La France et la Grande-Bretagne sur deux planètes

Prenez quelques minutes pour jeter un coup d'oeil au budget présenté en Grande-Bretagne mercredi. Dans un pays qui flirte avec le plein emploi et qui affiche une croissance forte, le gouvernement choisit de continuer à réduire les dépenses publiques et à baisser les impôts. Sans concessions. La Grande-Bretagne rejoint l'Allemagne dans une vision à des années-lumières de celle de la France.

MOINS D’ÉTAT

Le budget britannique a retenu mon attention ce jeudi matin et je dois vous avouer qu’une fois de plus Cameron et son gouvernement me bluffent. Osborne, le ministre des Finances, a présenté mercredi son budget pour l’année prochaine. Et c’est encore une fois un budget sans concession. Un budget qui a pour objectif de continuer à assainir les dépenses publiques et de continuer à alimenter une des croissances les plus fortes des pays développés. Baisse d’impôts encore, pour les plus défavorisés, pour les classes moyennes, baisse de l’impôt sur les sociétés qui passe de 20% à 19% puis à 18%, et baisses des dépenses publiques. On parle maintenant d’un retour à l’équilibre en 2019 pour la Grande-Bretagne.

UN BUDGET ULTRA-CONSERVATEUR ?

On parle tout de même d’un budget ultra-conservateur avec une baisse brutale des prestations sociales mais en fait la Grande-Bretagne adopte la même philosophie que l’Allemagne : on ne peut pas dépenser plus que ce qu’on gagne et on ne peut pas continuer à jouer au Père Noël avec de l’argent qu’on n’a pas et qu’on emprunte. C’est vrai que c’est triste, mais le Père Noël n’existe pas. Néanmoins, le gouvernement britannique augmente le salaire minimum, un salaire minimum qui n’a plus rien à envier au notre.

DEUX PLANÈTES

Est-ce que vous vous souvenez de ce qu’on disait en 2008 et 2009 ? On disait qu’il y avait deux modèles opposés pour sortir de la crise. Le modèle britannique basé sur une austérité brutale avec une réduction des dépenses publiques et du rôle de l’Etat et le modèle français basé sur la hausse des impôts et un Etat encore plus omniprésent. La Grande-Bretagne n’est certes pas un paradis, loin de là, mais le verdict est clair : le pays est proche du plein emploi avec une croissance formidable. Notre chômage et notre dette sont au plus haut et nous nous réjouissons parce qu’après trois ans de croissance nulle, nous allons peut être dépasser les 1% de croissance. Ce n’est plus la Manche qui nous sépare. La Grande-Bretagne et la France sont aujourd’hui sur deux planètes différentes.

LA GRÈCE

Je n'en peux plus de parler de la Grèce. Des énièmes réunions de la dernière chance, des propositions délirantes du gouvernement Grec. Donc je boycotte le sujet aujourd'hui.

LE REBOND DE LA BOURSE CHINOISE

Le gouvernement chinois essaie vraiment tout pour arrêter la chute de la Bourse. Baisse des taux, obligation d'achat pour les grands investisseurs proches de l'Etat, arrêt des cotations de 40% des actions et mercredi interdiction de vendre la plupart des titres qui cotent encore... La Bourse a finalement rebondi ce jeudi matin. Quand même.

A LIRE

Le classement annuel de Challenges des fortunes de France avec Drahi en couverture, devenu 6ème fortune de France avec 16.7 milliards d'euros. En 1 Bernard Arnault, 2 Liliane, 3 la famille Dumas d'Hermès, 4 la famille Mulliez d'Auchan et en 5 la famille Dassault. Beaucoup de nouveaux entrants. Bravo surtout (uniquement ?) à tous les entrepreneurs qui ont construit leur fortune de leurs propres mains.

N’HÉSITEZ PLUS !

Vous êtes nombreux à avoir porté un intérêt à l'offre packagée par MonFinancier alliant une SCPI reconnue avec une solution de crédit négociée auprès d’un partenaire de première qualité. Vous hésitez encore, mais souhaitez quand même profiter des taux historiquement bas ? Consacrez une heure de votre temps à l'administratif et faites-vous aider par un conseiller... puis partez en vacances en toute sérénité.

C'EST REPARTI

La consommation de tabac augmente à nouveau, pour la première fois depuis 2009 (+7%) malgré des hausse de prix permanentes. Selon un psychologue, c'est l'insécurité économique qui explique ce rebond (Le Parisien).

ENFIN

Nous l'attendons tous depuis notre naissance. C'est notre rêve.Hidalgo va le faire. Elle promet qu'on pourra se baigner dans la Seine après 2024. Une opportunité fantastique pour les millions de chômeurs et les millions de retraités sans retraites qu'on aura en 2024.On est sauvés.

VIVE L'INFORMATIQUE

Rare : 4 heures d'arrêt des cotations mercredi sur le New York Stock Exchange du fait d'une grosse panne informatique...

LE COMEBACK DES BRICS

Ils sont à genoux, sauf l'Inde, mais ils ont tout de même décidé de se réunir à Moscou. 7ème sommet des "grands" émergents pour entériner le lancement de la grande Banque de Développement. Dilma Rousseff en a profité pour annoncer qu'elle refusait de démissionner malgré la multiplication des affaires et la situation économique du pays.

LE TTSO DE LA SEMAINE

"Vous allez adorer ce calcul : ce jeudi, Bercy a fixé le cadre budgétaire des ministères pour 2016. Surprise : on apprend que l'année prochaine, 8.293 postes de fonctionnaires seront créés, une augmentation de 0,15% du nombre total d'employés publics. Rien. Ou presque. Jugez plutôt : selon l'IFRAP, un fonctionnaire coûte à peu près 3,5M€ sur toute sa vie et même au-delà (42 ans de carrière + 21 ans de retraite + 10 ans de réversion)..."N'oubliez pas de vous abonner à l'excellente newsletter du soir de TTSO. C'est très simple, il n'y a qu'à cliquer ici !

VOILA C'EST TOUTBONNE JOURNEEMAY THE FORCE BE WITH YOU

Edito publié sur MonFinancier.com le 09/07/2015.