Le Conseil national suisse a voté à une large majorité mercredi pour la fin du secret bancaire, en autorisant l’échange automatique de renseignements fiscaux.  

S’installer en Suisse pour échapper à la fiscalité française ne va plus être possible. Le Conseil national suisse a validé mercredi le principe d’échange automatique de renseignements fiscaux, rapporte La Tribune de Genève.

Si la Suisse sera donc dans l’obligation d’envoyer des informations à des autorités fiscales étrangères, elle recevra toutefois elle aussi des données des pays concernés. Le Parlement suisse devra par ailleurs examiner chaque accord signé avec un Etat partenaire.

Un dispositif appliqué en 2018

A lire aussi - Exil fiscal : quel est le pays préféré des Français pour partir ? 

Publicité
La Suisse avait déjà donné son accord en mai dernier pour un échange avec l’Union européenne de données sur les comptes bancaires des contribuables étrangers. Mais pas pour ses ressortissants. En effet, "le secret bancaire pour les ressortissants suisses détenant des comptes en Suisse reste, lui, toujours actif", rappelle Le Figaro.

Il faudra patienter encore un peu puisque le dispositif voté mercredi ne s’appliquera qu’à partir de 2018.

En vidéo sur le même thème : Vers la fin du secret bancaire suisse en 2018