Le scandale EDF

L’action EDF a marqué une pause mardi après la chute de lundi. Une petite pause. 1% de hausse après une chute de plus de 10% lundi. Pas de quoi se réjouir. 4 milliards envolés en une journée. Anecdote pas très réjouissante, c’est exactement le même montant que l’État, donc nous, avons injecté 4 milliards d’euros il y a à peine 6 mois.

LES RAISONS DE LA CHUTE

On connaît les raisons de la chute. Une révision des objectifs pour 2018, quelques jours à peine après une révision des résultats de 2017. Mais le problème d'EDF va bien au-delà du simple problème des résultats et bien au-delà même des problèmes de dette ou encore des dérives financières liées aux constructions de centrales nucléaires comme Hinkley Point.

EDF N'A RIEN À FAIRE EN BOURSE

Rappelons quand même que l'action EDF est encore en hausse de 20% depuis le début de l'année. Elle avait même chuté à 7 euros en mars 2017 et elle cote encore 10 euros. Mais ce n'est pas le sujet. Le sujet c'est que EDF n'a rien à faire en Bourse. Rien. Le fait même de l'avoir coté est un scandale. Surtout que je rappelle que le groupe a été introduit en Bourse en novembre 2005 à un cours, tenez-vous bien, de 32 euros. Et on a embarqué à l'occasion de nombreux particuliers qui jusqu'à aujourd'hui ont perdu 70% de leur mise. Le désastre d'EDF en Bourse était un désastre annoncé car aucune des conditions nécessaires à une cotation réussie n'était réunie.

UNE VALEUR QUE LES PARTICULIERS DOIVENT ÉVITER, MÊME SI ELLE PEUT REMONTER

Quelles conditions pour réussir une introduction ? Le flottant d'abord. On recommande à toute entreprise qui s'introduit en Bourse d'avoir un flottant de 20 à 25% minimum. Ici 10% à peine dans le public. Et le problème c'est que près de 90% du capital reste entre les mains de l'État. L'État qui est juge et partie dans EDF compte tenu de son rôle dans la fixation du prix de l'électricité. EDF n'est ni une entreprise privée, ni même une entreprise semi-privée, c'est un service public, qui nous coûte cher, très cher, et un service public, une entreprise d'État, n'a rien à faire en Bourse. Alors, oui le cours peut monter, baisser, s'envoler, s'écrouler, mais il faut rappeler ici à l'actionnaire individuel que cette action n'est pas une vraie action, qu'il n'a aucune visibilité sur ses variations futures comme on vient de le voir, à peine plus de visibilité que sur le bitcoin et qu'il faut ignorer ce titre, qu'il monte ou qu'il baisse sauf si on aime les jeux de hasard, des jeux de hasard qui d'ailleurs vont eux aussi être mis en Bourse...

ALTICE : HEDGE FUNDS VERSUS PATRICK DRAHI

13% de baisse encore hier. On en est à 45% de baisse en quelques jours. Le groupe ne vaut plus en Bourse que 12 milliards d'euros, mais il faut évidemment tenir compte des 50 milliards de dette du groupe. Le déclencheur de la dette a été la publication décevante de SFR mais la sanction boursière va bien au delà de ça. On assiste à une attaque en règle des hedge funds, des fonds spéculatifs, sur Altice. Ils "shortent" Altice, vendent l'action à découvert donc, et ils spéculent aussi sur la dette d'Altice en espérant que la chute des cours entraînera un renchérissement du coût de la dette qui entraînera une chute des cours. Et la boucle sera bouclée et les hedge funds seront gagnants sur les deux tableaux.

PAUVRE VENEZUELA

Le Venezuela, un des modèles de Jean-Luc Mélenchon, n'en finit pas de sombrer. Des agences de notation, S&P en tête, ont déclaré que le Venezuela était en défaut "partiel" puisqu'il n'avait pas remboursé une échéance de 200 millions d'euros. Le gouvernement continue à déclarer qu'il est un "bon payeur" mais est contraint de renégocier une partie de sa dette ainsi que celle de sa compagnie pétrolière nationale. On s'achemine vers une situation "à l'Argentine".

