Ce mardi, l'OCDE a publié son rapport annuel sur l'économie française. L'une de ses principales recommandations consiste en la suppression des départements français. Tous les détails.

Ce mardi, l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a publié son rapport annuel concernant l'économie française. Selon le rapport, la réduction de nos dépenses publiques, les deuxièmes plus élevées au monde, pourrait passer par la suppression de nos départements.

Dans le rapport, l'OCDE explique que "simplifier la structure des administrations infranationales, notamment en fusionnant les plus petites des 36 700 communes et en supprimant les départements, engendrerait des économies d'échelle substantielles". En effet, selon les chiffres rappelés par le rapport, une commune moyenne française compte 1 800 habitants quand elle en compte 5 500 dans le reste de l'Union européenne.

Remise en cause des retraitesMais ce n'est pas tout ! Dans le rapport, l'OCDE suggère aussi de se pencher sur le cas des retraites, qui sont les plus gourmandes en PIB national des pays de l'OCDE juste après l'Italie. L'organisation propose ainsi de supprimer les exemptions de cotisation d'assurance-maladie et le taux réduit de CSG auxquels ont droit les retraités.

L'OCDE propose par ailleurs de remettre en cause les systèmes des régimes spéciaux et de mettre tout le monde à la même enseigne, "car ils rendent l'ensemble du système opaque, peu équitable, et freine la mobilité entre secteurs".

Favoriser l'ambulatoireL'organisation ne s'arrête pas là et aborde également le sujet des coûts de santé. Elle estime qu'il n'est pas difficile de réduire les coûts de 1,3 points de PIB "sans nuire à la qualité des soins", simplement en "intensifiant le recours à l'ambulatoire", ce qui aurait pour effet de diminuer les coûts d'hospitalisation.

Toujours côté santé, une économie de 0,4% de PIB aurait pu être réalisé si la gauche au pouvoir n'avait pas décidé d'abandonner l'objectif d'une convergence entre les tarifs des hôpitaux et des cliniques. Enfin, le remboursement des médicaments ne devrait être effectués que sur la base du prix des génériques.

Simplifier les procédures de licenciementPar ailleurs, côté emploi, l'OCDE recommande plus de souplesse pour licencier. Elle souhaite ainsi "élargir la définition du licenciement économique", "simplifier les procédures de licenciement et raccourcir les procédures juridiques", des cotisations patronales "plus élevées pour les contrats temporaires", et un RSA "étendu aux jeunes adultes" après leurs études, et plus seulement aux seuls plus de 25 ans.

Publicité
L'OCDE explique aussi que des économies au niveau des écoles pourraient être réalisées de différentes manières : il faudrait "réallouer les moyens publics des grandes écoles vers les universités", ainsi qu'"accroître l'autonomie des universités en terme de gestion, de sélection et de frais d'inscription".
Publicité