Une employée d'un supermarché Simply Market de Saint-Germain-en-Laye a fait condamner le groupe qui l'employait après son licenciement il y a trois ans pour une simple erreur de virgule. 

La cour d'appel de Versailles a condamné vendredi la société Atac à verser la somme de 16 000 euros de dommages et intérêts à une ancienne employée d'un supermarché Simply Market renvoyée pour une simple erreur de virgule. Cette décision de justice vient contredire une décision prud'homale de 2013.

L'histoire remonte à il y a trois ans. L'employée du supermarché de Saint-Germain-en-Laye avait fait une erreur de frappe sur le clavier de sa caisse en enregistrant un bon de réduction d'un client. Au lieu de 60 centimes d'euros, elle avait finalement fait une réduction de 60 euros.

Plus de 23 000 euros d'indemnités 

Publicité
Quelques semaines plus tard, la caissière travaillant depuis 12 ans dans le supermarché sous le statut de travailleur handicapé était licenciée pour faute grave. Le tribunal des Prud'hommes avait par la suite requalifié le licenciement pour cause réelle et sérieuse. L'employée avait alors touché 4000 euros d'indemnités. 

Une décision pas suffisante, selon la cour d'appel de Versailles. Avec cette nouvelle décision de justice, la caissière va finalement recevoir plus de 23 000 euros d'indemnités.

mots-clés : Licenciement, Justice
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité