En 2017, gonflez vos revenus

Vous avez 9 mois pour vous organiser. Si le prélèvement à la source est réellement mis en place à partir du 1er janvier 2018, 2017 sera une année de "transition". Les revenus générés en 2017 ne devraient donc pas être imposés. Il va falloir donc en profiter. Au mieux. Une telle opportunité ne se reproduira plus de toute votre vie...

L' ANNÉE 2017, VOTRE ANNÉE

En septembre 2017, vous paierez le solde de vos impôts sur vos revenus 2016. En 2018, vos impôts, sur vos revenus 2018, seront retenus à la source. Mais les revenus 2017 eux ne seront pas taxés. Il va donc falloir différer une partie de vos revenus 2016 sur 2017 et anticiper une partie de vos revenus 2018 sur 2017. Sans exagérer quand même car en cas de flambée de revenus de 2017 par rapport à 2016, vous vous taperez un contrôle... Mais c'est quand même une superbe opportunité. En 2017, oubliez les ponts, les vacances, les week-ends et bossez jour et nuit...

LA GALÈRE DU PRÉLÈVEMENT A LA SOURCE

Le gouvernement a décidé que ce serait l'employeur qui aura la responsabilité d'opérer la retenue à la source. Ce qui veut dire qu'il pourra connaître votre situation et vous répondre en cas de demande d'augmentation : "avec ce que gagne ton mari ou ta femme, ne me dis pas que tu as besoin d'argent" ou encore "avec ce que te rapportent tes petits studios à Paris, une augmentation de salaire ne changera rien". Dans un pays où la jalousie et l'envie sont la règle, l'ambiance va être top dans les entreprises...

LA BANQUE CENTRALE AMÉRICAINE

a des doutes sur la croissance et sur l'inflation. Non seulement, elle n'a pas augmenté ses taux mais elle a tenu un discours très prudent sur l'avenir. Certes, la croissance est là et l'emploi au plus bas, mais, compte tenu de l'environnement international, les perspectives sont incertaines et l'inflation ne dérape pas. Il n'en a pas fallu plus pour que le dollar baisse avec un euro qui est repassé au dessus de 1.12.

2017 EN FRANCE, 2020 EN ANGLETERRE

C'est votre programme. 2017 vous restez en France pour cette année blanche (est-ce que ce terme est encore politiquement correct ?) et en 2020 vous allez en Angleterre. Le ministre des Finances a présenté son budget mercredi et la Grande-Bretagne ne change pas de cap : elle a, elle, compris que plus les entreprises étaient allégées de charges sociales, comme d’impôts, et plus elles créaient de la richesse et donc de l’emploi. Le patron en Grande-Bretagne n’est pas un ennemi de classe mais un entrepreneur qui prend des risques. Le taux d’impôt sur les sociétés va baisser de 20% à 17% en 2020. 17%. 17%. Un taux qui fait rêver. La Grande-Bretagne devient de plus en plus un paradis fiscal pro-business.

LES DOUTES SUR LA CROISSANCE

Tout n’est quand même pas rose : il a annoncé un ralentissement de l’économie et un déficit qui baissera moins vite. Intéressante similitude mercredi entre ces annonces et les prévisions de la Banque centrale américaine. Dans les deux pays, les turbulences de l’économie mondiale pèsent sur la croissance. Pour la Grande-Bretagne, la croissance ne sera que de 2% mais avouez qu’on s’en contenterait bien de 2% de croissance et l’équilibre budgétaire, de ce fait, est repoussé à 2019-2020 mais il sera déjà en dessous des 3% l’année prochaine. Même s’il n’y a pas de Brexit, la Grande-Bretagne s’éloigne de plus en plus de l’Europe continentale et renforce son statut de hub international de la finance et du business. Et nous, on regarde l’Eurotunnel passer en mâchant de l’herbe.

LE MODÈLE BRÉSILIEN

Pour rentrer au gouvernement, rien de mieux que d'être soupçonné de corruption. "L'homme du peuple" Lula entre dans le gouvernement Rousseff pour la soutenir mais également pour bénéficier de l'immunité gouvernementale. C'est beau non ?

LA JOURNÉE ORANGE

C'était le grand show "Hello" d'Orange mercredi. Certes Stéphane Richard n'est pas Steve Jobs, mais il y a eu néanmoins quelques annonces. Une nouvelle live box qui ne changera pas grand chose sauf pour les gamers. Et des nouvelles concernant le deal avec Bouygues qui serait en bonne voie... Rendez vous dans 15 jours, a dit Stéphane. Et ça tombe bien, nous avons recommandé Orange le cadre de nos conseils boursiers gestion PEA. Si vous êtes pas abonné, vous pouvez nous tester pendant un mois.

LES ALLEMANDS LAISSENT TOMBER HOLLANDE

Conseil européen ce jeudi soir à Bruxelles. Une nouvelle fois consacré aux réfugiés. Une nouvelle fois, c'est Angela Merkel qui est à la manœuvre et qui va tenter de "vendre" son deal avec Ankara. Aucun coordination avec la France car, selon des sources allemandes citées par Le Parisien, "Merkel pense qu'Hollande est de plus en plus affaibli et que son avis compte moins". Voilà, c'est dit.

VOUS VOUS SOUVENEZ DE LA DÉCHÉANCE DE NATIONALITÉ ?

Mais oui. Rappelez-vous. On n'a parlé que de ça pendant un mois. C'était une question de vie ou de mort. On devait même l'inscrire dans la Constitution. Vous avez remarqué qu'on n'en entend plus parler ? Normal. Le Sénat va probablement enterrer un texte mal ficelé de "compromis".

L'HOMME DU JOUR

Condamnation mercredi d'un chauffeur roumain dans les Pyrénées Orientales. Il a, entre avril 2013 et 2016, défoncé 267 fois les barrières de péage sur le réseau autoroutier Français pour ne pas payer. Fort le gars.

LE CHIFFRE DU JOUR

Selon la SNCF, 7% des usagers voyagent sans payer. Mercredi, il y a eu une opération coup de poing, conjointe entre la SNCF, la RATP et la police, à la Gare du Nord. Devinez combien de fraudeurs ont été verbalisés en trois heures ? 1500... les transports, c'est un peu comme les impôts, il n'y a qu'une partie de la population qui paie.

LE TTSO DE LA SEMAINE : vous avez aimé les GAFA ?

Vous allez adorer la BNP, la SocGen, la BPCE (Banque Populaire-Caisse d’Epargne), le Crédit Agricole et le Crédit Mutuel-CIC ! D'après un rapport publié aujourd'hui par 5 ONG, pas moins du tiers des profits réalisés par les 5 banques françaises hors de France (soit 5Mds sur 15) est logé... dans des paradis fiscaux (Luxembourg en particulier). Pas mal pour des boites (quasi) toutes dirigées par des ex de Bercy. Le rapport constate que pour les 5 banques citées, le profit (avant taxe) par salarié est en moyenne 2,6x plus élevé dans les paradis fiscaux vs celui constaté par employé dans les autres pays du monde. Avouez que ça tombe bien ! Inscrivez vous dès maintenant à l'excellente newsletter du soir de TTSO. C'est facile et c'est ici.

VOILA C'EST TOUTBONNE JOURNEEMAY THE FORCE BE WITH YOU

Edito publié sur MonFinancier.com le 17/03/2016.

Publicité