Pas d'effet Trump sur les marchés

Je suis surpris par la réaction des marchés aux primaires américaines. Ou plutôt par l’absence de réaction. Ce qui se passe en ce moment aux États-Unis est un tremblement de terre. Donald Trump a largement remporté le Super Tuesday et a pris une option sérieuse pour les primaires républicaines. Il a contre lui une partie des Américains mais aussi l'establishment du parti républicain.

POURQUOI TANT D’INDIFFÉRENCE ?

L'impression qu’on a en regardant l’évolution des marchés est que cette élection, dans le pays qui est pourtant la seule locomotive de la croissance mondiale, n’est pas un facteur de fluctuation. Mardi soir, alors même qu’on anticipait la victoire large de Trump, la Bourse américaine se payait le luxe d’un rebond massif. Qu’est-ce qui explique cette indifférence ? On peut avancer plusieurs explications. Tout d’abord que les investisseurs jugent qu’il est trop tôt pour parier sur les élections, dans un sens comme dans l’autre. Ou que plus Trump progresse, plus les chances d’Hillary Clinton qui est assez proche de Wall Street augmentent. Mais minimiser les chances de Trump en cas de duel avec Clinton serait une erreur, car Trump a prouvé qu’il pouvait surprendre. Ou enfin que Trump, malgré son avance, finira par perdre la primaire républicaine face à la fronde des leaders du pays. Il reste encore beaucoup d’états décisifs à emporter et le parti pourra même espérer renverser Trump et bloquer sa nomination le jour même de la convention. C’est possible.

ET SI TRUMP DEVENAIT PRÉSIDENT ?

Et si Trump devait remporter l’élection américaine malgré tous les obstacles ? C’est étonnant mais personne parmi les prévisionnistes financiers n’envisage ce scénario. Même avec une probabilité faible. Personne. Si Trump devait devenir président des États-Unis, il serait amené à devenir plus fréquentable et à changer de ton, à s’adapter, à devenir plus politiquement correct mais tout de même, à ce moment-là, les marchés se poseraient beaucoup de questions et ils auraient bien raison. En attendant la Chine, le pétrole et les indicateurs économiques américains font plus recette sur les marchés que Trump.

REBOND PUISSANT SUR LES MARCHÉS

Changement total d'ambiance mardi sur les marchés. Il a suffi de bons indicateurs américains sur la production industrielle, d'une bonne tenue du pétrole et d'un accueil favorable aux mesures de relance de la Banque centrale chinoise pour que les marchés s'envolent. Le CAC a repassé la barre des 4400. Et vous allez voir ressurgir les bulls, les optimistes, qui se terraient dans des abris antiatomiques depuis le début de cette année radioactive. Le come-back des moutons est prévu dès à présent...

LA GUERRE DES BOURSES

On pensait le deal bouclé. La Deutsche Borse devait avaler tranquillement la Bourse de Londres, le LSE, en faisant croire à un mariage équilibré entre égaux. Mais il semble que d'autres Bourses s'apprêteraient à entrer dans la bataille. ICE (Intercontinal Exchange) qui avait déjà avalé le New York Stock Exchange en recrachant Euronext, et Le CME, Chicago Mercantile Exchange. Je cherche une blague sur la bataille des Bourses mais elles sont toutes trop bigardiennes.

L' AUTRE BATAILLE DU JOUR

Conforama s'apprêterait à surenchérir sur l'offre de la FNAC pour tenter d'acheter Darty.

PAUVRE GRÈCE

Je n'ai pas l'habitude de prendre parti pour ce pays dont les dirigeants ont triché pour entrer dans la zone euro et dont le dirigeant actuel a enterré ses idéaux pour se maintenir à son poste et a réussi à nous extorquer des centaines de milliards d'euros en faisant des promesses qu'il ne pourra pas tenir. Mais de là à laisser la Grèce se débrouiller seule avec un flot massif de migrants et à l'enfermer dans ses frontières... La Grèce réclame de l'aide à Bruxelles mais tout le monde s'en fout.

FRANCHEMENT, C'EST PAS TERRIBLE

Un braquage dans une bijouterie à deux pas du ministère de la Justice et les braqueurs qui s'enfuient avec leur butin sans être inquiétés...Pour une fois, ce n'est même pas de la faute de Taubira en plus.

LE JAPON S'ENFONCE

dans la déflation. Et hier une nouvelle étape a été franchie. Le Japon a émis un emprunt à 10 ans à un taux négatif. 2200 milliards de yens (19.4 milliards de dollars) à un taux moyen de MOINS 0.024%. Pour le pays le plus endetté des pays développés. On marche vraiment sur la tête.

LA NEWS SORDIDE DU JOUR

"Une femme handicapée âgée de 68 ans, se déplaçant en déambulateur, a été frappée de huit coups de couteau lundi matin à Charleville-Mézières par une femme de 29 ans". Le Parisien.

LE RECORD DU JOUR

Hanouna lundi sur D8. 1.97 million de téléspectateurs. 8.1% du public. 15.5% des ménagères de moins de 50 ans.

LES AMÉRICAINS ET LEURS VOITURES

Les ventes d'automobiles aux États-Unis ont explosé en février. 6.9% de plus que l'an dernier. 1.34 million de voitures. Après une année record en 2015. Ce qui est amusant c'est l'hypocrisie générale sur l'écologie : alors qu'on parle de réductions des émissions, les ventes de 4x4 et de pick-ups battent tous les records. Vive la baisse du pétrole...

L'EXAMEN DU JOUR

En slip. L'armée indienne qui faisait passer un examen de recrutement a demandé à tous les candidats de passer leur épreuve en slip pour éviter la triche. J'ai découvert que la fraude aux examens est un sport national en Inde. Tous les coups sont permis, y compris des parents qui s'accrochent aux fenêtres des salles d'examen pour souffler les réponses.

VOILÀ C'EST TOUTBONNE JOURNÉEMAY THE FORCE BE WITH YOU

Edito publié sur MonFinancier.com le 02/03/2016.

Publicité