La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) aurait de sérieux de doutes quant à "l'exhaustivité, l'exactitude et la sincérité" de la déclaration de patrimoine de l'ex-député des Yvelines.

Une fois n’est pas coutume, David Douillet est dans la tourmente. Après avoir subi quelques désillusions – notamment suite à sa défaite aux élections législatives en juin dernier – il doit désormais s’expliquer face à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Laquelle instance lui reproche, selon l’AFP, d’avoir sous-estimé son patrimoine. A commencer par sa société d’équipements de sport (répondant au nom de Double D Import) ainsi que certains de ses biens immobiliers.

Quelques oublis

Lundi 15 janvier 2018, la HATVP a annoncé dans un communiqué avoir saisi la justice en raison d’un "doute sérieux" lié à "l’omission d’une partie substantielle du patrimoine" de l’ancien champion olympique. Elle indique – au passage - avoir "jugé nécessaire de porter ces faits, susceptibles de constituer des infractions pénales, à la connaissance du procureur de la République de Paris". Selon la Haute Autorité, il y aurait, en effet, "un doute sérieux quant à l'exhaustivité, l'exactitude et la sincérité de cette déclaration". Un doute qui porterait, plus précisément, sur la déclaration de fin de mandat de l'ex-député des Yvelines faite à la fin de l’année 2016.

Une enquête bientôt ouverte ?

Publicité
Reste désormais à savoir si l’actuel conseiller régional d'Ile-de-France, ex-ministre des Sports, également à la tête de plusieurs sociétés selon sa déclaration d’intérêts subira ou non les affres de la justice. Le paquet se devant, maintenant, de décider s’il ouvrira une enquête.

En novembre en 2017, la Haute autorité avait déjà saisi la justice concernant les déclarations de patrimoine des ex-députés François-Xavier Villain et Patrick Balkany.

En vidéo - Nicolas Sarkozy "Les français comprendront que celui qui a du poids, c’est Nicolas Sarkozy" David Douillet

 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet