S'il est recommandé d'emprunter les transports en commun, 80% des Français préfèrent cependant utiliser leur voiture, même si elle leur coûte cher... L'Automobile Club Association (ACA) vient de publier son baromètre annuel des dépenses que les automobilistes réalisent pour leur voiture. Et le budget ne cesse de grimper ! Les détails avec Planet.fr.

Tous les ans, l'Automobile Club Association publie un baromètre annuel des dépenses des automobilistes pour leur voiture. Cette année encore, le constat est clair : le budget auto ne cesse d'augmenter. Ainsi par exemple, le conducteur d'une Renault Clio neuve essence a déboursé en 2011 5 976 euros, 4% de plus qu'en 2010. Pour un conducteur de Peugeot 308 diesel, le budget s'est élevé à 7 654 euros en 2011, 2,5% de plus qu'en 2010.

Cette augmentation du budget annuel moyen s'explique par de nombreuses raisons. Tout d'abord, le prix des carburants. Depuis deux ans, leur prix ne cesse d'augmenter. En 2011, le prix de l'essence a gonflé de 11,4%, 16,5% pour le gazole.

Plus de taxes, moins de reprises intéressantesL'Etat n'est pas non plus étranger à cette hausse du budget. L'année dernière, 60 milliards d'euros ont été versés à l'Etat par les automobilistes, soit plus que ce que lui rapporte l'impôt sur le revenu. Et ces taxes ont même été revues à la hausse de 3,2% en 2011, bien plus que l'inflation.

Et les promotions promises par les constructeurs ne sont pas si intéressantes que ça ! En effet, si les rabais proposés sont importants, le consommateur n'est pas forcément gagnant quand ils supposent la reprise du véhicule d'occasion précédent. Les prix à la reprise des véhicules ont récemment chuté...

Les garagistes... toujours plus chersEt lorsque le véhicule commence à avoir un problème, le garagiste devient aussi un poids dans le budget annuel de l'automobiliste. Les pièces détachées pour les voitures essences n'ont pas beaucoup augmenté, mais pour les véhicules diesels, la note s'alourdit de 4,27%. Sans compter la main d'oeuvre, plus chère d'environ 4%.

Publicité
En revanche, côté assurance et péage des autoroutes, la facture reste raisonnable. Les primes d'assurance n'ont ne moyenne augmenté que de 1,4%, grâce au plus faible nombre de tués et de blessés sur les routes. Les péages, eux, se sont calés sur l'inflation, même si certains automobilistes regrettent des abus sur certaines portions très empruntées par les voitures.
Publicité