3,2 millions de familles devraient perdre plusieurs dizaines d'euros par mois avec les réformes de la politique familiale. Et majoritairement les plus aisées.  

Les réformes de la politique familiale mises en œuvre en 2014 vont créer 3,2 millions de familles perdantes d’ici à 2018, selon une étude de la Caisse nationale des allocations familiales publiée mardi. Leur revenu disponible diminuerait d'en moyenne 67 euros par mois. 

La moitié des familles concernées appartiennent aux niveaux de vie les plus élevés, avec des revenus supérieurs à 2130 euros par mois. Ces familles "concentrent 86% des pertes financières totales. Pour les 20% des familles les plus riches, la perte moyenne serait de l'ordre de 129 euros par mois", précise Le Figaro.fr.

Les familles monoparentales gagnantes

Les ménages les moins aisés devraient également être touchés par une perte d’argent, avec 16% de familles perdantes qui appartiennent aux trois premiers déciles de niveau de vie. Une perte estimée à environ 17 euros par mois.

Publicité
D’autres familles seront quant à elles gagnantes avec ces réformes de la politique familiale. C’est le cas de 2,1 millions de familles qui devraient percevoir en moyenne 67 euros de plus par mois d’ici à 2018. Il s’agirait pour 6 sur 10 d’entre elles de familles au niveau de vie inférieur à 1138 euros par mois. 52% des familles monoparentales sont dans ce cas.

Ces réformes devraient permettre à l’Etat de générer une économie de 860 millions d’euros.

En vidéo sur le même thème : Le tollé du gouvernement sur la politique familiale