Le Brexit et votre argent

Les valeurs bancaires sont massacrées. Les épargnants sont inquiets et se demandent si nous allons vivre un remake de la crise bancaire post Lehman. Ils se demandent si leur argent est en sécurité, si leurs placements sont en danger et s'il y a encore une possibilité d'obtenir des rendements positifs sans prendre de risque. Tentons de répondre à ces questions.

LES BANQUES

Nouvelle journée de chute brutale des valeurs bancaires européennes: c’est tout simplement un massacre. Depuis le referendum, les valeurs bancaires européennes, et pas simplement Anglaises, ont perdu entre 20 et 50% de leur valeur. Lundi par exemple, rien que sur la journée, Barclays a perdu 17% de sa valeur. Le patron de la Société Générale a beau nous expliquer que tout va bien dans le meilleur des mondes, son action a encore perdu plus de 8% hier. Déjà sous pression depuis quelques semaines, le secteur bancaire italien est lui en chute libre et on craint pour sa pérennité.

LEHMAN BIS ? NON

Et une fois de plus, on évoque une crise bancaire équivalente à celle qui a suivi la faillite de Lehman mais la situation est totalement différente. J’entends dire un peu partout qu’elle est différente parce que les banques sont plus solides et parce qu’elles auraient des bilans à l’épreuve des épreuves, mais c’est partiellement faux. La situation est différente parce que les banques ne sont plus des banques indépendantes réellement privées, ce ne sont plus que des filiales de fait des banques centrales. Elles n’ont qu’une autonomie d’apparence. Elles sont sous perfusion permanente de liquidités des banques centrales. Retirez le tuyau et il n’y a plus de banques. Surtout qu’entre les taux négatifs et la diminution drastique de leurs activités de trading, elles n’ont plus vraiment de business model.

DES FAILLITES SONT-ELLES POSSIBLES?

Est-ce qu’on peut craindre des faillites ? Non. Sauf si on croit à la possibilité d’une faillite de banque centrale. Les banques n’ont du crédit que parce qu’elles ont une double garantie. Celles des banques centrales et celles des États. Les épargnants n’ont donc rien à craindre. Quant aux actionnaires qui investissent dans les valeurs bancaires, ils ne font que spéculer que sur les indices boursiers avec un très fort effet de levier. En effet, il est aujourd’hui impossible de déterminer la vraie valeur d’une action bancaire. Ce ne sont plus que des valeurs spéculatives qui baissent ou montent deux ou trois fois plus que leur indice de référence. Si aujourd’hui les indices rebondissent, les valeurs bancaires rebondiront deux ou trois fois plus. Les banques ne sont plus privées que sur papier. C’est une bonne nouvelle pour les clients et pour les spéculateurs.

LES PLACEMENTS

Rappelons un principe de base. Le taux sans risque est autour de zéro ou négatif en Europe. Cela veut dire que si vous voulez un rendement positif, vous devez prendre un risque. C'est aussi simple que ça... Sauf en France où les épargnants bénéficient de deux placements dont les rendements sont toujours déconnectés de la réalité: les livrets d'épargne défiscalisés, type livret A qui rapporte 0.75% quand les taux sont négatifs et que l'inflation est nulle, et bien sûr l'assurance vie qui peut rapporter entre 1.5% et 3.5%. Sur ces placements, peu ou pas de risque, car, une fois de plus, l’État ou les banques centrales sont garants de fait.

ESPOIR OU FANTASME ?

Depuis ce week-end, une idée, à laquelle j'adhère, circule, surtout à Londres et à la City où on ne veut pas admettre le résultat du Brexit: un nouveau referendum. Ce scénario est possible. Mais il n'est possible qu'en cas de dissolution du Parlement et d'élections anticipées principalement sur le thème de l'Europe avec une écrasante majorité des proeuropéens. Il est possible mais, s'il se produit, il demandera du temps.

LE PARALLÈLE QUE JE NE SUPPORTE DÉJÀ PLUS D'ENTENDRE

Depuis la défaite de l'équipe anglaise face à l'Islande dans l'Euro, chacun y va de sa blague sur la sortie de la Grande-Bretagne de l'Europe et de l'Euro...

MA SOLUTION POUR RELANCER LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE

Élire Angela Merkel présidente de l'Europe. Avec des vrais pouvoirs.

ON S'EN FOUT ?

Les hedge funds ont des grosses positions à la baisse du sterling et de la bourse britannique, les écologistes ne sont pas démocrates et refusent les résultats du referendum Notre-Dame-des-Landes, les derniers éléments de la loi Touraine sur la pénibilité au travail seront adoptés le 1er Juillet et ils sont inapplicables tant ils sont incompréhensibles, les emmerdeurs professionnels d'Air France maintiennent leur préavis de grève pour les départs en vacances d'août, il n'y aura plus que deux heures au lieu de 5 en clair sur Canal+.

LA CITY : RÉALITÉ ET FANTASME

On entend tout et n'importe quoi depuis le referendum sur l'avenir de la City. On entend même des gens rêver que Paris redevienne une vraie place financière. Une place financière dans un pays où la finance est un ennemi sans visage, la réussite financière hors foot une honte et les banquiers des hauts fonctionnaires déguisés en chefs d'entreprise... La City a besoin de l'Europe mais l'Europe a besoin de la City et je ne crois pas au scénario où la Grande-Bretagne n'aurait plus son "passeport" européen pour les services financiers. La City va souffrir, elle va geler ses embauches, pendant toute la période d'incertitude mais elle rebondira. Peut-être même plus forte qu'avant.

ESPAGNE : LE MODÈLE ALLEMAND ?

Mariano Rajoy, vainqueur dimanche des élections législatives avec son Parti Populaire, rêve d'une grande coalition à l'Allemande avec le Parti Socialiste pour mener un nouveau train de réformes structurelles dans le pays.

DERNIÈRE SOIRÉE AVANT VOS VACANCES

Ne manquez pas mardi 5 juillet à partir de 19h00 notre soirée exceptionnelle consacrée à l'investissement immobilier en direct et à la loi Pinel, sa place dans un patrimoine global et la présentation d'exemples de programmes sélectionnés par MonFinancier. Vous souhaitez réduire vos impôts et investir dans un actif tangible, et vous disposez d'une capacité d'épargne? Ne manquez pas cette occasion de rencontrer nos experts, réaliser une simulation sur l'investissement et les réductions d'impôts obtenues, et bénéficier d'un conseil personnalisé. En savoir plus et vous inscrire.

FAITES PLAISIR À UN AMI

Inscrivez-le tout de suite, gratuitement, à notre newsletter. C'est simple et rapide. Cliquez ici.

VOILÀ C'EST TOUTBONNE JOURNÉE MAY THE FORCE BE WITH YOU

Edito publié sur MonFinancier.com le 28/07/2016.