Sandrine, une Française arrivée au Népal il y a une dizaine de jours, a été victime du séisme qui a touché le pays samedi dernier. Elle a témoigné au micro de France Info.

Un séisme d’une magnitude de 7,9 sur l’échelle de Richter a dévasté la région de Katmandou au Népal, samedi dernier. Sandrine, une Française de la région de lyonnaise, se trouvait dans la capitale népalaise lors du violent tremblement de terre. Elle est restée coincée plusieurs heures, ensevelie sous les décombres d’une maison et témoigne sur les ondes de France Info.

La situation est difficile pour les rescapés, la fatigue s’ajoute à la crainte d’une nouvelle réplique : "On est épuisés, plus psychologiquement que physiquement parce que nos nuits sont entrecoupées quand même", rapporte Sandrine. "Et puis une angoisse. Dès qu’il y a le moindre bruit…", ajoute-t-elle.

La Française refuse cependant d’aborder les heures qu’elle a passées sous les débris : "Quand vous voyez un petit peu de lumière vous trouvez l’énergie. C’est compliqué d’en parler, c’est trop frais. Il faut du temps pour surmonter cela", confie-t-elle.

514 Français n’ont pas encore été localisés

Publicité
Selon le ministère des Affaires étrangères, 2 209 Français ont pu être contactés et sont sains et saufs. Pour l’heure, 514 compatriotes manquent encore à l’appel. "Deux Français sont également décédés et de fortes présomptions pèsent sur la disparition d’un troisième", indique Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères.

Vidéo sur le même thème : Séisme au Népal : le témoignage d'une indienne en colère

Publicité
Publicité