L'Unédic vient de publier une étude visant à faire un bilan sur les idées reçues concernant les chômeurs. Planet.fr vous propose de faire le point.

Qui sont vraiment les chômeurs français ? A quoi ressemblent-ils ? L'Unédic, Union nationale interprofessionnelle pour l'emploi dans l'industrie et le commerce, qui gère l'assurance chômage en France, a publié une étude passant au crible les 2,4 millions de chômeurs indemnisés à la fin de l'année 2011.

Le but : faire un point sur les caractéristiques du chômeur français. Et les idées reçues sur les chômeurs risquent bien d'en prendre un coup ! On apprend ainsi que les chômeurs français sont parmi les mieux lotis d'Europe, avec une indemnisation moyenne de 1 055 euros net par mois, soit 69% du salaire qu'ils touchaient auparavant.

Seulement 10,8% de chômeurs licenciés économiquesPierre Cavard, directeur des études et des analyses à l'Unédic, tient également à signaler que l'étude "bat en brèche certaines idées reçues", ainsi, "on parle beaucoup des fermetures de sites, des plans sociaux dans l'industrie, mais en réalité, seuls 10,8% des chômeurs indemnisés sont des licenciés économiques".

L'étude montre bien d'ailleurs que 51% des inscrits à Pôle emploi se sont tournés vers l'ogranisme après une fin de CDD ou une période d'intérim. Et plus encore, le pourcentagee dépasse 75 en ce qui concerne les jeunes.

55,2% n'a pas le bac... mais 25% ont Bac +2L'Unédic met aussi en avant un autre phénomène lié à la précarisation grandissante du monde du travail : le temps partiel ! En effet, 23,2% des allocataires de Pôle emploi étaient en travail partiel avant de ne plus avoir de travail. Les inscrits en activité réduite, qui travaillent actuellement mais sont tout de même à la recherche d'un autre emploi, en temps partiels, intérim ou CDD, sont donc très nombreux. Ils étaient 1,2 millions chaque mois en 2011, pour 100 000 en 1991.

Les résultats de l'étude mettent aussi en avant un point que l'on soupçonne peu : les chômeurs ne sont pas que des sous-diplômés ! Ainsi, si 55,2 des allocataires n'a pas le bac, ils sont tout de même près de 25% à avoir Bac +2. Pour Pierre Cavard, c'est bien la "preuve que cela ne garantit pas de ne pas passer par la case chômage".

6 profils-types de chômeursCôté perte d'emploi, l'Unédic a pu décortiquer les différentes raisons : 32% des cas ont été victimes d'un licenciement, mais seulement 10,8% d'un licenciement économique. 11,4% des chômeurs ont choisi la rupture conventionnelle. Les secteurs représentés par le plus de nouveaux chômeurs en 2011 étaient le commerce, les transports et l'hôtellerie (28%) ainsi que les activités de services administratifs et de soutien (19,4%)

Publicité
Enfin, avec les résultats de l'étude, l'Unédic a pu déterminer 6 profils-types d'allocataires de Pôle emploi : les allocataires qui viennent d'un temps partiel (23,2%), les allocataires licenciés (26%), les allocataires au chômage après une rupture conventionnelle ou une démission (10,6%), les allocataires en fin de CDD (20,3%), les allocataires en fin d'intérim (13,5%) et les allocataires intermittents du spectacle (3,7%).
Publicité