Le quotidien Libération revient sur une arnaque qui fait de nombreuses victimes en Espagne et au Chili. Celle-ci vise à faire croire qu’un membre de la famille vient d’être enlevé. Explications.  

Cette arnaque peut-elle débarquer en France ? Elle a en tout cas de quoi inquiéter. Comme le rapporte le journal Libération mardi, l’escroquerie au kidnapping virtuel a fait de nombreuses victimes au Chili et en Espagne.

Concrètement, il s’agit pour les malfaiteurs de faire croire à une famille qu’un de leur membre a été enlevé et qu’il faut verser une rançon le plus rapidement possible pour qu’il soit libéré. Une arnaque effectuée généralement en pleine nuit pour prendre les victimes au dépourvu et ne pas leur laisser le temps de trop réfléchir. Ils doivent alors verser une somme d'argent conséquente sur Western Union. 

Des informations récupérées sur Facebook

"En bruit de fond, les hurlements et les supplications de l’otage supposé. Des détails glanés sur Facebook peuvent crédibiliser le scénario, mais certains escrocs sont assez persuasifs pour s’en passer", explique Libération.

Publicité
Sur le total des tentatives, au moins 5% des escroqueries fonctionneraient. Plus étonnant encore, ces arnaques seraient orchestrées par des détenus. Les enquêteurs espagnols "ont constaté avec stupeur que la quasi-totalité provenait de deux prisons de la capitale du Chili, Santiago 1 et Modelo 2, où les téléphones mobiles circulent librement et passent d’un détenu à l’autre", ajoute le journal.

Restez vigilants si vous prenez connaissance d’une telle arnaque.

Publicité