Le FMI en alerte maximale

Le FMI tire la sonnette d’alarme sur la dette mondiale. Je ne sais pas si vous avez remarqué mais le FMI publie chaque semaine, depuis quelques semaines, un rapport alarmant. Des rapports qui passent plus ou moins inaperçus et qui ont peu d'impact sur la politique des gouvernements des pays développés.

 

225% DE L’ÉCONOMIE MONDIALE

Il y a quelques jours, le FMI pointait du doigt la faiblesse de la croissance mondiale surtout dans les pays développés. Puis, il a dénoncé les dangers de la montée du populisme, des élections aux Etats-Unis et du Brexit. Son dernier rapport est un coup de massue avec un chiffre qui devrait nous empêcher de dormir : le niveau de la dette mondiale a atteint un record. 152.000 milliards de dollars. C’est plus de deux fois la taille de l’économie mondiale. Du fait du niveau bas des taux d’intérêt. Les États, les entreprises, et même les ménages peuvent emprunter facilement à des taux négatifs ou à des taux très bas. Et tout le monde emprunte. De ce point de vue, la politique des banques centrales a été une réussite.

LES GOUVERNEMENTS N’ÉCOUTENT PAS

Le problème que pointe le FMI est triple. Tout d’abord cet océan de dettes qui recouvre la Terre n’a pas relancé l’économie. D’autre part, une dette. Normalement ça se rembourse mais comment rembourser une dette deux fois plus importante que l’économie mondiale ? Et enfin quid si les taux devaient remonter ? Cette dette est concentrée dans les pays développés, dans les pays où les taux sont très bas. Seule exception significative : la Chine.

ON VOUS L'AVAIT DIT

Le FMI est inquiet, très inquiet. Il n’a pas envie de réitérer son erreur de 2008 avec des rapports optimistes à quelques mois de l’explosion de la plus grande crise mondiale depuis 1929. Mais le FMI prêche dans le vide car il n’a plus de levier ni moyen de pression. Le FMI avant pouvait changer le cours des choses en menaçant de refuser de prêter de l’argent mais aujourd’hui l’argent coule à flots, gratuitement. Il se rassurera en se disant qu’en cas de crise financière ou économique, il pourra déclarer : "On vous avait prévenus".

LE DRAME DU CHÔMAGE DES JEUNES

La Cour des comptes a dressé un tableau dramatique des politiques visant à relancer l'emploi des jeunes: coûteuses, inefficaces, désastreuses même. Comme toutes les politiques gouvernementales. Des dépenses empilées sans aucun effet. Avec la palme pour les "emplois d'avenir". L'OCDE enfonce le clou en comparant notre politique sur le sujet avec celle de l'Allemagne où l'emploi des jeunes caracole de record en record. Fascinant qu'on continue à faire les mêmes erreurs encore et encore, avec le même entêtement, le même dogmatisme et la même impunité.

À DROITE TOUTE

C'est le Festival May. On reprochait au nouveau premier ministre anglais de mettre du temps à réagir au referendum sur le Brexit. Elle s'est rattrapée. En quelques jours elle a opté pour un hard brexit, et hier elle a donné sa vision sur l'immigration et sur l’État. Sur l'immigration, priorité aux Britanniques et immigration sélective à l'américaine. Et pour l’État, la nécessité de réduire les inégalités tout en laissant la liberté aux entreprises. Thatcher is back.

L'ARNAQUE BANCAIRE

La fête continue. Devant la chute de leurs revenus liée à la baisse de leurs activités spéculatives et à la baisse des taux d'intérêt, les banques vous massacrent. UFC-Que Choisir et Choisirmabanque.com publient des rapports accablants sur des frais bancaires qui explosent. Parfois de 10% en un an. Avec la palme pour l'arnaque suprême : les frais de tenue de compte, fourre-tout permettant d'éviter de justifier le détail des services facturés. Mais les Français ne réagissent toujours pas et continuent à se faire massacrer sans réagir, sans comparer, sans changer de banque. Bravo les gars, continuez.

LE NAUFRAGE BANCAIRE

20.000 postes supprimés dans la banque européenne. Des annonces faites ces derniers jours par des ING, des Commerzbank ou des Banco Popular. Et ça va continuer. Depuis le temps, 40 ans environ, qu'on prévoyait que la banque serait la nouvelle sidérurgie. Paradoxe intéressant: les banques américaines, elles, sont en pleine forme.

LES CARS MACRON

devaient créer 22.000 emplois. On en compte 1340. Et les trois opérateurs longue distance encore vivants ( Flixbus, Ouibus, Isilines) sont en perte.

VOUS DEVRIEZ VRAIMENT VOUS ABONNER

Notre abonnement de conseil boursier s'enrichit cette semaine avec 2 nouveaux services, auxquels vous pouvez accéder gratuitement dès ce jeudi : La CAC box, avis instantané sur les valeurs du CAC, et les valeurs étrangères du mois. Le prix lui ne change pas : 159 euros pour un an. 159 euros pour un service de conseil d'actions PEA, de conseil de trading produits dérivés, de conseils patrimoniaux et de questions/réponses 24h chrono sur votre argent, il faut se précipiter... Découvrez tous les services de l'abonnement MF privé.

DU CÔTE DES MARCHÉS

Journée "avec". Le CAC a peu bougé mais les indices américains ont progressé grâce à de bons indicateurs d'activité. L'Asie est dans le vert ce matin grâce à la hausse du dollar/yen notamment (103.50). Le sterling reste sur ses plus bas (1.2710 contre dollar) et l'euro scotché à 1.12. L'or dort à 1268 et le pétrole est à 50 dollars du fait de la baisse des stocks. Voilà, vous savez tout.

ON S'EN FOUT ?

Les 5 détrousseurs de Kim sont des écolos, ils sont venus et repartis en vélo ; le patron de France 2 a été viré brutalement pour cause d'audiences en chute libre ; aucun rapport avec l'émission politique ce jeudi soir spéciale Juppé avec Pujadas (une soirée marrante en perspective avec ce duo de boute-en-train) ; La résidence de Luxe No Address fait des promotions pour le week-end prochain ; Trump a accepté de bosser son prochain débat pour éviter la cata du premier ; la consommation de hamburgers explose en France : il coûte en moyenne 5.73 euros et est entré de plein pied dans les restaurants gastronomiques avec un rapport de 1 hamburger contre 2 jambon-beurre (le rapport était de 1 pour 9 en 2000!).

VOILA C'EST TOUT. BONNE JOURNEE. MAY THE FORCE BE WITH YOU.

Edito publié sur MonFinancier.com le 06/10/2016.

Publicité