MACRON FAIT DU SOCIAL

Après avoir bouclé son budget, un budget qui gardera l'image d'un "budget pour les riches", Macron doit mettre la barre à gauche pour rééquilibrer son image. Donc direction les "cités" et thématique " la politique de la ville". Encore. Espérons qu'il s'agit d'une vraie volonté de faire bouger les choses et pas simplement une opération de com et espérons, vraiment, que pour la première fois la politique de la ville d'un gouvernement sera un succès.

LE DÉFICIT EN DESSOUS DE 3% : UN COUP DE BOL

Le gouvernement confirme que le déficit de la France sera en dessous des 3%. À 2.9%. Encore un énorme coup de bol de Lucky Mac puisque cette baisse du déficit vient des rentrées fiscales liées à la reprise en France qui n'est que la conséquence de la reprise généralisée et principalement de la reprise en Europe. Il faut juste rappeler à ce gouvernement, comme aux précédents, que 3% n'est pas un objectif. L'objectif c'est de ne plus avoir de déficit, 0. Équilibrer les dépenses avec les recettes. Comme en Allemagne.

ALLEMAGNE : LA SURCHAUFFE ?

La croissance allemande a dépassé largement les prévisions au troisième trimestre 2017. 0.8%. Ce n'est plus de la croissance, c'est un "boom". 2.3% de croissance par rapport à la même période de 2016. Et une prévision de croissance encore à 2% pour l'année. L'Allemagne va bien, très bien, trop bien même? Certains économistes commencent même à s'inquiéter des risques de surchauffe...

LE WOW DU JOUR

Un super deal MonFinancier à ne pas manquer : bientôt une nouvelle offre pour investir en SCPI à crédit avec un taux ultra-bonifié. Une exclusivité MonFinancier. Financement d'une partie de l'investissement via un crédit sans intérêt d'emprunt (0%). C'est exceptionnel. Seuls les 100 premiers dossiers seront acceptés. Inscrivez-vous pour être alerté(e) en priorité.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Toujours la baisse mardi, la 7ème consécutive pour le CAC 40. L'indice parisien a lâché 0,49 % à 5315.58 points. Wall Street et les autres indices européens ont connu également une baisse de même ampleur. L'euro continue de remonter face au dollar à la faveur des interrogations sur la réforme fiscale. La monnaie unique gagne plus de 1% à 1,1810 usd. Le Brent est retombé sous les 62 dollars et l'or remonte un peu à 1280 dollars l'once. Ce matin, Tokyo a fini en forte baisse (-1,5 % pour le Nikkei) et le CAC 40 a ouvert dans le rouge. Parti pour une 8ème séance consécutive ?

ON S'EN FOUT ?

Les États-Unis autorisent le premier médicament connecté (Les Échos), un médicament qui "enverra des informations comme la date et l'heure d'ingestion du médicament par bluetooth" (dingue non ?) ; Stockez votre foie gras pour Noël dès maintenant : du fait de la grippe aviaire la production s'est effondrée de moitié en 2 ans ; Un rapport du ministère de la Culture considère que France Télévisions coûte beaucoup trop cher et qu'il faut des mesures... drastiques (Aujourd'hui) ; Mattel a présenté sa première poupée voilée avec un hijab ; 60 millions de consommateurs fait la liste des médicaments les plus utilisés en automédication dont une large majorité serait inutile voire dangereuse... ; Selon une enquête publiée par Aujourd'hui, le boeuf bourguignon est le plat qui représente le plus la cuisine Française, devant la blanquette de veau et le steak frites, ça c'est une nouvelle importante ; Il y a 40 ans jour pour jour, la première FIV, fécondation in vitro.

VOILÀ C'EST TOUT. BONNE JOURNÉE. MAY THE FORCE BE WITH YOU.

Edito publié sur MonFinancier.com le 15/11/2017.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet