Trump : le grand bluff ?

Les marchés semblent toujours hésitants après la nouvelle du départ du conseiller économique Gary Cohn. C’est vrai qu’après une première réaction à la baisse, les marchés boursiers se sont stabilisés. En fait ils sont totalement perdus sur le sujet du protectionnisme. Ils ne savent pas sur quel pied danser.

TRUMP : THE ART OF THE DEAL?

Il faut dire que les interprétations des discours et décisions de Donald Trump sont rarement simples. Et là ça devient encore plus compliqué. L'homme se voit comme un as de la négociation et on connaît rarement sa véritable intention.

PROTECTIONNISME ?

Pourtant le départ de Gary Cohn a été interprété comme une victoire claire du clan protectionniste. En première lecture oui. D'ailleurs les marchés des changes eux croient à la carte du protectionnisme, ils ont acheté le yen valeur refuge, et vendu par exemple le dollar canadien et le peso mexicain. Mais rappelez-vous la crise de la Corée du Nord. Trump voulait raser le pays, quelques semaines après, les deux Corée ont fait les Jeux olympiques ensemble, discutent et la Corée du Nord est même prête à parler aux États-Unis. Et Trump est persuadé que c'est grâce à lui. Grâce à sa stratégie. Toujours la même. Menacer de déclencher la foudre en l'occurrence des droits de douane pour être en position de force pour négocier.

NÉGOCIER LES GRANDS TRAITÉS INTERNATIONAUX

C'est son obsession. Il est persuadé, et il le dit, que ces traités ont systématiquement mis les États-Unis dans le rôle du dindon de la farce. Il menace de les dénoncer pour les renégocier. Les taxes ont fait peur au Canada par exemple mais Trump a tout de suite indiqué qu'il pourrait exempter le Canada de taxes, si et seulement si le traité Alena était renégocié selon les conditions des États-Unis. On a tendance à penser que Trump fait un peu n'importe quoi. C'est souvent le cas. Mais on peut déceler tout de même une certaine cohérence même si elle est critiquable : défendre les intérêts des États-Unis, toujours, mais sans aller jusqu'au point de rupture. C'est peut-être cela que les marchés anticipent. Mais ce qui est intéressant c'est que les marchés boursiers et les marchés des devises ne sont pas sur la même longueur.

JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DE LA FEMME

On n'ose plus rien dire sur cette journée de peur d'être politiquement incorrect, on n'ose même plus dire la journée de la femme... Bon. Bref. Le gouvernement a annoncé hier qu'il allait imposer la parité hommes-femmes sur les salaires avant la fin du quinquennat. "C'est ambitieux mais incontournable" a dit la ministre du Travail, Muriel Pénicaud (Les Échos).

NOTRE (MODESTE) CONTRIBUTION À CETTE JOURNÉE

Pour les abonnées à MF privée, une offre exceptionnelle sur le réabonnement : rajoutez un an de plus à votre abonnement pour 100 euros au lieu de 159 euros. Avant ce jeudi soir minuit. On dit que les femmes gèrent mieux leur argent que les hommes. Prouvez-le : je rajoute un an à mon abonnement MF privé pour 100 euros.

LA GUERRE QUI N'EN FINIT PAS

Le gouvernement a forcé Canal à rediffuser TF1 pour ses clients TNT Sat.

LE BON POINT DU JOUR

C'est confirmé donc. La Commission européenne nous a fait sortir de la catégorie des pays à déficit excessif. Elle salue les efforts qui ont été faits et notamment les réformes. Mais s'attend à ce que nous faisions encore mieux pour avoir non plus un bon point mais une image. Allez les gars, on y est presque.

LE TTSO DU JOUR

Il fait bon bosser pour la Mairie de Paris. Le Canard Enchaîné du jour révèle qu'une des deux sociétés privées chargées (depuis le 01/01) par la Mairie de Paris de verbaliser les voitures mal garées truandait allègrement. Selon des employés repentis "près de la moitié des 50 000 contrôles quotidiens" auxquels s'était engagé ce prestataire (Streeto) auraient été totalement bidons (= inventés par les agents/ne donnant pas lieu à amendes). Gênant pour Streeto (filiale à 100% d'Indigo ex Vinci Park) et son contrat à 6 millions d'euros par an avec la ville ? Pas tant que ça, la Mairie a annoncé aujourd'hui avoir "rappelé à ses obligations" son prestataire. WOW ! La sanction ! N'oubliez pas de vous abonner à l'excellente newsletter du soir de TTSO. C'est très simple et c'est ici.

AND THE ANSWER IS NO

Pauvre Theresa May. Elle avait présenté une feuille de route qu'elle pensait conciliante, quitte à se mettre à dos les eurosceptiques de son propre camp mais l'Europe lui a clairement répondu hier qu'elle n'aurait pas de deal "à la carte". Et les rapports commerciaux ne seront pas particulièrement privilégiés post-Brexit comme le souhaite May. Non. Au mieux ce sera un accord de libre-échange comme avec le Canada par exemple. L'Europe ne désarme pas.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Les indices continuent leur rebond timide, ne croyant pas trop à la possibilité d'une guerre commerciale voulue par Donald Trump. Le CAC 40 a repris 0.34% hier et ouvre en petite hausse (+0.15%) ce matin. Wall Street a fini en ordre dispersé : +0.33% pour le Nasdaq, -0.33% pour le Dow Jones. L'eurodollar reste lui au contact des 1.24 usd tandis que le pétrole consolide un peu, le Brent repassant sous les 65 usd à 64.44 usd.

ON S'EN FOUT ?

Pour la première fois en 132 ans, Coca-Cola lance une boisson alcoolisée... au Japon ; Numéro spécial de Challenges sur l'Inde, l'Inde, on n'en parle pas assez ; 50% des pommes consommées dans le monde viennent de Chine (!!!) ; Et de trois, troisième plainte pour viol contre Tariq Ramadan ; Marine Le Pen : "Il ne faut pas nous enterrer" (Le Figaro), ah ok... ; 3700 suppressions de postes chez Airbus ; 61% des Français envisagent de dépenser un maximum de 2 000 euros pour les vacances d'été (Kayak) ; Du fait en partie de l'attrait pour les SUV, les émissions de CO2 de voitures neuves a augmenté en Europe pour la première fois depuis 20 ans (Les Échos).

VOILÀ C'EST TOUT. BONNE JOURNÉE. MAY THE FORCE BE WITH YOU.

Edito publié sur MonFinancier.com le 08/03/2018.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet