L'effet dévastateur des taux négatifs

On n’a pas fini de parler des conséquences de la propagation des taux négatifs. Conséquences sur l’économie et conséquences sur les marchés. Répétons-le encore, ce que nous vivons est tellement historique qu’on en parlera encore dans les cours d’économie et de finance dans 50 ans. Et depuis quelques jours l'impact des taux négatifs est dévastateur sur les marchés boursiers.

MAUVAIS CALCUL DES BANQUES CENTRALES

Sur les marchés boursiers, tout devait être simple. En baissant les taux d’intérêt à zéro, puis en dessous de zéro, les banques centrales voulaient pousser les banques et les épargnants à investir dans des actifs plus risqués, notamment les actions. C’est ce qui s’est passé. Les actions se sont envolées. Nous avons connu, il y a encore quelques mois, des records sur la plupart des indices boursiers, des records et quelques bulles. Rappelons que début août 2015 le CAC valait encore plus de 5200 et que tout le monde ou presque le voyait à 6000 en décembre 2015. Mais ça n’a pas marché comme prévu. Le calcul des banques centrales était que cet argent investi dans les actifs risqués devait servir à financer l’économie réelle. Mais l’économie réelle et en particulier les entreprises n’ont pas besoin que d’argent. Elles ont besoin aussi de perspectives positives pour investir. C’est là que le bât a blessé.

LE PIÈGE

L’argent distribué par les banques centrales est resté cantonné sur les marchés financiers ou, pire, est revenu se placer à des taux négatifs auprès des banques centrales et des gouvernements. Et aujourd’hui, finalement, les taux négatifs ont un effet dévastateur sur les marchés financiers. C’est ce qu’on vit depuis quelques semaines. Pourquoi un effet dévastateur ?

Tout d’abord ils envoient un signal anxiogène. Plus les banques centrales baissent leurs taux et plus le message perçu est "la situation économique est dramatique et nous devons prendre des mesures dramatiques". Regardez ce qu’il s’est passé au Japon. Le Japon est passé récemment en taux négatifs, le Nikkei n’en finit pas de s’effondrer, 8% entre mardi et mercredi, et le yen de se renforcer. D’autre part, les banques sont maintenant totalement asphyxiées par les taux négatifs, leur cours s’effondre et entraîne les indices à la baisse. Et enfin, tous les investisseurs qui ont cru à l’effet positif des taux négatifs sur les actifs risqués subissent depuis quelques semaines le krach boursier et s’appauvrissent. Nous sommes donc entrés dans une nouvelle phase où les taux négatifs ont un effet négatif sur les marchés. C’est fascinant.

LE CAC EN DESSOUS DE 4000

Qui l'eût cru? (à part..., non, on arrête de frimer). Le CAC a perdu depuis le début d'année tout ce qu'il a gagné depuis près d'un an et demi. 14% de baisse. Et derrière la chute du CAC il y a des valeurs qui sont véritablement massacrées. Des effondrements de 30, 40, voire 50%. C'est un vrai krach. Et comme dans tous les krachs, on assiste à une véritable panique.

POURQUOI LA BANQUE DU JAPON VA DEVOIR INTERVENIR

Les autorités monétaires japonaises sont totalement perdues. Elles pensaient qu'en passant leurs taux en dessous de zéro, le Nikkei allait rebondir et le yen baisser. C'est ce qui s'est passé. Pendant deux jours. Deux jours seulement. Depuis le Nikkei s'effondre et le yen flambe. Les investisseurs Japonais parquent leur argent sur des emprunts d'État à 10 ans à moins 0.035% !!! À 10 ans ! Ils paient pour qu'on leur garde leur argent à 10 ans. Du délire. La seule solution pour la Banque du Japon est d'intervenir sur le marché des changes en achetant massivement le dollar. Elle en a les moyens et c'est ce qu'elle devrait faire dans les jours qui viennent.

IL NE MANQUAIT PLUS QUE CA

L'Arabie saoudite a consulté ses alliés du Golfe pour décider d'une éventuelle intervention en Syrie pour tenter d'endiguer la progression de l'armée Syrienne et de ses alliés chiites. Ce qui est fascinant c'est de voir qu'on assiste en direct à un massacre dans une ville de centaines de milliers de civils et que personne ne réagit. Pas même une condamnation de l'ONU.

TRUMP ET SANDERS

Les primaires du New Hampshire, certes un tout petit état, sont importantes car elles donnent un signal fort pour la suite des élections. Et mardi du côté démocrate, c'est Sanders qui l'a emporté. Sa victoire n'est pas une surprise, elle était attendue. Mais la surprise est venue de l'écart écrasant entre ses 59% et les 39% de Clinton. Du côté Républicain, seul Trump tire son épingle du jeu. Rubio s'est effondré après un débat totalement raté, et c'est un total inconnu, John Kasich, sénateur modéré de l'Ohio qui est arrivé deuxième. C'est le super Tuesday du 1er mars où 15 états vont voter qui sera déterminant. À suivre.

LE SCOOP DU JOUR

Dans Les Échos. Tenez-vous bien. "La planète compte autant de cartes SIM que d'habitants". No comment.

LE LIFTING DU JOUR

Le Bon Coin va modifier son site et accroître le nombre de ses services disponibles. Le Bon Coin fête ses 10 ans. Le Bon Coin est un carton absolu. Et un carton étonnant. Avec un look et un nom aussi ringards, qui aurait cru que ce site écraserait la concurrence avec 23 millions de visiteurs uniques par mois, 800000 nouvelles annonces déposées chaque jour (!!!!!) et 26 millions de produits proposés entre 1 euro et 50 millions d'euros pour une valeur moyenne de 13 euros (Les Échos) ? IN-CRO-YA-BLE !

LE DÉPART DU JOUR

Fabius s'est cassé. Il a quitté ce mercredi le Quai d'Orsay pour prendre la tête du Conseil Constitutionnel à la place de Jean Louis Debré qui finit son mandat de 9 ans. Et Hollande bosse, oui il bosse, sur le remaniement. Un exercice de calcul politique comme il les adore.

ENFIN

Le texte sur la déchéance de nationalité a été voté. On va pouvoir passer à autre chose. Une fois de plus, le monde politique s'est mobilisé pour un sujet qui n'intéresse pas les Français et qui est loin de leurs préoccupations quotidiennes. Ne vous inquiétez pas, on va trouver autre chose d'inutile après pour s'occuper.

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Les frères Belhoucine, proches d'Amedy Coulibaly, qui ont participé à la préparation des attentats de janvier 2015 seraient morts en Syrie. Parfait.

VOILÀ C'EST TOUTBONNE JOURNÉEMAY THE FORCE BE WITH YOU

Edito publié sur MonFinancier.com le 10/02/2016.