Une banque allemande a récemment décidé de taxer ses clients qui déposent de l’argent. L’un des objectifs est d'investir dans des produits financiers proposés par la banque.  

Serons-nous bientôt taxés en France lorsque l’on déposera de l’argent à la banque ? La question mérite d’être posée car c’est désormais le cas en Allemagne. Comme l’explique L’Express, qui relate une information de l’agence Reuters, la banque coopérative bavaroise Raiffeisenbank taxera à hauteur de 0,4% les clients qui déposeront au moins 100 000 euros.

A lire aussi -Recevoir de l’argent pour devenir fonctionnaire, c’est possible

Des banques européennes taxent déjà les dépôts des professionnels

Avec cette taxe, Raiffeisenbank a deux objectifs. D’abord, compenser les taux négatifs imposés par la Banque centrale européenne (BCE) depuis plus de deux ans. Puis, convaincre les clients de ne pas laisser reposer leur argent, mais plutôt de l’investir dans des produits financiers proposés par la banque. "Nous avons écrit à tous nos gros déposants et leur avons recommandé qu'ils modifient leur stratégie d'investissement. Si vous ne créez pas d'incitation à changer les choses, alors les choses ne changent pas", assure à Reuters Josef Paul, le patron de Raiffeisenbank Gmund.

Cette taxation ne concerne pour le moment que 140 clients. Certains d'entre eux ont suivi le conseil de la banque en investissant leur argent. D'autres ont préféré quitter Raiffeisenbank, reconnaît Josef Paul. 

Si la banque bavaroise est l'une des premières en Europe à taxer les dépôts des particuliers, certains établissements le font déjà pour les professionnels. Comme en France, avec la BPCE, qui facture des entreprises au "cas par cas", en fonction de la taille de leur trésorerie. "Les entreprises sont à même de comprendre que, dans l'environnement des taux négatifs, les dépôts à vue ne peuvent être rémunérés comme par le passé", explique François Pérol, le président du groupe, cité par Le Figaro.

Raiffeisenbank a depuis perdu 2 millions d'euros d'avoirs

En revanche, il semble peu probable qu'une banque française imite Raiffeisenbank en taxant les particuliers. Une enquête de la CLCV (Association nationale de défense des consommateurs et d'usagers en France) rappelle que les établissements français ont trouvé d'autres stratégies pour améliorer leurs marges. Par exemple, depuis début 2016, plusieurs banques pratiquent les frais de tenue de compte (des prélèvements effectués sur les comptes courants de leurs clients).

Publicité
Enfin, pour revenir à Raiffeisenbenk, plusieurs experts sont sceptiques quant à leur stratégie sur le long terme. Le journal Les Echos a indiqué, dans son édition du 16 août, que la banque allemande avait perdu environ 2 millions d'euros d'avoirs depuis l'annonce de cette taxation il y a deux mois.

Vidéo sur le même thème : Vacances sans accroc: Astuces pour bien gérer les questions d'argent lors de son séjour à l'étranger