L'année des surprises

Quelques surprises sur les marchés depuis le début de l’année : 2017 va-t-elle être l’année des contrepieds ? Les unes après les autres, les convictions, les certitudes même des investisseurs sont mises à mal. Et pourtant en début d’année, à lire les prévisions, tout était écrit. On avait pourtant le programme pour l’année.

TOUT ÉTAIT ÉCRIT

Hausse du dollar, hausse du pétrole, hausse des taux dans tous les pays développés, hausse des indices boursiers américains et européens, baisse des monnaies et des indices boursiers des pays émergents. Mais alors que le premier trimestre s’achève, rien ou presque ne s’est passé comme prévu.

CONTRE-PIED SUR LE DOLLAR ET LE PÉTROLE

Sur le marché des changes, c’est très frappant, on assiste depuis quelques jours à des changements radicaux de prévisions. Des grandes banques américaines, comme Citigroup par exemple, ne pensent plus que l’euro va aller à la parité, alors que ça encore c’était une évidence. La hausse des taux par la FED qui devait provoquer un deuxième souffle de hausse pour le dollar a eu l’effet inverse et le dollar glisse depuis quelques jours. Quant au pétrole, on s’est encore éloigné cette semaine des 60 ou 70 dollars, zone objectif du consensus.

SURPRISE SUR LES MARCHÉS ÉMERGENTS

Et les marchés émergents se portent bien. C’est le troisième contre-pied majeur de l’année 2017. L’indice des monnaies émergentes est en hausse de 4% sur l’année, au plus haut depuis 7 mois avec des hausses spectaculaires comme, autre énorme surprise, le peso en hausse de près de 10%. Pour l’instant le seul consensus qui résiste bien, malgré le coup de mou du début de semaine, concerne les indices boursiers américains et européens. 2017 ne s’annonce donc pas comme une année simple. Des fonds spéculatifs en ont déjà fait les frais. Les prévisionnistes et les hedge funds ont dû retourner leurs positions et ils vont probablement être à nouveau pris à contre-pied car l’année ne fait que commencer et tout peut encore se retourner totalement. Bon courage les gars.

ATTENTAT DRAMATIQUE À LONDRES

No comment.

L'EFFET CATHERINE LABORDE

En milieu de journée hier, les téléphones crépitaient dans toutes les salles de marchés des grands banques et des grands fonds anglo saxons, à Londres, à New York et dans le reste du monde. Avec une seule question "Who the f... is Catherine Laborde??". L'euro venait de passer brutalement à la hausse les 1.08 dollars alors que l'AFP venait d'annoncer que Catherine Laborde se ralliait à Macron, rendant la victoire de ce dernier inéluctable. Pour une fois les gérants français ont eu un coup d'avance.

LE PATRIMOINE DES CANDIDATS

La publication des patrimoines des candidats, et surtout les réactions à cette publication, sont passionnantes. Elles illustrent la complexité du rapport à l'argent des Français. Les candidats sont fiers d'annoncer des patrimoines peu élevés, soulagés même, et ceux qui sont en tête doivent presque s'excuser. Mélenchon a trouvé mille excuses pour expliquer pourquoi il était presque millionnaire. Et Macron, ancien banquier et ministre de l'économie, est lui assez fier de ne pas avoir su gérer l'argent qu'il a gagné. Pas très rassurant pour nos finances publiques. J'en profite pour relayer l'annonce passée par Benoît Hamon dans le Bon Coin: son Opel Corsa 2006 est à vendre pour 2000 euros.

GOOGLE SOUS PRESSION

Pour une fois, c'est Google qui est sous pression et pas l'inverse. Les réactions à la diffusion de publicités de grands groupes sur des vidéos terroristes ou racistes continuent à s'amplifier. Hier c'est l'opérateur AT&T qui a décidé d'arrêter de communiquer sur Youtube (qui appartient à Google) et sur les deux millions de sites partenaires de Google. Il va falloir revoir les algorithmes, les gars. Ils ne sont pas aussi magiques que vous le pensiez.

LE CARTON DE LA SEMAINE

Un grand bravo à notre équipe de conseils sur les marchés ! Mercredi, 92% de gains sur notre conseil sur Gemalto avec le turbo put Best illimité Gemalto 3P62Z. Le spécialiste de la sécurité numérique a lourdement été sanctionné après l'annonce de son énième profit warning ! Pas encore abonné ? Découvrez nos différentes formules d'abonnement.

LE TTSO DE LA SEMAINE : Torrent de boue

Selon Le Canard, Fillon aurait touché 50.000 $ pour mettre en relation (en 2015) un de ses clients avec Poutine. Toujours selon Le Canard, Moscovici (manquait plus que lui !) s'habillerait au même endroit que Fillon et lui aussi se ferait offrir ses costumes (les faits remontent à avant 2012). Capital publie une interview de Christian Schoettl (élu de l'Essonne et "vieil ennemi" de Mélenchon) où ce dernier accuse le leader de la France Insoumise... ... de népotisme (en particulier) à l'égard de sa fille, embauchée par le Conseil Général de l'Essonne en 2009 (date à laquelle JLM, ancien vice-président dudit Conseil Général, était sénateur du même département). N'oubliez pas de vous abonner à l'excellente newsletter du soir de TTSO. C'est très simple et c'est ici.

LA DÉCLARATION POLITIQUEMENT INCORRECTE DU JOUR

vient du patron de l'Eurogroupe, le Hollandais Jeroen Dijsselbloem : "Durant la crise de l'euro, les pays du Nord ont fait preuve de solidarité avec les pays touchés par la crise (...) Mais on a aussi des obligations. Je ne peux pas dépenser en schnaps et en femmes et ensuite demander de l'aide". Les pays d'Europe du Nord n'ont pas apprécié, on se demande pourquoi.

ON S'EN FOUT ?

Porsche a décidé de verser une prime de 9111 euros à tous ses employés, énorme non ? ; JC Decaux pourrait perdre la concession des Vélib' au profit de Smoove, une start up créée en 2008 à Montpellier ; Meilleure part d'audience pour 2017 avec 47.9% pour le débat présidentiel de TF1 mais un tout petit chiffre d'affaires, 1.1 million d'euros, 50% de moins, du fait de la réduction du nombre de coupures ; L’hebdomadaire Nous Deux existe encore, il a 70 ans, et le taux de renouvellement des abonnés est de 79% (Challenges) ; Mumm a nommé Usain Bolt CEO... Chief Entertainment Officer, il faudrait créer ça dans toutes les boîtes, non ?

VOILA C'EST TOUT. BONNE JOURNEE. MAY THE FORCE BE WITH YOU.

Edito publié sur MonFinancier.com le 23/03/2016.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité