Février 2014 pourrait être le mois de toutes les frayeurs pour les PME et TPE françaises. Le standart de paiement européen ou Sepa, entrera en application dès le 1er février 2014. Il devra faciliter les tranferts de fonds entre les pays de la zone euro et ceux en dehors, comme la Suisse ou l'Islande. Néanmoins, les TPE et PME mal préparées à ce changement économique risquent d'être dépassées.

Afin de limiter les frais de transferts à l'étranger, la zone euro a mis en place le système Sepa. L'IBAN (identifiant du compte bancaire) et le BIC (identifiant de la banque) serviront à créer de nouvelles coordonées bancaires internationales, coordonnées nécessaires pour les virements internationaux. Les transferts sous un format national seront désormais rejetés par les banques. Le problème est qu'une grande partie des PME et TPE n'ont pas encore établi leur planning de paiement. Il est même possible que ces entreprises ne paient leur salariés qu'à la fin du mois de fevrier et en chèque.

 

Pour certaines opérations bancaires, "Prélèvement ou virement Sepa" ont déjà remplacé les anciennes versions

La Fédération bancaire française  donne le tempo : "Les entreprises qui ne seraient pas passées aux nouvelles normes ne pourront plus effectuer les paiements de leurs clients, de leurs collaborateurs ou encore recevoir des règlements." Face à cette échéance restreinte, la Confédération générale des petites et moyennes entreprises propose à ses adhérents de contacter leur banque, comptable et fournisseur afin d'anticiper au plus vite : Remplacer les identidiants bancaires traditionels par ceux de la Sepa et effectuer des tests avec la banque...

 

Publicité
La Sepa a pour but de dynamiser les échanges économiques entre les pays du continent européen. De plus, les transferts de fonds ne prendront plus qu'un jour ouvré au lieu des cinq jours habituels. Pour les particuliers, les prélèvements ou virements Sepa passeront inaperçu. Ils passent déjà inaperçu pour certaines opérations bancaires, "Prélèvement ou virement Sepa" ont déjà remplcé les anciennes versions. Pour les entreprises, c'est autre chose.

En vidéo sur le même thème : Comment les PME font face à la hausse de la fiscalité ? 

Publiez votre commentaire

5 commentaires

et bien il faut demander à

Portrait de liberia.delorme@orange.fr

et bien il faut demander à MOI PRESIDENT de régler ce problème après tout les français ont voté pour lui, qu'il assume!

Votez pour ce commentaire: 

impossible HOLLANDE a pensé à

Portrait de liberia.delorme@orange.fr

impossible HOLLANDE a pensé à tout : LE CREDIT D IMPOTS!  mais encore faut il en payer, si il n'y a pas de bénéfice , il n'y a pas d'impôts,  donc il n'y a plus d'argent pour payer les salaires! A L ENA on ne lui a pas expliqué, ce n'est pas de sa faute!

Votez pour ce commentaire: 

impossible HOLLANDE a pensé à

Portrait de liberia.delorme@orange.fr

impossible HOLLANDE a pensé à tout : LE CREDIT D IMPOTS!  mais encore faut il en payer, si il n'y a pas de bénéfice , il n'y a pas d'impôts,  donc il n'y a plus d'argent pour payer les salaires! A L ENA on ne lui a pas expliqué, ce n'est pas de sa faute!

Votez pour ce commentaire: 

Optez pour une solution

Portrait de EASY SEPA

Optez pour une solution simple sans changer votre systeme existant, la migration immediate, évolutive et sure. http://www.easy-sepa.fr/plaquette_easy_sepa.pdf

Votez pour ce commentaire: 

 

Portrait de layait

 

Ce n'est pas les fonctionnaires qu'il faudrait supprimer, car tous les fonctionnaires ne sont

pas des nantis. Tout d'abord, il faut supprimer les tâches aloues inutilement, répartir les personnels

car pour avoir de l'importance certains cadres augmentent leus effectifs, et licencier les personnels non performents. Et très important : demander aux politiques de dépenser beaucoup moins et de déclarer toutes leurs indemnités et autres au fisc comme le citoyen, mais aussi réformer leur retraite qui est scandaleuse aujourd'hui. Combien coûte les politiquesahnd à la France ?

Votez pour ce commentaire: 

Publicité