Déjà testée à Toulouse ou dans le Pays Basque, la monnaie locale va prochainement faire sa première apparition en Ile-de-France. La ville de Montreuil mettra en pratique le projet à partir du mois de novembre.

© CC / le-guide-santé

Les habitants de Montreuil (Seine-Saint-Denis) vont pouvoir payer en "pêches" à partir du mois novembre. L’ancienne ministre de l’Environnement et actuelle maire de la ville, Dominique Voynet, a donné son aval pour ce projet. La "pêche" sera donc la nouvelle monnaie de Montreuil. Les habitants pourront changer leurs euros contre des "pêches" à la mairie ou à l’office de tourisme s’ils le souhaitent. Pour l’instant, seul une trentaine de commerçants ont accepté de jouer le jeu.

Mais quel est intérêt de lancer une monnaie locale ? Premièrement, cela incitera les habitants à consommer local au lieu de se diriger vers les grandes chaînes. Deuxièmement, cet argent ne passera pas par les circuits bancaires et ne participera donc pas "à la spéculation ou à alimenter les paradis fiscaux", souligne Bastien Yverneau, responsable de l’association Montreuil en Transition, à l’origine du projet.

Dans le but d’aider au fleurissement de la "pêche", le conseil municipal de la ville a décidé d’accorder une subvention de 30 000€ pour aider au démarrage. Il sera aussi possible de payer avec cette nouvelle monnaie dans les centres municipaux de santé et les centres de quartier. Toujours selon Bastien Yverneau, la cinquième ville d'Ile-de-France en terme de population aurait "un écosystème favorable" avec son tissu associatif très dense.

Des réticences dans la population locale

Publicité
Malheureusement, la communication sur la "pêche" n’a pas porté ses fruits. Seulement quelques enseignes de la ville, comme la librairie Folies d’Encre, ont accepté la nouvelle monnaie. Chez la majorité des commerçants, l’idée ne séduit pas et certains n’ont pas même pas encore entendu parler du projet. "On reste à l'euro, c'est plus sûr", lâche Aissa Bouarroudj, patron d’un café de la ville. D’autres comme Farid Aït Slimane, gérant d’un bar restaurant, attendent de voir l’évolution des choses : "Cela dépendra du succès rencontré. Je suis commerçant; si les gens jouent le jeu, je vais jouer le jeu". Ainsi, la "pêche" devra faire ses preuves sur le terrain avant d’être approuvée de tous. Le slogan de la ville pour cette monnaie "Ici on a la Pêche !" a fait rire les commerçants mais ne les a pas séduit pour autant.