Trump-Yellen : la guerre est déclarée

La patronne de la Banque centrale américaine a fait une déclaration mercredi soir qui agite les marchés. Le timing de la déclaration de Janet Yellen n’est pas une coïncidence. Elle intervient à 48 h de l’investiture de Donald Trump. Et elle se pose déjà en leader de l’opposition à la politique économique de Donald Trump. Elle a dit tout ce qu’il fallait pour fâcher le prochain président américain.

PLEIN EMPLOI ET INFLATION

Pour elle, c’est simple, l’économie américaine a atteint les objectifs de plein emploi et d’inflation. Au-delà, la FED n’a pas le choix. Elle doit augmenter ses taux. Et cette augmentation pourrait même s’amplifier, dit-elle, je cite, en fonction de l’évolution de l’économie américaine dans les prochains mois. C’est-à-dire en fonction des mesures que prendra Donald Trump.

POUR YELLEN, TRUMP A TOUT FAUX

Pourquoi cette opposition à la politique de Donald Trump ? Pour Yellen, les États-Unis n’ont pas besoin d’une politique de relance qui pourrait provoquer une surchauffe et un emballement de l’inflation, les États-Unis n’ont pas besoin de nouveaux jobs car le pays est déjà en plein emploi, et les États-Unis n’ont surtout pas besoin de protectionnisme et d’une guerre commerciale. Mais ce qui se joue surtout entre Yellen et Trump c’est l’indépendance de la Banque centrale américaine. Yellen est là encore pour un an, Trump ne peut rien y faire. Et Yellen veut apprendre à Trump que ni les tweets ni les déclarations intempestives ne détourneront la banque centrale de son nouvel objectif, maintenant que la crise est terminée, le contrôle de l’inflation.

TRUMP VA S'ATTAQUER A YELLEN

Cette déclaration va énerver Donald Trump. On peut dire depuis mercredi soir que la guerre est déclarée entre Trump et Yellen. Trump veut que les taux restent bas car il sait qu’une hausse des taux aurait un impact sur le pouvoir d’achat des américains et la profitabilité des entreprises, à commencer par les siennes, lourdement endettées. Yellen veut les monter. Vite et fort. Trump veut un dollar plus faible. Il l’a dit. Yellen sait qu’avec plusieurs hausses des taux en 2017, elle peut provoquer une envolée du dollar contre toutes les monnaies ou presque. Trump veut pouvoir décider de la politique monétaire et financière. Yellen veut une FED totalement indépendante. Trump a déjà en face de lui un leader puissant de l’opposition.

LE BRAS D'HONNEUR DE GOLDMAN SACHS

Les résultats des banques américaines se suivent et se ressemblent. Le dernier trimestre a été une aubaine pour les principales banques américaines qui annoncent des résultats en très forte hausse. Hier, Citi et Goldman ont annoncé leurs résultats. Goldman a triplé ses profits grâce à une hausse de 78% de ses profits de spéculation. La crise financière est bien finie et ceux qui l'ont provoquée sont toujours là et spéculent encore plus qu'avant. Un vrai bras d'honneur.

HOLLANDE : LA VIE D’APRÈS

Aujourd'hui/ Le Parisien révèle le "plan secret" de Hollande pour sa vie d'après. Obama peut être rassuré, il n'aura pas un nouveau concurrent pour des conférences à 150.000 dollars, personne ne paiera pour écouter Hollande. Non, le bon François veut animer une grande fondation consacrée à l'innovation sociale "La France s'engage". Et en plus il voudrait devenir Président du Conseil européen à la fin du mandat du polonais Donald Tusk, fin mai 2017. Le gars n'a vraiment rien compris...

ON S'EST TOUS PLANTÉS

La victoire du Brexit devait provoquer un chaos sans précédent. Sur les marchés. Et sur l'économie britannique. Sur les marchés, à part l'effondrement du sterling, il ne s'est rien passé. Sur l'économie britannique, c'est encore pire, ou mieux : la croissance sera de 2% en 2016, largement au-dessus des anticipations, la fin d'année ayant bénéficié d'un boom de la consommation des ménages en pleine confiance. Le plein emploi l'emporte sur la crainte du Brexit. Bravo.

LA GUERRE DU PRÉDICAT

Vous ne suivez pas ça de près mais le gouvernement socialiste a lancé une réforme de l'enseignement dont il a le secret, une réforme évidemment essentielle. Le prédicat. Le prédicat qui remplace les notions de Complément d'objet direct ou indirect, devenus trop compliqués dans le processus massif de nivellement par le bas auquel on assiste depuis quelques années. Quand on pense qu'on paie une fortune pour tous ces mecs qui n'ont rien d'autre à foutre que d'inventer des réformes débiles pour rendre nos enfants de plus en plus bêtes. Ça énerve. Et j'essaie de modérer mes propos.

LE TTSO DE LA SEMAINE : prenez-le comme vous voulez

... mais c'est quand même très frappant. Buzzfeed reprend l'étude Ipsos-Mori réalisée en novembre 2015 sur le sentiment de déclassement dans 22 pays riches (dont la France). On y apprend entre autres que 49% des citoyens interrogés disent désirer un "leader fort" qui voudrait "casser les règles". 49%, c'est en moyenne, car pour certains pays cela monte plus haut, au point d'atteindre même un record de 80%... en France. Évidemment, on peut interpréter ça comme une tendance Macron, Fillon ou Mélenchon. Ou pour appuyer un autre pronostic de vainqueur au 2nd tour (tiens, vainqueur n'a pas de féminin…). N'oubliez pas de vous abonner à l'excellente newsletter du soir de TTSO. C'est très simple et c'est ici.

DU COTE DES MARCHÉS

Petit rebond du dollar après les déclarations de Yellen, 1.0640 et 114.60, le sterling reglisse à 1.2280; L'or se tient bien au dessus des 1200 dollars malgré la remontée du dollar et le pétrole tourne autour des 52 dollars. Le CAC dort à 4853 points contre l'EuroStoxx autour des 3300 points. Les indices américains font du surplace et attendent le discours d'investiture de Trump. Seul le Nikkei a un peu bougé: il est en hausse de 0.92% à 19068. On attend Trump donc.

ON S'EN FOUT

Valls serait battu par Montebourg et Hamon au deuxième tour selon les sondages qui ne se trompent jamais ; plus possible d'ouvrir un journal ou d'allumer sa télé sans avoir droit à l'irrésistible ascension de Macron aussi irrésistible que celle de Juppé déjà élu président par la presse et les sondages avant la primaire de droite ; Safran lance une OPA amicale sur Zodiac, les sièges d'avion, pas les semi rigides ; polémique autour de la nomination de Polanski pour la présidence des Césars 2017, moi sa nomination ne me dérange pas à condition qu'on interdise l'entrée de la cérémonie aux petites filles de moins de 13 ans ; C8 lance un programme de télé-réalité pour dénicher une étoile de la boxe française, avec Tony Yoka, Estelle Mossely et.. Cyril Hanouna ; le trio de tête des clubs de foot les plus riches : Manchester United reprend la tête devant Barcelone et le Real Madrid qui retombe à la troisième place, 689 millions d'euros de chiffres d'affaires pour MU.

VOILA C'EST TOUT. BONNE JOURNEE. MAY THE FORCE BE WITH YOU.

Edito publié sur MonFinancier.com le 19/01/2017.