Selon l'étude de l'Observatoire des Inégaliés, plus de 8 millions de personnes vivraient en dessous du seuil de pauvreté. Cette précarité toucherait majoritairement les moins de 30 ans.

Entre 2008 et 2011, plus d'1 million de personnes se sont appauvries. Actuellement près de 9 millions de personnes vivent en dessous des 60% du seuil de revenu médian français (977 euros pour une personne seule et 2 052 euros pour un couple avec deux enfants). Dans ce constat désolant, c'est la catégorie des moins de 30 ans qui est la plus sévèrement touchée.

Parmis celle-ci, on dénombre 1,7 million d'enfants et d'adolescents pauvres. Comme l'explique l'Observatoire pour le site Les Echos : "Ils le sont parce que leurs parents disposent de revenus insuffisants, notamment du fait du chômage, des bas salaires et du morcellement des temps de travail."        

 

Pauvreté n'est pas synonyme de chômage

Le manque de diplôme est aussi un facteur non négligeable. Plus de 40% des personnes pauvres n'ont pas de formation. Et dans le cas contraire, une fracture est visible entre les étudiants pauvres et les autres. Dans la majeure partie des cas, pauvreté ne rime pas avec chômage. Ainsi, 1,9 million de personnes vivant en dessous du seuil médian sont actifs. Le manque à gagner viendrait des petits salaires proposés et des horaires de travail aléatoires.