Dans sa vie, Jacques Chirac a connu de nombreuses maîtresses. Il est tombé éperdumment amoureux de l'une d'elles, presqu'au point de se détourner de son épouse et de sa carrière politique.

Avec sa réputation de coureur de jupons, qui aurait cru que Jacques Chirac puisse tomber amoureux ? C'est pourtant ce qui est arrivé avec Jacqueline Chabridon, journaliste du Figaro qu'il a rencontrée en 1973. Les auteurs Laureline Dupont et Pauline de Saint-Rémy ont récemment exhumé cette antique histoire, enterrée notamment par l'entourage de l'ex-président, dans un livre intitulé Jacques et Jacqueline.

La reporter du Figaro s'était rendue en Corrèze pour dresser le portrait du politicien, alors Premier ministre et déjà marié à Bernadette. C'est là qu'est née une histoire d'amour enflammée digne des grands drames hollywoodiens. Jacques Chirac inondait la journaliste de mots doux, jamais rassasié de sa présence. Il avait même loué un appartement non loin de l'hôtel de Matignon, afin de la rejoindre régulièrement, rapporte Le Parisien.

À lire aussi – Jacques Chirac : les femmes de sa vie

Un amour impossible

L'idylle a pourtant déchanté sous la pression de son entourage. Le Premier ministre promettait à Jacqueline Chabridon de l'épouser, mais Bernadette Chirac a étouffé leur relation dans l'œuf en s'alliant aux politiciens Marie-France Garaud et Charles Pasqua. "Notre rôle était de l'aider à tenir son rang", a expliqué ce dernier dans le Parisien, avant d'ajouter, goguenard, qu'ils avaient "fait récupérer ses lettres d'amour".

Publicité
La journaliste a tenté de se suicider, ce qui l'a menée à l'hôpital. Ce revers tragique n'a pas effacée son influence sur le futur président. Elle l'avait en effet amené à réfléchir sur la peine de mort, par exemple, comme l'explique Le Nouvel Économiste. Fervente partisane de la gauche, elle a contribué à adoucir les pressions les plus conservatrices exercées par l'entourage de Jacques Chirac.

Vidéo sur le même thème – Grand Angle : Jacques et Bernadette Chirac

Publicité