Dimanche soir se tenait la 85ème cérémonie des Oscars. Emmanuelle Riva qui a remporté le César de la meilleure actrice vendredi soir, n’a pas été récompensée d’un Oscar. On lui a préféré la jeune actrice de 22 ans : Jennifer Lawrence. A-t-elle vraiment loupé quelque chose ?

Une statuette à 500 dollars

Si on prend en compte le prix lui-même, recevoir un oscar ne permet même pas de partir en vacances. Le gagnant ne remporte aucune somme d’argent et la statuette ne coûte que 377 euros. Pour une récompense plus intéressante, il est préférable de recevoir un Prix Nobel. Il est peut-être plus ardu à obtenir, mais avec un peu de chance vous encaisserez un chèque de 900 000 euros. En comparaison, le prix Pullitzer ne rapporterait "que" 7 741 euros. Il existe deux autre prix qui battent le record des Oscars : le Prix Goncourt pour une valeur de 10 euros et la Légion d’honneur qui rapporterait entre 7 et 37 euros par an. Bien que le prix de la statuette soit peu élevé, une solution reste viable pour le détenteur : la vendre aux enchères. On peut se souvenir du record dans le genre, Michael Jackson qui acheta l’Oscar du meilleur film pour Autant en emporte le vent au prix exorbitant de 1,15 millions d’euros.

Une augmentation de la côte des acteurs

Un acteur qui a la chance d’être reconnu par ses pairs bénéficie d’un important avantage : un cachet plus élevé. Marion Cotillard en recevant son Oscar de meilleure actrice, a été propulsée à un rang international qu’elle n’aurait jamais pu atteindre sans son prix. En plus d’avoir vu son salaire être démultiplié, c’est les propositions pour des films à grandes envergures qui se sont bousculées à sa porte. On peut émettre cependant une petite réserve quand il s’agit d’une récompense pour l’équipe technique d’un film. Certains avouent que l’obtention d’un prix peut faire peur aux professionnels qui de ce fait ne les sollicitent plus.

Des retombées commerciales

Publicité
Les avantages de la statuette sont à compter d’un point de vue des retombées commerciales. Une étude a été faite par l’université de Colby en 2001. Les retombées commerciales sont plus importantes pour les films qui sont encore en salle lors de l’annonce des nominations et qui le sont dans des catégories importantes. Une nomination engendre 5,8 millions d’euros, et une victoire est synonyme d’un bénéfice de 12 millions d’euros. En 2005, la Revue de l’économie culturelle démontrait qu’une récompense rapportait deux fois moins pour un prix dans la catégorie meilleure actrice que pour celle de meilleur acteur ou du meilleur film.

 © Abaca Press

Publicité