L’UFC Que Choisir a déposé des recours au tribunal administratif de Paris contre la SNCF, la RATP et le STIF pour des contrats qui n’assurent pas une qualité de service raisonnable pour les consommateurs.  

Des retards qui vont coûter cher ? Le Parisien a révélé mercredi que l’association UFC Que Choisir a déposé trois recours au tribunal administratif de Paris contre la SNCF, la RATP et le STIF (Syndicat des transports d’Ile-de-France) afin de dénoncer le contenu de contrats jugés défavorables pour les consommateurs.

En cause : deux contrats de service public renouvelés début octobre qui encadrent les transports ferroviaires de l’Ile-de-France pour les cinq années à venir. Dans ces contrats, il n’y a "aucun système de bonus-malus pour assurer une qualité de service raisonnable, tendre à son amélioration", s’inquiète le président de l’UFC Que Choisir, Alain Bazot, interrogé par Le Parisien.

8068 heures de retard cumulé en 6 mois

Des chiffres de l’application (gratuite) Anti-Retards, lancée par l’association, montrent notamment que 8068 heures de retard cumulé ont été enregistrées dans les transports régionaux en moins de 6 mois, de fin mai à octobre 2015. Et dans 65% des cas, la cause de l’incident n’est pas communiquée aux voyageurs.

En plus des retards, l’indemnisation est, elle aussi, jugée insuffisante. "Au mieux, l’usager francilien peut obtenir de manière très discrétionnaire 35 euros par an, soit un demi mois d’abonnement s’il subit, dit le contrat ‘une situation inacceptable à cause d’une offre notablement réduite’, ce qui ne veut rien dire du tout", dénonce dans les colonnes du quotidien Cédric Musso, en charge des transports à l’UFC Que Choisir.

Publicité
L’association appelle par ailleurs les consommateurs à continuer de se mobiliser, notamment en téléchargeant cette application, afin d’alimenter l’observatoire participatif de la qualité des transports régionaux.

En vidéo sur le même thème : Les TER ont cumulé 8000 heures de retards en 6 mois d’après UFC Que Choisir

 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité