Le paradoxe italien

Si on demande aux investisseurs quel est le maillon faible économique et politique de l'Europe, la réponse sera certainement l'Italie. Du fait des élections législatives qui doivent se dérouler avant mai 2018 avec un parti 5 étoiles en tête des sondages. Du fait également de performances économiques plutôt médiocres. Et pourtant l'Italie surperforme les autres marchés européens.

LE MAILLON FAIBLE

L'Italie inquiète d'un point de vue politique et économique. Les investisseurs étrangers ne détiennent plus que 32% de la dette italienne contre 44% en 2010 et environ 50% de la dette française aujourd'hui. Avec une dette qui représente 135% du PIB. Les banques italiennes sont toujours faiblardes et la croissance molle. Et pourtant tous ces éléments négatifs ne se retrouvent pas dans les cours. Et c'est tout le paradoxe. C'est même le contraire. La Bourse italienne affiche la meilleure performance depuis le début d'année des grandes Bourses européennes. Plus de 18% de hausse, c'est même mieux que le chouchou du moment, le Portugal et ses 16% et nettement mieux que les 10% du CAC. Sur un an, la performance est encore plus impressionnante avec une hausse de plus de 40%. Quant au taux des emprunts d'État, ils sont bas, signe étonnant de confiance des investisseurs. À 2.25% , ils sont certes plus élevés que les 1.85 qu'ils ont atteint au plus bas en juin mais restent à des niveaux historiquement bas pour l'Italie.

LES MARCHÉS AIMENT LES PARADOXES

L'explication de ce paradoxe ? 2 explications. Tout d'abord le “whatever it takes” de Mario Draghi. Les investisseurs sont persuadés que si le pays natal de Draghi était sous pression, la Banque centrale européenne interviendrait massivement pour le soutenir. D'autre part, en matière politique, et en particulier en matière d'élections, à chaque fois que les investisseurs ont réagi avec panique comme après l'élection de Trump ou encore le Brexit, ils se sont brûlés les doigts avec des marchés qui ont rebondi rapidement. Alors oui, tout le monde s'accorde à dire que l'Italie est le maillon faible de l'Europe mais cela ne l'empêche pas de surperformer les autres marchés. On n'est plus à un paradoxe près.

LA JOURNÉE AMAZON

Les oreilles de Jeff Bezos ont dû siffler hier. Amazon a beaucoup été évoqué. D'abord, la rumeur que l'américain s'intéresserait à la distribution française et serait prêt à faire une acquisition. Il aurait, par exemple, selon le Monde, approché Casino pour racheter Monoprix. Casino aurait refusé. Ensuite, la certitude qu'après 3 ans d'enquête l'Europe se préparait à lui asséner une amende pour compenser tous les impôts qui n'ont pas été payés du fait d'un deal très "favorable" avec le Luxembourg.

AND THE WINNER IS

Les Échos publient les résultats d'une étude du Trésor sur l'impact des baisses d'impôts. Elle va sûrement aider le gouvernement accusé d'avoir fait une réforme pour les riches. Gain de pouvoir d'achat le plus élevé, 2.9%, pour les 10% des ménages français les plus modestes, et 2.7% de gain pour les ménages entre 21000 et 25000 euros de revenus. Les ménages les plus aisés qui profitent de ces mesures sont uniquement ceux qui étaient assujettis à l'ISF.

UN SOUTIEN DE POIDS POUR LE BITCOIN

Selon le Wall Street Journal, la banque Goldman Sachs étudierait la possibilité de se lancer dans le trading du bitcoin et des autres monnaies virtuelles. Ce serait la première grande banque à se lancer dans le domaine. Alors que le patron de JP Morgan déclarait il y a quelques jours que ces monnaies étaient une arnaque. Qui croire?

BUSINESS AS USUAL

Ce n'est plus vraiment une nouvelle mais on ne peut pas ne pas l'évoquer quand même. Les marchés américains ont encore inscrit un nouveau record. Comme tous les jours, ou presque.

INIMAGINABLE

Le parcours de l'auteur de l'attentat de Marseille. Clandestin et délinquant, arrêté sous de multiples identités et toujours relâché, libéré deux jours avant l'attentat après une garde à vue, jamais placé dans un centre pour étrangers en situation irrégulière (Le Figaro).

ENFIN ?

Le patron d'Orange vient d'annoncer sur Twitter qu'Orange Bank sera lancé le 2 novembre. Un retard donc de quelques mois seulement. On attend ensuite SFR Bank et Free Bank. On attend aussi de savoir si Orange Bank sera une banque en ligne de plus ou un vrai disrupteur.

MON FINANCIER RECRUTE: WE WANT YOU !

Quoi de neuf chez MonFinancier ? Que des bonnes nouvelles ! Depuis 10 ans, MonFinancier propose les meilleures solutions d'épargne, les frais en moins, le conseil indépendant en plus. Avec chacun de nos clients, nous construisons une relation commune, transparente. En partageant notre expertise, nos connaissances, nous permettons à chacun de reprendre le contrôle de son épargne et de savoir où va son argent. Notre équipe s'adapte en permanence à vous. Et pour maintenir et améliorer encore plus la qualité de service, d'accompagnement et de conseil auprès de sa clientèle, MonFinancier souhaite renforcer ses équipes dans ses trois agences de Paris, Cannes et Rennes. Vous souhaitez rejoindre l'équipe MonFinancier ? Je vous invite à proposer vos talents en postulant directement depuis l'Espace Recrutement de MonFinancier.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

La Bourse de Paris a enchaîné mardi une sixième séance consécutive de hausse, aidée par les nouveaux records inscrits à Wall Street. La cote américaine reste en lévitation, sur fond d'espoirs entourant la méga réforme fiscale promise par Donald Trump. Le Dow Jones a clôturé en hausse de 0,37% à 22.641 points, le S&P 500 a progressé de 0,22% à 2.534 points tandis que le Nasdaq composite grimpe de 0,23% 6.531 points. Le yen tout comme l'euro rebondissent face au dollar avec une monnaie unique qui gagne 0,2% à 1,1770 dollar.

ON S'EN FOUT

Ouf, la choucroute en boîte et le couscous Garbit (qui est bon comme là-bas) sont sauvés, le Tribunal de Commerce a accepté une offre de reprise de l'activité plats cuisinés d'un William Saurin qui a frôlé la faillite ; J'ai vu le film "Le sens de la fête", pas exceptionnel mais amusant ; Pour tenter de lutter contre la percée de la gestion passive, la société de gestion américaine Fidelity va introduire une rémunération de sa gestion à la performance ; Ouch : le marché de l'habillement français a perdu 14% de sa valeur en 10 ans (Les Échos) ; Sortie cette semaine du nouveau Largo Winch : "L'étoile du matin" ; Selon le Canard Enchaîné, l'Insoumise Raquel Garrido doit 32000 euros de cotisations sociales non payées depuis 6 ans à a caisse de retraite des avocats ; La CFDT refuse de suivre les autres syndicats et ne manifestera pas contre la loi Travail.

FAITES PLAISIR À UN AMI

Inscrivez-le tout de suite, gratuitement, à notre newsletter. C'est simple et rapide. Cliquez ici.

VOILÀ C'EST TOUT. BONNE JOURNÉE. MAY THE FORCE BE WITH YOU.

Edito publié sur MonFinancier.com le 04/10/2017.