Une étude mondiale de la HSBC montre que les futurs retraités ont choisi de dépenser leur argent plutôt que d’épargner et d’aider leurs enfants. 

Ils préfèrent en profiter. Les futurs retraités seront beaucoup moins partageurs que leurs aînés, selon une récente étude* de la banque HBSC. Réalisée à échelle mondiale, cette étude montre en effet que seuls 8% des 55-64 ans estiment qu’il est préférable d’épargner le plus possible pour pouvoir léguer son argent en héritage.

Et si l’on prend l’ensemble des actifs au niveau mondial, seuls 13 % d’entre eux "pensent qu’il est plus judicieux d’épargner autant que possible afin de léguer un héritage à leur famille", précise le site lesechos.fr, qui relaie l’étude. Au contraire, ils sont 21% à penser qu’il est plus important de dépenser son argent et laisser les générations futures se créer leur propre richesse.

Les hommes plus égoïstes

En France, la tendance est la même. Un Français sur 5 (21% des sondés) pense qu’il est préférable de dépenser son argent. Et seulement 12% des futurs retraités considèrent qu’il vaut mieux épargner pour avoir un patrimoine à léguer aux plus jeunes.

Publicité
A noter également que les hommes semblent plus égoïstes que les femmes puisqu’il sont 24% à admettre être prêts à tout dépenser, contre 16% du côté des femmes. "Et dans leur grande majorité (72%) elles estiment qu’il est préférable de dépenser une partie de son argent et d’épargner pour en transmettre une partie", précise leschos.fr. Ce que pensent seulement 67% des hommes.

*Etude menée auprès de 16 000 personnes dans 15 pays différents.

En vidéo sur le même thème : Il est primordial de bien préparer sa retraite 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité