Moins 5 euros par mois pour les APL, plus 0,8 % pour les pensions de retraite… Comme chaque année, de nouvelles baisses et revalorisations bouleversent le budget des ménages au début de l’automne. Zoom sur les principaux changements prévus au 1er octobre 2017.

Les APL en baisse

Qu’importe votre situation, si vous bénéficez de l’aide personnalisée au logement (APL),vous toucherez cinq euros de moins par mois à partir du 1er octobre. En moyenne, celles et ceux qui s’appuyaient sur ce système touchaient, jusqu’à présent, 225 euros par mois selon la zone où ils résidaient. A titre d’exemple, en Île-de-France, une personne seule pouvait percevoir jusqu’à 292,85 euros (zone 1),jusqu’à 255,23 euros par mois si elle vivait dans une agglomération de plus de 100 000 habitants ou en Corse (zone 2). En zone 3 (soit toutes les autres agglomérations),le montant de son APL pouvait atteindre 239,31 euros.

A lire aussi : Réforme fiscale 2018 : ce qui va changer dans votre budget

Les pensions de retraite légèrement revalorisées

+ 0,8 %. Voilà l’augmentation à laquelle vous aurez droit sur votre pension de base si vous êtes à la retraite. Une revalorisation qui peut sembler dérisoire mais qui intervient néanmoins après 3 années de gel en raison d’une situation inflationniste de l’ordre du néant. Indexée sur les prix, cette revalorisation des pensions concernera les régimes dits alignés. Comprenez : le régime général des salariés du privé, le régime social des indépendants (RSI),ainsi que la Mutuelle sociale des agriculteurs (MSA).

La fin du vapotage dans les lieux publics

A partir du 1er octobre 2017, il sera également interdit de dégainer sa cigarette électronique dans les lieux publics. A savoir : les établissements scolaires et ceux recevant du public, les lieux de formation, les hébergements où résident des mineurs, ainsi que dans les transports collectifs fermés tels que le bus, le train, le tram ou encore le métro. A noter également que le fait de vapoter est également interdit au travail, mais demeurera possible si vous disposez d’un bureau individuel. Quant aux fumeurs qui font fi de cette nouvelle interdiction, ils risquent une amende pouvant aller jusqu’à 150 euros.

La mention "photo retouchée" désormais obligatoire

Bonne nouvelle pour celles et ceux qui se demandaient encore comment les mannequins photographiés dans les magazines pouvaient disposer d’une apparence aussi lisse que le papier glacé sur lequel ils apparaissent. À partir du 1er octobre 2017, les clichés à usage commercial devront obligatoirement être accompagnés de la mention "photo retouchée" si tel est le cas. Une obligation qui concerne essentiellement les photographies des messages publicitaires, celles qui figurent dans la presse, sur les affiches, les catalogues, les prospectus et, bien évidemment, celles qui apparaissent sur Internet. Le but ? "Agir sur l’image du corps dans la société pour éviter la promotion d’idéaux de beauté inaccessibles et prévenir l’anorexie chez les jeunes", indique le ministère de la Santé.

En vidéo - Baisse des APL: "Une bourde de Bercy", François Pupponi 

L’augmentation du plafond de paiement sans contact

Jusqu’à présent, le plafond autorisé en ce qui concerne le paiement sans contact par carte bleue était de 20 euros. A partir du mois d’octobre, ce montant passera à 30 euros. Attention cependant, si vous détenez déjà une carte munie de ce procédé, vous ne pourrez pas bénéficier de ce nouveau plafond. Les nouvelles cartes ne seront émises qu’à partir d’octobre. Quant au parc, il ne sera en réalité totalement renouvelé qu’en 2020.

La hausse des cotisations patronales sur l’assurance chômage

A partir du 1er octobre 2017, les taux de cotisations patronales d’assurance chômage passeront de 4 à 4,05 % du salaire brut pour l’ensemble des contrats. Le tout, pour une durée maximale de 36 mois. En principe, cette mesure devrait rapporter 270 millions d’euros par an au régime mais devrait être compensée (pour les entreprises) par la suppression d’autres cotisations comme la surcotisation sur certains contrats de moins de trois mois et celle de l'exonération de cotisations pour l'embauche de jeunes de moins de 26 ans.

La VAE modifiée

Publicité
Par VAE, il faut comprendre : Validation des Acquis de l’Expérience. Une manière d’aborder le monde du travail qui permet de faire valoir son expérience professionnelle ou extra-professionnelle et de la sanctionner, in fine, par un diplôme, un titre professionnel ou bien encore par une certification. L’objectif étant d’évoluer dans sa carrière. Au 1er octobre 2017, cette fameuse VAE sera sensiblement modifiée. Et parmi les changements les plus importants, le fait qu’une seule année d’expérience en milieu professionnel suffira dorénavant pour pouvoir obtenir une VAE. Jusqu’à présent, il fallait avoir travaillé durant trois ans.