Des plants de caféiers contaminés par la bactérie ont été interceptés mercredi sur le marché de Rungis, en région parisienne.

Les plants de caféiers, saisis chez un revendeur du marché de Rungis, seraient en provenance du Costa-Rica. Le ministère de l’agriculture précise "qu’ils ont été introduits dans l’Union Européenne via les Pays-Bas".

Une bactérie transmise et dispersée par les insectes

La Xyllela fastidiosa ne s’attaque pas uniquement aux oliviers. Elle infecte les vignes, les agrumes ainsi que d’autres espèces végétales qui, une fois contaminées, se dessèchent. Il faut alors arracher l’arbre afin d’endiguer la prolifération de la bactérie. En Italie du sud, là où la bactérie s'est développée, des milliers d’hectares d’oliviers ont été ravagés, notamment dans la région des Pouilles. Le commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis, a déclaré au mois de mars dernier "qu’au moins 10%" des quelques millions d’oliviers présent dans la région seraient touchés et voués à l’arrachage. 

A lire aussi -La bactérie E. Coli une source infinie de diesel biologique ?

L’inquiétude de la Corse et du Languedoc Roussillon

Publicité
La Corse, proche des terres italiennes, ainsi que le Languedoc Roussillon, grande région fruiticole française, se disent inquiètent d’une propagation de la bactérie, alors qu’aucun traitement ne permet de l'éradiquer. Le député européen José Bové et l’ancien élu corse François Alfonsi estiment que c’est "une menace jamais vue sur l’ensemble du pourtour méditerranéen" pesant "à la fois sur notre culture et sur nos produits agricoles". Le ministère de l’Agriculture réclame à Bruxelles la mise en place de mesures sur le plan européen.

Vidéo sur le même thème : Bactérie Xyllela fastidiosa : les producteurs soulagés après l'interdiction d'importer les végétaux des zones infectées.