Russell Edwards, un homme d'affaires britannique, a sorti une enquête approfondie dans laquelle il déclare avoir "enfin levé le voile sur l'identité du tueur" qui a terrorisé Londres en 1888. 

Russell Edwards, un homme d'affaires britannique, a présenté jeudi à Paris son enquête sur la véritable identité de Jack l'Eventreur. 

L'identité de ce dénommé Jack l'Eventreur aurait été démasquée grâce à des empreintes ADN d'un châle en soie retrouvé à moitié déchiré près du cadavre de Catherine Eddowes, la quatrième et avant-dernière victime du tueur en série. Passionné pour cette histoire, R. Edward s'était procuré cette pièce de tissus en 2007, lors d'une vente aux enchères. C'est un châle en soie de 2,4 m, marron et bleu imprimé d'une sérigraphie de marguerites de la Saint-Michel. 

"Cent vingt-six ans après les faits, et grâce aux analyses ADN, nous avons enfin levé le voile sur l’identité du tueur", a précisé au Point cet homme d'affaires. Et selon toute vraissemblance, le célèbre criminel londonien pourrait bien être Aaron Kosminski, un émigré juif venu de Pologne.

Plus de 167 suspects

A l'automne 1888, cinq prostituées ont été égorgées dans le quartier de Whitechapel à l'est de Londres. Tous les crimes étaient signés Jack l'Eventreur. Ce dernier semait la terreur en envoyant des lettres à la presse. Les enquêtes sur son identité n'ont jamais été élucidées et ce tueur en série fascine encore aujourd'hui. Au cours de l'enquête, pas moins de 167 personnes ont été suspectés. Parmi eux : Lewis Carroll, le petit-fils de la reine Victoria, ou encore le peintre Walter Sickert.

A lire aussi : Jack l'Eventreur : l'identité du tueur en série le plus célèbre enfin révélée ?

Une ADN qui en dit long 

Pour son enquête, Russell Edwards s'est associé à Jari Louhelainen. Ce spécialiste de biologie moléculaire de l'université de Liverpool a réussi à extraire l'ADN. Cependant la substance retrouvée sur l'étole n'est pas propre à un individu, mais à tout un groupe de la même lignée maternelle. Il faudra donc trouver un éventuel descendant de la victime pour confronter les résultats. 

Publicité
Aprés l'étude de l'ADN, les résultats sont formels. Pour Russell Edwards, il n'y a plus de doute, Aaron Kosminski est coupable. Né à Klodawa, en Pologne en 1865, ce "juif polonais" vivait près des docks de la ville, pas très loin de l'endroit où les victimes ont été égorgées. Il faisait déja partie des suspects en 1910, faute de preuves il n'avait pas pu être accusé. Depuis lors, le nom d'Aaron Kosminski figurait dans la short list de l'enquête de Scotland Yard.

Pour en être sûr, il faudra attendre la confirmation de Scotland Yard. Le public attend donc avec impatience la publication scientifique prévue pour 2016.

En vidéo sur lême thème :  Jack l'Eventreur: la justice britannique prend au sérieux une nouvelle piste