manquements" avaient déjà été constatés.