Les plaies de France

L'histoire se répète. On se souvient des dix plaies d’Égypte dans la Bible, du Nil qui déborda et dont l'eau se transforma en sang, à la grêle en passant par les ténèbres. La France fait un remake. Comme tous les remakes français, c'est moins grandiose et un peu plus cheap, heureusement. Compte tenu des limitations de budget on n'a que 4 ou 5 plaies, pas 10 mais c'est quand même un remake.

LES PLAIES DE FRANCE

Quelle faute la France a-t-elle commise pour que le Ciel lui envoie tant de plaies : La pluie, les inondations, les grèves, la CGT, François Hollande sans parler du Front national ou de l'extrême gauche ? Essayons déjà peut-être de libérer les entrepreneurs pour apaiser le courroux divin ? Let my people go.

LA SNCF

Si vous avez le temps, notamment si vous prenez le train et que vous devez attendre deux ou trois heures pour rentrer chez vous, penchez-vous sur la situation aberrante d'un groupe comme la SNCF. Un groupe qui n'est pas géré et ne peut pas vraiment l'être compte tenu de la force des syndicats et de la faiblesse de l’État, un groupe dont la dette est abyssale et que l'Etat, donc nous, s'apprête à reprendre en partie, un groupe, qui, espérons le, volera en éclats quand la concurrence sera autorisée. Plus que 4 ans à souffrir.

LE DERNIER RAPPORT DE L'OCDE

est, pour une fois, passionnant. C'est un rapport sur l'emploi. Et il débouche sur une conclusion sans appel : les pays de l'OCDE devraient moins se préoccuper de l'inégalité des rémunérations mais sur le fait que plus de monde ait une rémunération en ayant un travail. Il tranche le débat low cost jobs contre chômage. Dans un premier temps, tout doit être fait, comme en Allemagne, comme en Grande-Bretagne, pour faire baisser le chômage,quitte à offrir des rémunérations plus basses. Ce n'est qu'une fois que le chômage a baissé qu'on doit se soucier, comme en Allemagne, d'augmenter les rémunérations. Vaste et passionnant sujet.

ON EST FOUTU

Les hommes sont voués au même sort que l'homme de Néandertal : la disparition. Les deux personnes les plus puissantes au monde sont déjà des femmes : Janet Yellen dirige les États-Unis et Angela Merkel dirige l'Europe. Et c'est un autre bastion masculin qui tombe : la direction du Trésor français avec la nomination d'Odile Renaud-Basso, brillante économiste. Il ne nous reste plus qu'un seul espoir pour renverser la tendance : Donald Trump.

PRISE DE POUVOIR

La nouvelle réunion de l'OPEP s'ouvre ce jeudi. Elle sera suivie de près car on aura le nouveau ministre du Pétrole saoudien. Un représentant de la nouvelle génération au pouvoir. Un homme de MBS, le prince Mohammed Ben Salman, le nouvel homme fort de Riyad.

ON S'EN FOUT

JCDecaux renonce à acheter Metrobus du fait des exigences de l'Autorité de la Concurrence. Paris panique avec retard du fait de la fusion entre la Deutsche Börse et et le London Stock Exchange (combat d'arrière garde). C'est l'ouverture du Congrès des Maires de France. BHL sort Pershmerga, un film documentaire, mercredi. Selon l'association de défense des consommateurs, il y a peu de poisson dans le poisson pané que vous fourguez à vos enfants.

LE JAPON ENCORE

Belle claque ce jeudi matin sur le Nikkei. Le gouvernement a confirmé ce que nous vous révélions dès lundi : la hausse de la TVA est reportée, d'au moins deux ans. Pas une bonne nouvelle pour les finances publiques japonaises alors que le Japon a le taux d'endettement le plus élevé des pays développés. Une flèche tirée dans le pied. Bye bye Abenomics.

PAUVRE BRÉSIL

-5.4% ce n’est pas un ralentissement, c’est un tremblement de terre, c’est un pays totalement à l’arrêt. Le chiffre de la croissance au premier trimestre est tombé mercredi, il était certes meilleur que les prévisions à -6% mais il illustre l’ampleur de la crise que traverse le pays qui faisait encore fantasmer tous les investisseurs il y a moins de deux ans. Les économistes ne parlent plus de récession mais de dépression. C’est en effet le 5ème trimestre consécutif de baisse de la croissance et l’économie brésilienne est revenue aujourd’hui à son niveau de 2010.

UN PAYS A L’ARRÊT

La baisse de la monnaie brésilienne n’a même pas pu stimuler la croissance. Mais heureusement quand même que le real a chuté et a relancé les exportations. Cela a permis de limiter un peu la casse. De même que les investissements publics que Dilma Rousseff a lancés pour tenter désespérément de sauver sa tête. C’est la consommation des ménages et les investissements privés qui se sont littéralement effondrés. Terrible pression. Michel Temer, président par intérim, sait exactement ce qu’il doit faire. Mais les mesures à prendre sont si douloureuses, à commencer par le gel total des dépenses publiques ainsi que l’arrêt total des subventions et cadeaux faits à la population, que le pays devra passer par une purge encore plus brutale avant de pouvoir se redresser.

ET SI ON ALLAIT LA BAS ?

Dans cette déprime générale, il y a un pays qui tire son épingle du jeu: l'Australie. 3.1% de croissance au premier trimestre. L'Australie s'est libérée de sa dépendance à son sous-sol. Le chômage est au plus bas, la consommation des ménages au plus haut et les intérêts au plus bas. Le paradis non ?

LE TTSO DE LA SEMAINE

"Profitez de votre déclaration d'impôts… pour évaluer les contributions financières respectives au sein de votre couple. Elles vont vous permettre d'estimer précisément les chances qu'a Monsieur d'aller essayer d'autres lits cette année. C'est ce qu'indique une étude de l'Université du Connecticut (relayée par le Wall Street Journal). L'idéal : que l'homme apporte 70% des revenus du couple. Au-dessus, ce primate pense que la dépendance financière de sa femme lui permet toutes les licences... au-dessous, la perte de confiance le pousse à aller se rassurer avec la voisine/une collègue." N'oubliez pas de vous inscrire à l'excellente newsletter du soir de TTSO. C'est simple et c'est ici.

VOILÀ C'EST TOUTBONNE JOURNÉEMAY THE FORCE BE WITH YOU

Edito publié sur MonFinancier.com le 02/06/2016.

Publicité